Le guide de l'automne

Aux tonnes de bons plans

On le sait : un mois d'août synonyme de déserts urbains mais de plages bondées, de jours chômés, d'anémie culturelle aussi bien que politique (voyez nos JT emplis de sujets badins sur les dangers du soleil ou l'art de la pétanque), suivi d'une rentrée tsunami, déversant son flot d'actualités, de prix littéraires, de films, de spectacles, de retours au boulot et de cartables en surpoids, c'est une spécificité française. Nulle part ailleurs, ou presque, il n'existe un tel écart séparant cet auguste mois de celui qui le suit, comme s'il fallait tout arrêter pour mieux repartir à zéro, alors que les autres pays se contentent de continuer leur bonhomme de chemin bon mois, mauvais mois.

Sous un ciel espérons-le clément, c'est donc une avalanche de nouveaux lieux, une éruption d'événements inédits, qui attendent le Parisien cet automne. C'est pourquoi nous avons tenté d'opérer à l'intérieur de ce big bang une sélection avisée, éclectique et vivante, car il faudra la compléter au fil des jours.

L'automne en 20 événements

Hokusai

Chefs-d'œuvre embués de mystère, signés Katsushika Hokusai • Du 1er octobre au 18 janvier.

En savoir plus

Interstellar

De loin le film le plus attendu de l'automne, signé Christopher Nolan • Sortie le 5 novembre.

Saint Laurent

Nouveau biopic sur YSL, cousu main par Bertrand Bonello • Sortie le 24 septembre.

Still the water

Le dernier film de Naomi Kawase promet aussi d'être l'un de ses meilleurs • Sortie le 1er octobre.

Rain

Pas de danse signés par Anne Teresa de Keersmaeker • Du 21 octobre au 7 novembre.

En savoir plus

Bandes de filles

Céline Sciamma scrute à nouveau l'adolescence avec tendresse et enthousiasme • Sortie le 22 octobre.

Afficher plus

Ouverture de la Fondation LVMH

Le 27 octobre • Bois de Boulogne

Réouverture du musée Picasso

Le 25 octobre5 rue de Thorigny, 3e

10 Objets pour une rentrée (hivernale)

Le sac a bon dos !

Le sac à dos a la classe

Mettez-vous la rentrée à dos. Pour surmonter votre retour dans le métro parisien, il fallait bien un accessoire de taille. Capable de prendre soin de vos petites affaires, du nouveau livre que vous avez entrepris de lire debout pendant les heures de pointe, de votre portefeuille perdu trop souvent, de la multitude de petits cahiers que vous transportez pour rien. Voici neuf sacs à dos en tous genres, classiques, pratiques, écolos, régressifs et pour toutes les bourses. Notre dossier

En savoir plus

4 adresses shopping pour parfaire son petit look d'écolier

Petit guide de la rentrée pour étudiant désargenté

Nos 30 meilleures happy hours

A la bonne heure ! Guide des bons plans pour prendre l'apéro à moitié prix, parce que quand c'est moins cher c'est forcément meilleur Oberkampf - Saint-Maur Le Cri du glaçon De 17h30 à 20h30. Tendez l'oreille... vous l'entendez ? Le cri du glaçon bien sûr ! On aime bien entendre craquer la glace dans son verre quand il fait bien chaud. En attendant l'été, vous pouvez faire un tour dans ce nouveau bar ouvert il y a quelques semaines dans la rue Jean-Pierre Timbaud , qui pour son lancement propose une happy hour des plus attractives. De 17h30 à 20h30, pour 4 euros, vous avez le choix entre une caïpiroska nature, avec des fraises ou des framboises fraîches, une coupe de champagne ou un ti-punch. De quoi vous sentir riche toute la soirée. La caïpi fraise était franchement bonne, on a mangé les petits fruits qui restaient au milieu des glaçons agonisants, au top. L'ambiance est parfaite pour se mettre en jambe avant de sortir en club : un bar ni trop grand ni trop petit, une bonne musique électro assez forte pour pouvoir danser devant le magnifique comptoir et de jolis abat-jour colorés invitant à se dandiner avec son verre. Les plus calmes iront se poser aux quelques tables collées à un mur en brique apparente. La carte du bar ne se limite pas à trois boissons, bien au contraire : le choix est tellement vaste qu'il faudra revenir plusieurs fois pour prendre ses marques. Les cocktails maison, concoctés avec des alcools de qualité, sont au prix plancher de 9 euros, les cocktails cl

En savoir plus

Où boire un verre sans se ruiner ?

Tiens, c'est la fin du mois ? Ah non, c'est le début... mais vous n'avez que quelques euros en poche, en collections de centimes en plus. Sortir à Paris sans débourser beaucoup d'argent est une illusion, surtout pour un fêtard invétéré. Pourtant, d'irréductibles petits bars militants continuent de pratiquer des prix démocratiques, pour le bonheur des étudiants, artistes fauchés, chômeurs de longue durée, pochards récidivistes, petits vieux solitaires et nouveaux venus victimes de la crise, heureux d'avoir trouvé une source de bière intarissable à 2,50 euros. Ces rades rassurants drainent une faune d'habitués qui perpétuent ces ambiances de bistrots de quartier si authentiques, sans fioriture shabby chic, posh british, baroco-design ou autre déclinaison parisiano-conceptuelle à la mode. La plupart sont situés dans le Nord-Est de la capitale, là où des quartiers populaires subsistent encore intra-muros. Pour tous ceux qui ont du mal à boucler leurs fins de mois, voici un guide des bars sympas les moins chers de la capitale ! La Folie en Tête La Folie en Tête est un bar agréablement situé sur une petite placette sur les hauteurs de la butte-aux-Cailles, très "musique du monde". On a envie d'essayer tous les instruments de musique accrochés aux murs, amassés aux quatre coins du globe avant d'être exposé ici. Son ambiance décontractée, ses verres pas cher, sa musique world, rock et jazz agréable et la gentillesse des serveurs attirent des habitués du quartier à toute heure. L’aprè

En savoir plus

Un jour, un resto pas cher

Voici des solutions pour sortir dîner sans se ruiner, des suggestions à petits prix modelées selon les humeurs de la semaine. Un jour, une envie, un bon plan. A vous, donc, de piocher ici et là dans ces adresses partagées par la rédaction de Time Out. Les établissements cités n'appartiennent peut-être pas au fleuron gastronomique parisien, mais ils ont l'avantage d'afficher au menu bonne humeur, produits authentiques et tarifs sympathiques. • Le lundi au Drapeau de la Fidélité Contre-coup du week-end. Votre frigo est vide, vos finances sont dans le rouge et votre taux de motivation au plus bas. Alors pour commencer la semaine dans la bonne humeur et sans dépenser un bras, direction le Drapeau de la Fidélité. Dans ce petit restaurant vietnamien au décor improbable, les spécialités asiatiques côtoient les plats traditionnels français (tout à 6 euros, et la bière à 1,50 euro). Et en plus de présenter des plats copieux et délicieux, la carte propose également les essais métaphysiques du patron philosophe. Plus d'infos • Le mardi au Baroc' Aujourd'hui, regain d’énergie. Vous avez pris rendez-vous avec votre vieux pote pour refaire le monde autour d’une pinte. Alors, on file au Baroc’. On s’installe confortablement derrière un bon verre et on grignote d’excellents tapas sans se ruiner (10,50 euros les 4, au choix : pinchos, calamares, croquetas, patatas aïoli, etc.). En plus, ce café-concert-restaurant accueille tous les soirs des groupes différents sur la petite scène du f

En savoir plus
Par Lucile Roger Durieux

Le théâtre à prix réduit

Rien de tel qu'une petite soirée au théâtre pour se détendre en se cultivant. Sauf qu'à 32 euros la place en plein tarif, l'Odéon semble plutôt prohibitif. Allez, on ne perd pas espoir, il existe moults bons tuyaux pour ne pas se trouer les poches en allant applaudir Balibar. Evidemment pas toujours en catégorie A, à quelques mètres des planches, mais tout de même. Abonnements, tarifs uniques ou lever de rideau, à vous de voir ce qui vous sied le mieux. 1 • S'abonner pour une saison Le plan idéal pour tous ceux qui se réveillent toujours un mois après ou pour qui le simple fait de chercher un numéro de réservation est une épreuve. A titre d'exemple, la place en abonnement revient à 13 euros au lieu de 22 au Théâtre Gérard Philipe. Sans compter les petits plus : tarifs réduits pour la personne qui accompagne et dans d'autres structures partenaires (resto, librairie...). L'occasion également de réserver sa place pour des spectacles inaccessibles hors abonnement (comme ceux de Pina Bausch). Huit bons plans pour payer ses places moins cher 2 • Habiter dans le bon coin Il n'y a pas que les étudiants à avoir le droit de payer leur place une bouchée de pain, il y a les voisins aussi. Nombre de théâtres facilitent l'accès à leur salle aux habitants du quartier, favorisant ainsi une ambiance nettement moins guindée. On trouve alors des billets à 15 euros au lieu de 25 à la MC93 pour les Dyonisiens ou encore 16 au lieu de 24 euros au Théâtre 13 pour les h

En savoir plus

Les expositions gratuites

En ce moment Parisienne en été « Passent les jours et passent les semaines. Ni temps passé. Ni les amours reviennent. Sous le pont Mirabeau coule la Seine. » C’est l’été 1920 à Paris et le moment est venu de se jeter à corps perdu dans la Seine. Avec des mots, comme Guillaume Apollinaire, ou pour de vrai. Une idée qui a sans doute titillé tout Parisien au moins une fois dans sa vie, dès que le thermomètre commence à grimper... La suite Célébration(s) C'est la fête au Centre Wallonie-Bruxelles. Du mariage à l'anniversaire en passant par les commémorations collectives ou les réunions de famille glauques à la 'Festen', cette exposition invite de jeunes artistes bruxellois à interroger l'acte de « célébrer ». Au programme : une sélection très élastique (le thème étant pour le moins souple) de sculptures, d’installations, de photos, de vidéos et de dessins... La suite Lichtenstein, 'Expressionism' Roi du détournement et du pastiche, Roy Lichtenstein s'est approprié la culture populaire américaine autant que les grands classiques de Matisse ou de Picasso, cuisinant toutes sortes d'images à sa sauce avec les ingrédients que l'on lui connaît : panneaux monumentaux, impression en points Benday, couleurs primaires... La suite Giuseppe Penone à Versailles C’est désormais une tradition : cet été encore, la création contemporaine s’invite chez le Roi Soleil histoire de répandre un bon vent d’art frais sur le château de Versailles. Après Jeff Koons, Takashi Murakami, Xavier Veilhan, Bernar

En savoir plus

Cinéma à tarif réduit

A Paris le cinéma, c'est comme le métro. Ou l'inverse. Dans les deux cas, on s'y bouscule souvent, la place est chère et la publicité excessive. Anecdote – et comble du télescopage : certains regardent désormais des films ou séries sur leurs portables, remplissant d'un épisode de 26 minutes leur trajet Montparnasse-Clichy (on a même récemment vu un type en doudoune, hypnotisé par 'Dirty Dancing' sur son iPhone, faire grotesquement barrage à une très vieille femme dans un couloir de bus). Bref, le cinéma, c'est souvent comme le métro et lui aussi a ses pass Navigo, avec accès illimité à certaines salles de projection (mais à certaines seulement) : d'un côté le pass Gaumont/Pathé, de l'autre celui d'UGC/MK2. Tous deux tournent autour des 20 euros/mois et constituent sans doute la solution idéale pour les cinévores gloutons. Moins contraignantes, on peut préférer des cartes à tarifs réduits sans abonnements : pour 3, 5 ou 10 places chez Gaumont ou, plus simples et cinéphiliques, des forfaits 5 places valables dans tous les cinémas MK2 - la programmation de celui de Beaubourg méritant, entre autres, très largement le détour. Le prix de la place est alors joyeusement réduit à moins de 7 euros. Mais surtout, il faut noter que la plupart des cinémas indépendants proposent également des cartes, généralement valables pour 10 projections, qui reviennent au même prix. Pour 5 euros, voir Lubitsch à l'Action Christine coûte alors moitié moins cher que le premier blockbuster venu en multip

En savoir plus

La musique à petit prix

Voir aussi Bars : toute notre sélection Où boire un verre entre amis tout en profitant d'un petit concert ? Rock, pop, jazz, funk, hip-hop, soul, musique du monde, chanson française, jam fusion, musique expérimentale... Chaque soir ou presque, de nombreux bars parisiens programment des concerts acoustiques et des jams dans leur cave voûtée. De petits groupes parisiens chantent et jouent pour le plaisir des habitués, qui jettent quelques pièces dans le chapeau. De qualité inégale, ces concerts ne promettent pas toujours des solos de génie, mais une ambiance bouillante est assurée (au moins par les amis des artistes). Il serait dommage de ne pas y tendre une oreille pour passer un bon moment, mouiller sa chemise si vos jambes vous ordonnent de danser ou même découvrir des artistes qui brûleront les planches demain ! Voici notre guide des meilleurs bars live de la capitale. Les café-concerts par quartier 11e arrondissement 18e arrondissement 20e arrondissement 10e arrondissement 5e arrondissement Pop In Le temple de l’indie pop à Paris, c’est le Pop In. Comme un îlot londonien dans la très vivante rue Amelot, ce bar pub exigu concentre une foule de jeunes à mèche branchés rock indé, habillés en chemise à carreaux et blousons en cuir. La musique est pop-rock bien sûr, des Beatles aux groupes indé actuels. Le premier étage, un salon british avec un piano et des vieux canap’ de récup', est l’endroit idéal pour se boire une mousse entre amis. Depuis ce salon, un escal

En savoir plus

Commentaires

0 comments