Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
David Hockney
© David Hockney

Les meilleures expos à faire en ce moment à Paris

Toutes les expositions incontournables en ce moment à Paris, histoire de prendre un grand bol d'art frais !

Écrit par
Zoé Kennedy
Publicité

Après des mois à pantoufler dans nos appart’ parisiens, on peut de nouveau bourlinguer dans tout Paris à la recherche d’un grand bol d’art frais. Et clairement, en ce moment, il y a de quoi faire dans les galeries et musées parisiens ! Exposition peinture ou photo, art contemporain ou classique, sculpture ou design… Découvrez notre sélection d’expos et de rétrospectives pépites dans la capitale ! De quoi se sentir comme un gosse en manque de sucre devant un rouleau de chewing-gum Hubba Bubba : complètement ravi !

Les meilleures expositions à Paris

  • 5 sur 5 étoiles
  • Art
  • Photographie
  • Odéon

Comment une banale “artiste du dimanche”, décédée sans le sou ni le succès en 2009, s’est-elle retrouvée au Panthéon de la photographie, aux côtés d’un Robert Doisneau, d’une Diane Arbus ou d’un Henri Cartier Bresson ? Tout simplement parce que Vivian Maier sait trouver la beauté partout, absolument partout. Dans la rue. Chez elle. Chez les autres. C’est à travers un parcours thématique prenant place dans une scéno magnifique signée Anne Morin, commissaire de l’expo, qu’on comprend le génie qui caractérise Vivi. Entre street scene aux allures de ballets modernes, autoportraits savamment étudiés ou compo au style bien défini, tout le savoir-faire de la photographe prend vie dans une expo ultra réussie. Et alors que les historiens de l’art s’affrontent pour savoir si Vivian Maier est une réelle artiste ou un pur produit fabriqué, nous, on a choisi de se laisser bercer par ses images. Car parfois, il faut laisser l’art faire tout le travail. Et là, croyez-nous, le taf est fait.

  • 5 sur 5 étoiles
  • Art
  • Louvre

Pensée comme un opéra en six actes, l’expo est aussi dramatique et extravagante que celui qu’elle consacre. On découvre le parcours de ce Strasbourgeois d’origine à travers une scéno époustouflante où pas moins de 150 créations se mêlent à des archives photographiques, des vidéos et même des sculptures olfactives. Dès notre entrée dans la nef du MAD, c’est une immense silhouette de Jerry Hall, muse du créateur, qui nous accueille, surplombée du terme “couturissime”. Choix de mot étrange, mais tellement à propos tant les superlatifs ne manquent pas pour qualifier l’expo. 

 

Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Art
  • Technique mixte
  • 4e arrondissement

Après avoir célébré les femmes dans l’abstraction, le Centre Pompidou met un coup de projo sur l’une des artistes majeures de la peinture abstraite : Georgia O’Keeffe. Coloriste hors pair et personnalité sulfureuse, l’Américaine - encore trop peu connue en France - attire, irrésistiblement. A travers des peintures florales aux faux airs de vulves - ressemblance cependant toujours niée par l’artiste -, des paysages abstraits ou des zooms d’ossements, O’Keeffe explore la matière et la couleur avec une facilité déconcertante. On se demande parfois même si les toiles ne sont pas rétroéclairées tant les nuances irradient. Mes amis, on a ici affaire à un génie ! Au fil du parcours, on oscille entre abstraction pure, surréalisme ou même peinture moderne à la Hockney, nous prouvant encore une fois que la meuf sait tout faire.

  • 4 sur 5 étoiles
  • Art
  • Installation
  • 1er arrondissement

Après avoir longtemps peint les piscines californiennes, l’artiste de 84 balais se concentre désormais sur les paysages bucoliques du Calvados, présentés sous forme de fresque au musée de l’Orangerie. Inspirée du format de la tapisserie de Bayeux et non sans rappeler Les Nymphéas de Monet – voisins et véritables icônes du musée –, l'œuvre de 80 mètres de long nous invite à passer une année complète au sein du nouveau fief de David. Inspiré par la nature depuis toujours, celui qui avait signé il y a dix ans ses Landscapes réalisés dans son Yorkshire natal dépeint aujourd’hui le fil des saisons dans le pays d’Auge. Notre avis.

Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Art
  • Peinture
  • 8e arrondissement

L’heure est à la volupté au Musée Jacquemart-André ! Exit les silhouettes décharnées de la NYFW et vive les courbes des madones italiennes et des déesses antiques. Véritable reusta du Quattrocento, Sandro Botticelli s’illustre ici par une cinquantaine d'œuvres issus de grandes collections internationales, de la National Gallery de Londres au Rijksmuseum d’Amsterdam en passant par les musées et bibliothèques du Vatican. Si la Naissance de Vénus ou son célèbre Printemps n’ont pas pu être de la partie, on est tout de même saisi par la qualité indiscutable des œuvres. Y a pas à dire, le mec sait peindre. Mais pas que.

  • 5 sur 5 étoiles
  • Art
  • Photographie
  • 1er arrondissement

Quelle chance, les petits parisiens que nous sommes vont pouvoir profiter de 230 tirages issus de la collection exceptionnelle de Thomas Walther, acquise par le musée new yorkais dans le début des années 2000. Si vous vous attendez à voir un top 50 des plus grosses icônes de la photo, passez votre chemin. Collectionneur suisse proche d’André Kertész, au goût indéniable et passionné du 8e art, Thomas Walther a aussi bien su miser sur des petites pépites anonymes que sur des gros blazes de la discipline.

Publicité
  • 5 sur 5 étoiles
  • Art
  • Art contemporain
  • Les Halles

La grande rivale de la Fondation Louis Vuitton a enfin pris place sous la coupole de la Bourse de Commerce. Restaurée de fond en comble par Tadao Ando et meublé par les frères Bouroullec (rien que ça), elle accueille l’une des plus grosses collections privées du monde : celle de François Pinault. Alors, elle donne quoi l’expo inaugurale de cette nouvelle place to be arty parisienne ?

  • 4 sur 5 étoiles
  • Art
  • Art vidéo
  • France

Conçue par le trio Gianfranco Iannuzzi, Renato Gatto et Massimiliano Siccardi, en collaboration avec la Fundacio Gala-Salvador Dali, “Dali, l’énigme sans fin” nous invite dans les dédales de l’esprit du maître catalan à travers un show de 40 minutes. Les chefs-d'œuvre numérisés se succèdent et se déploient sur 10 mètres de haut, du sol au plafond, retraçant les différentes étapes de la carrière du peintre, de ses essais cubistes à son apogée surréaliste en passant par son amour pour sa femme et muse Gala. Une ambiance psychédélique rythmée par des titres des Pink Floyd, dont l’univers planant nous entraîne dans un délire aussi troublant que fascinant. Effets d’optiques, couleurs profondes et distorsions des lignes nous font l’effet d’un trip sous acide, à l’image des œuvres de celui que Breton surnommait “Avida Dollars”. Plus qu’une expo, c’est une véritable expérience immersive que propose ici le centre d’art numérique du 11eme arrondissement.

Publicité
  • 3 sur 5 étoiles
  • Art
  • Arts numériques
  • Arts et Métiers

Après des mois à passer nos journées dans le noir comme Vitaa, l’artiste français rallume enfin la lumière. Dans un show immersif fait de tableaux-sculpture lumineux, Rasti nous entraîne dans une atmosphère ambiguë : expo futuriste, maison close de Pigalle ou club hype de Berlin ? On ne sait pas trop où, mais on y va. C’est dans une Gaîté Lyrique à peine éclairée par des néons rouges et rythmée par un son de Thomas Vaquié qu’on débarque. Au fur et à mesure de notre progression, le volume de la musique augmente, nous plongeant un peu plus dans l’expérience immersive imaginée par le plasticien. 

  • Art
  • Installation

Si l’ambiance sombre et exaltée des boîtes de nuits clandestines vous manque, il est grand temps de vous plonger dans l’œuvre d’Anne Imhof. À la faveur de Natures Mortes, carte blanche offerte par le Palais de Tokyo à l’artiste allemande, le centre d’art se transforme en un immense labyrinthe comme un club underground orné d’œuvres visuelles et sonores, auquel il ne semble manquer que la vibration collective de corps en transe et en sueur. 

Publicité
  • 4 sur 5 étoiles
  • Art
  • Technique mixte
  • Paris et sa banlieue

Sur le papier, le musée de Saint Denis ne fait pas fantasmer, on vous l’accorde. Pur musée d’histoire où la Commune de Paris flirte avec des fouilles archéologiques médiévales, il abrite pourtant des fonds contemporains constitués d'œuvres de Paul Éluard, Joan Miró ou encore Pablo Picasso, souvent teintées de primitivisme. L’expo Un.e Air.e de famille constituait donc l’occasion idéale de faire dialoguer ces collections avec les œuvres d’artistes contemporaines issues des diasporas africaines. Le but de l’expo ? Mettre en lumière les engagements communs et les différents regards portés sur le continent africian à travers les époques.

  • 2 sur 5 étoiles
  • Art
  • Invalides

A réouverture muséale exceptionnelle, programmation exceptionnelle ! Et pour l’occasion, les musées Rodin et Picasso s’allient afin de nous proposer un match digne d’un Mayweather-McGregor. Deux mastodontes de l’art pour deux expos historiques croisant les regards de ces pionniers. Pas question ici de montrer l’influence - évidente - de Rodin sur Picasso mais plutôt de mettre en lumière les points de convergences du peintre et du sculpteur. Alors, ça donne quoi ?

 

Publicité
  • Art
  • 16e arrondissement

Fondation Louis Vuitton. Bons baisers de Russie. Acte 2. Alors que le monde entier – et peut-être même au-delà – a encore le souvenir de l'exposition dédiée à la collection Chtchoukine, l'institution située dans le bois de Boulogne convie une autre mythique collection russe en ses murs : celle des frères Morozov. Réunie pour la première fois depuis 1917 au musée de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg à l'été 2019, elle débarque après moult "péripéties" sanitaires à Paris. Au programme, 200 chefs-d'œuvre impressionnistes et modernistes avec, au choix, du Matisse, du Renoir, du Picasso, du Monet ou du Cézanne. A signaler aussi, la première excursion hors du musée de l'Ermitage du "Salon de musique" d'Ivan Morozov, ses sept panneaux estampillés Maurice Denis et ses quatre sculptures burinées par Aristide Maillol. 

  • Art
  • Photographie
  • Le Marais

Pour sa réouverture tant attendue après quatre ans de travaux et restauration, le musée Carnavalet joue la carte de l'expo inaugurale complètement cliché. L'institution a en effet décidé de se maquer avec la Fondation Henri Cartier-Bresson pour présenter une rétrospective de tirages dudit Henri et de son prédécesseur et inspirateur, Eugène Atget. Le tout avec une focale forcément mise sur leurs regards sur la capitale.

Côté Cartier-Bresson au Carnavalet, on trouvera autant son attrait pour le feu social et les rassemblements, avec les bords de Seine comme pré carré, que la société de consommation triomphante. A noter la présence d'enregistrements audiovisuels du photographe. Pour ce qui est d'Eugène Atget, rendez-vous à la Fondation Cartier-Bresson pour admirer des tirages originaux.

Publicité
  • Art
  • Le Marais

C'est un alignement des astres assez unique dans l'histoire de l'art. Le XXe siècle balbutiant, des artistes venus d'Europe et du monde entier, dont beaucoup sont juifs, débarquent à Paris. A la recherche d'une atmosphère sereine et sûre pour laisser libre cours à sa créativité, ce groupe, qui sera plus tard défini comme « l'Ecole de Paris », appellation décrivant davantage un phénomène générationnel qu'un courant artistique uniforme, va plus que jamais mettre la Ville Lumière au firmament de l'art moderne. Parce que cette « école » est remplie de premiers de la classe. Les noms ? Ossip Zadkine, Amedeo Modigliani, Sonia Delaunay, Jules Pascin, Chaïm Soutine, Marc Chagall et tant d'autres… Pour la leçon en expo, ça se passe au musée d'Art et d'Histoire du judaïsme avec près de 130 œuvres au programme. 

  • Art
  • Peinture
  • 1er arrondissement

Le peintre américain Willem de Kooning était un grand inconditionnel de Chaïm Soutine. Exposées aux Etats-Unis, les œuvres de l’artiste russe émigré en France auront provoqué chez lui une profonde révélation. Quelle belle idée du musée de l’Orangerie de réunir pour une rétrospective ces deux grands noms d'après-guerre, qui n’ont jamais pu faire connaissance ! Entre art figuratif et art abstrait, les tableaux soigneusement sélectionnés pointent les similitudes chez l’un comme l’autre, et témoignent des expérimentations, tâtonnements, moments clés qui conduiront à la création d’un genre artistique totalement novateur.

Recommandé
    Vous aimerez aussi
      Publicité