Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Les meilleures expos à faire en ce moment à Paris
Matisse
Matisse

Les meilleures expos à faire en ce moment à Paris

Toutes les expositions incontournables en ce moment à Paris, histoire de prendre un grand bol d'art frais !

Par La Rédaction
Advertising

Le grand bol d'art frais ? Ça faisait plusieurs mois qu'on en était privé à Paris. Mais alors que le confinement semble derrière nous, on voit ici et là rouvrir les musées et galeries parisiennes, avec dans leur sillage la reprise des expos.

Tandis que les lieux adaptent leurs parcours aux exigences sanitaires et que tout est conditionné à une évolution positive de l'épidémie, les rétrospectives pépites sont déjà au rendez-vous. Peinture ou photo, art contemporain ou classique, sculpture ou design… Voici le retour tant attendu de notre sélection des expos immanquables dans la capitale. De quoi se sentir comme un gosse en manque de sucre devant un rouleau de chewing-gum Hubba Bubba : complètement ravi !

Les meilleures expositions à Paris

Faire corps Adrien M & Claire B AMCB-XYZT © Romain Etienne

Faire corps – Adrien M & Claire B

Art La Gaîté Lyrique, Arts et Métiers

Dès qu'il s'agit de triturer la perception du monde au moyen de nouveaux procédés technologiques, la Gaîté lyrique n'est jamais bien loin. Alors qu'on a encore en tête les live audiovisuels 360° de la dernière Nuit Blanche, voilà que l'expo Faire corps signe son grand retour dans le game, en même temps que la réouverture de l'institution. Imaginée par la compagnie d'arts visuels Adrien M & Claire B, elle se veut immersive et interactive au possible à travers une tripotée d'installations à rendre jaloux un kaléidoscope. Techniquement, cela signifie que les mouvements de votre corps feront évoluer les différentes créations visuelles et sonores avec la participation du compositeur Olivier Mellano. Chaque visiteur aura ainsi droit à son expo personnalisée. La classe.

© Paris, musée d’Orsay, donation de la petite-fille d’Auguste Pellerin, 1969

Cézanne et les maîtres. Rêve d'Italie

Art Musée Marmottan-Monet, 16e arrondissement

« Je suis ton maître ». Non, la saga Star Wars ne s'apprête pas à jouer les prolongations au musée Marmottan. Mais il se dégage clairement de cette expo un petit parfum de transmission cher à George Lucas. A travers une soixantaine de toiles, c'est le rapport de Paul Cézanne à la peinture italienne à travers les siècles qui va être mis en lumière. Avec un Cézanne en « artiste pivot », cette rétrospective montrera autant l'importance des maîtres italiens du XVIe-XVIIe dans l'œuvre de l'Aixois que son influence dans le mouvement pictural transalpin, bien plus contemporaine du Novecento. Quand le temps d'un printemps, Maître Cézanne devient Maestro Paul.  

Advertising
© Culturespaces / Nuit de Chine

Monet, Renoir… Chagall. Voyages en Méditerranée

4 sur 5 étoiles
Art Atelier des lumières, Paris

Atelier des Lumières, saison 3. Après une giga-rétrospective des œuvres de Van Gogh, l’établissement nous ressert du cultissime avec une nouvelle expo 2.0. Jusqu’au 31 décembre, plusieurs monstres sacrés de l’art se retrouvent sous le feu des (140) projecteurs (laser) pour une création à la fois sonore et visuelle. Leurs p’tits noms ? Buvez une gorgée d’eau et cramponnez-vous : Monet, Renoir, Chagall, Bonnard, Matisse, Signac, Derain et Dufy apparaissent tour à tour sur les écrans, autour d’un thème commun, « les voyages en Méditerranée ».

DIDIER PLOWY
DIDIER PLOWY
DIDIER PLOWY

Pompéi au Grand Palais

Art Grand Palais (galeries nationales), Champs-Elysées

On savait le Grand Palais coutumier du grandiose, allant jusqu'à se dédoubler. Mais de là à amener Pompéi en ses murs ! S'il est vrai qu'on force un peu le trait, la réalité est que le salon d'honneur du Grand Palais s'apprête à accueillir une rétrospective sur la ville, avant et pendant sa destruction par la lave du Vésuve en 79 avant J.-C.. Une expo 2.0 puisqu'elle proposera un parcours entre projections à 360° en très haute définition, créations sonores et reconstitutions en 3D. Egalement au programme, des présentations des fouilles réalisées à travers le temps. Ou comment réconcilier les fans de vieilles pierres et de nouvelles technologies.  

Advertising
Cindy Sherman
Cindy Sherman
Cindy Sherman

Cindy Sherman

Art Fondation Louis Vuitton, 16e arrondissement

On avait déjà pu apercevoir un peu de Cindy Sherman à la Fondation Louis Vuitton, à l'occasion de l'expo événement Etre moderne : le MoMa à Paris. Trois ans plus tard, l'iconique performeuse et photographe américaine investit en solo le paquebot designé par Frank Gehry, avec sa plus grande expo européenne couvrant la période de 1975 à nos jours. Et qui dit Cindy Sherman dit portraits en série, dans lesquels elle caricature le monde tout en se mettant en scène. Au total, ce sont plus de 300 images et séries qui sont annoncées, dont les mythiques Untitled Film StillsBroken Dolls et Hollywood/Hamptons Types. Ajoutez à cela de très récentes créations de Sherman mises en perspective avec une soixantaine d'œuvres de la collection privée de la Fondation Louis Vuitton, dont des portraits de Louise Bourgeois ou Andy Warhol, et le compte semble bon.

© MAD

Harper’s Bazaar au MAD

5 sur 5 étoiles
Art Musée des Arts décoratifs, Louvre

Le « fashion month » est terminé, mais pas question de troquer ses ensembles les plus stylés pour un jogging et une tasse de thé ! Pour prolonger cette période de strass et paillettes, le MAD s’est refait une beauté et inaugure ses galeries mode avec une expo consacrée à une institution de la presse spécialisée : Harper’s Bazaar.

Advertising
© Christo 1985 / Photo Wolfgang Volz
© Christo 1985 / Photo Wolfgang Volz
© Christo 1985 / Photo Wolfgang Volz

Christo & Jeanne-Claude. Paris !

Art Centre Pompidou (Musée national d'Art moderne), 4e arrondissement

Si leur manie d'empaqueter les objets et monuments a mené le couple aux quatre coins du monde, c'est leur legs parisien qui est mis à l'honneur dans cette rétrospective au Centre Pompidou. Avec, d'un côté, des créations imaginées lors de leur période parisienne au tournant des années 1960, et de l'autre, toute une partie consacrée à leur célèbre empaquetage du Pont-Neuf. Une expo qui trouvera un prolongement pratique en septembre 2020 et l'empaquetage – déjà polémique – de l'Arc de Triomphe.

Josef Koudelka
Josef Koudelka
Josef Koudelka

Josef Koudelka. Ruines

Art Photographie Bibliothèque nationale de France - François Mitterrand, Quartier de la Gare

Parti de République tchèque dans les années 1970, avec pour seuls bagages son appareil photo, sa montre et son sac de couchage, Josef Koudelka décide de faire de l'exil son mode de vie. Ne rien posséder, ni toit ni loi, être libre de ses pas, de son regard et de son chemin... L'Autriche, la France, l'Espagne, l'Italie, la Grèce... Il a parcouru l'Europe comme les beatniks parcouraient l'Amérique, à la recherche unique de la découverte, du plaisir de ne jamais dormir au même endroit et de la joie d'enjamber des frontières finalement invisibles.

Surtout connu pour ces portraits de gitans et ses clichés du Printemps de Prague, le bonhomme est de retour le temps d’une expo qui met en lumière une facette plus cachée de son travail. Car voilà, depuis trente ans, Koudelka a shooté tout un tas de ruines gréco-romaines autour de la grande bleue, bourlinguant entre la France, la Syrie, la Grèce et la Turquie… Le résultat ? 110 photos à zieuter du côté de la BNF, entre clichés abstraits et gros plans, splendeur et destruction…

Advertising
Giorgio De Chirico
Giorgio De Chirico
Giorgio De Chirico

Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique

Art Peinture Musée de l'Orangerie, 1er arrondissement

Des décors géométriques aux perspectives décuplées, soulignés par des ombres inquiétantes. Des personnages incomplets, mannequins de bois, figures livides, aux airs de sculptures glacées. Giorgio De Chirico (1888-1978) façonne un univers insaisissable, métaphysique, aux lignes évidentes mais à la signification obscure : fin maître de « l'incongruité » prônée quelque temps plus tard par les surréalistes, le peintre italien construit la plupart de ses tableaux au gré d'associations d'idées intuitives et oniriques. Un univers étrange que le Musée de l’Orangerie va tenter de percer, le temps d’une expo tout sauf à dormir debout…

© DR / Library of Congress

Man Ray et la mode

Art Photographie Musée national du Luxembourg, Odéon

Après le coup de projecteur du palais Galliera sur le dos dans la mode, voici venu le temps pour le musée du Luxembourg de s'intéresser à la facette modeuse de l'iconique photographe Man Ray. Débarqué à Paris au tout début des Années folles, l'Américain se met alors à photographier à tour de clics pour les magazines et couturiers. Immergé dans le mouvement surréaliste, il développe et met au point des techniques de prise de vues révolutionnaires. Cette expo parisienne fera le lien entre deux rétrospectives tenues l'an dernier à Marseille, montrant autant les clichés de Man Ray que des pièces de mode.

Advertising
Yves Klein
Yves Klein
© DR

Yves Klein, l’infini bleu

Art Atelier des lumières, Paris

Cerise sur le projo : en parallèle de l’expo blockbuster Voyages en Méditerranée, le studio de création Cutback présente la création Yves Klein, l'infini bleu, conçue spécialement pour l’Atelier des Lumières. Une expo immersive d’une dizaine de minutes qui permettra d’admirer une sélection de 90 œuvres et 60 images d’archives, mettant en lumière la pluralité de la carrière de l’artiste, loin de se limiter au mondialement célèbre IKB (International Klein Blue). On retrouvera ainsi les Anthropométries, Cosmogonies et les Reliefs planétaires et tout un tas de monochromes de l’artiste avant-gardiste né à Nice, où il a puisé une partie de son inspiration en zieutant la Méditerranée. La boucle est bouclée.  

© Guillaume Fandel

Christian Louboutin : l'Exhibition[niste]

Art Palais de la Porte Dorée Aquarium Tropical, Bel-Air

Les cinéphiles ont leur grand blond et sa chaussure noire, les modeux Christian Louboutin et sa semelle rouge. Au cœur du palais de la Porte-Dorée, là où le créateur a découvert son obsession pour les talons, on découvrira une exposition retraçant les près de trente ans d'activité de Louboutin, au travers notamment de sa fascination pour les voyages. Aux côtés d'une tripotée d'escarpins iconiques, certains modèles seront dévoilés pour la première fois au public. Egalement au programme : des pièces plus originales comme des vitraux et des collaborations inédites avec David Lynch ou Blanca Li.

Advertising
© Tate

Turner, peintures et aquarelles

Art Peinture Musée Jacquemart-André, 8e arrondissement

Le Brexit a beau être en marche, la peinture britannique n'a pas l'air de vouloir arrêter de squatter la capitale française. Car après la Collection Courtauld et L'Âge d'or de la peinture anglaise, c'est le ponte William Turner qui va avoir le droit à sa rétrospective au musée Jacquemart-André. En s'acoquinant avec la Tate Britain, le musée va bénéficier de la plus grande collection de tableaux au monde du mythique peintre. Au cartel, on retrouvera une soixantaine d'aquarelles, une dizaine de peintures à l'huile, dont plusieurs n'ont encore jamais été exposées en France. Le tout montrant la diversité des sujets et techniques utilisées par le peintre tout au long de ses différentes périodes.  

1940 Exode Paris
1940 Exode Paris
© LAPI / Roger-Viollet

1940 : Les Parisiens dans l'exode

Art Musée de la Libération de Paris – musée du Général Leclerc – musée Jean Moulin, Denfert-Rochereau

Il y a 80 ans à la même période, on ne peut pas non plus dire que l'ambiance était exceptionnelle. La drôle de guerre n'était plus drôle du tout, les Allemands étaient quasiment à Paris, entraînant la fuite de plus de 2 millions d'habitants. A l'occasion de la réouverture du flambant neuf musée de la Libération – prévue si tout va bien le 16 juin –, vous allez pouvoir en apprendre un peu plus sur cet exode qui vous a valu un bon 5 sur 20 au lycée. Le tout avec des photographies, des témoignages et des films d'archives pas vus partout. Pensez à visiter (s'il est ouvert) le poste de commandant du colonel Rol-Tanguy, situé 20 mètres... sous le musée !  

Recommandé

    Vous aimerez aussi

      Advertising