Les festivals à Paris

Votre guide pour profiter des meilleurs festivals de musique de la capitale en 2016

Ça n'arrête jamais ! Non, l'été n'est plus la seule saison où l'on peut s'en mettre plein les oreilles. Chaque saison a ses événements, plus ou moins champêtres, plus ou moins grands, mais tous bien décidés à nous ramener d'excellents artistes sur la région parisienne. Pour vous aider à y voir plus clair, Time Out passe en revue les festivals qui se déroulent dans notre chère capitale. Weather, Villette Sonique, Jazz à Saint-Germain, Rock en Seine, The Peacock Society... La liste est longue, et il y en a pour tous les goûts. Suivez le guide !

Les festivals par saison

Musique

Les festivals du printemps

Place aux événements en plein air qui bourgeonnent dans les parcs de la ville.

En savoir plus
Musique

Les festivals de l'été

Pour passer la belle saison en musique !

En savoir plus
Musique

Les festivals de l'automne

Heureusement, la rentrée n'a pas que des inconvénients. 

En savoir plus
Musique

Les festivals de l'hiver

On prépare ses oreilles et ses Moon Boots, et on fonce !

En savoir plus

Les festivals coups de cœur de la rédac' en 2016

Clubbing

Weather Festival

En deux ans, le Weather festival a été propulsé parmi les plus grands événements consacrés aux musiques électroniques en Europe. Pour cause : il parvient à réunir les pionniers de la techno et de la house dans des espaces à capacité monstrueuse, pour faire plaisir à tous les Parisiens amateurs du genre. Le festival organisé par Surprize (l'agence également responsable de Concrete) réunit chaque année des dizaines de raveurs, à Paris et en périphérie. Voici notre guide complet pour en profiter. 

En savoir plus
Musique

Villette Sonique

On vous le répète, le quartier de la Villette est en pleine renaissance. Depuis 10 ans, le festival Villette Sonique s'y tient au printemps, et depuis la rénovation de la Grande Halle, il est devenu un événement musical incontournable pour les Parisiens. La programmation s'étoffe d'année en année, voguant entre électro qui tabasse et rock qui dépote. Enfin, le dernier avantage du festival - et pas des moindres - ce sont ses nombreux concerts gratuits et en plein air qui ont lieu dans le parc le week-end. Les Parisiens se déplacent en nombre pour voir pendant six jours des artistes rares ou méconnus et visiter le Village Label. Voici notre guide complet du festival. 

En savoir plus
Musique

Macki Music Festival

Imaginé par deux bandes d’agitateurs – le collectif amoureux de groove La Mamie's et le label pointu Cracki Records –, le Macki Music Festival a fait son entrée l’an dernier parmi les événements musicaux parisiens incontournables. Fusion entre les collectifs, fusion entre les genres : les programmateurs savent faire plaisir et se faire plaisir, en invitant des artistes de tous horizons. Des grands noms du hip-hop à la scène locale house, de l'indie pop aux musiques du monde... En plus de voir sur scène nos artistes préférés, on pourra se laisser surprendre par de belles découvertes, et c'est là toute la qualité du festival. Sans compter le cadre, ce superbe parc de Carrières-sur-Seine, immense terrain de verdure au bord de l'eau aussi agréable que dépaysant. De la détente donc, mais aussi de la grosse déconnade avec des stands loufoques et la présence du couple le plus barré de la planète (Benedetta et Romain Play) dans leur fameux Camion Bazar. Un petit bout d'été donc, dans ce dernier week-end de septembre que l'on attend impatiemment et pour lequel on vous donne nos immanquables.  

En savoir plus
Musique

We Love Green

Depuis 2011, le festival We Love Green propose aux Parisiens de passer deux jours sur l'herbe. Sur des scènes alimentées en énergie solaire et éolienne, les artistes du moment défilent, entre électro, rock, pop ou hip-hop. Mais We Love Green, c'est aussi et surtout un festival pensé de façon écologique. Après un appel à projets, de jeunes artistes ont été retenus pour habiller le parc d'œuvres végétales et d'une scénographie établie avec des constructions 100 % naturelles. Et pour prendre des forces entre deux concerts : des stands gourmands régalent les papilles. Amoureux de musique et de nature, Voici notre guide complet du festival. 

En savoir plus

Pour vous préparer avant les festivals

Musique

Notre sélection de concerts

Guide des concerts à ne pas manquer.

En savoir plus
Clubbing

Notre sélection clubbing

Avec ça, vous passerez tous vos lundis dans le brouillard, mais avec des souvenirs pleins de paillettes.

En savoir plus
Clubbing

Où sortir en boîte de nuit ?

Clubs, boîtes de nuit, discothèques, fêtes éphémères, afters, friches industrielles, lieux insolites, bars de nuit ou bars électro... 

En savoir plus
Shopping

Looks de festivaliers

Petite revue des tenues stéréotypées de ces amoureux de la musique et de la mode. 

En savoir plus

Des programmateurs vous parlent

Le blog

L'Espace B

Oui, mais non. Alors que nous séchions à peine nos larmes depuis cette poignante interview parue voilà un mois chez nos confrères des Inrocks, coup de théâtre dans le milieu alternatif : L'Espace B ne fermera pas ! Pas besoin de faire le deuil d'un endroit comme on n'en fait plus à Paris, plus de longues tirades désespérées sur la disparition progressive des lieux culturels dans la capitale : nous pourrons à nouveau croiser le fer de nos pintes peu chères tout en se délectant d'un délicieux couscous et en profitant d'un concert. Le lieu change bel et bien de mains, passant de la rugueuse poigne de Nicolas Jublot à celle, tout aussi ferme, de Nicolas Chiacchierini (producteur de concerts) et à celle, sans doute plus douce mais qui ne manque certainement pas d'énergie, de Pauline Richaud (chargée de communication). Dès lors, les habituelles questions reviennent se bousculer au portillon de notre curiosité parisienne : quid de l'endroit ? Va-t-il changer du tout au tout ? La programmation reprendra-t-elle les codes de l'ancienne ? Pas de panique : nous sommes allés demander tout ça à ces deux nouvelles têtes. Le 4 novembre dernier, on apprenait par une interview donnée par les anciens programmateurs aux Inrocks la fermeture de L'Espace B. Un mois plus tard, le lieu est repris. Que s'est-il passé pendant cette période ? Pauline Richaud : Ca faisait plusieurs mois que L’Espace B devait fermer, depuis le printemps dernier en vérité. D’une part, le propriétaire ne souhaitait pas r

En savoir plus
Clubbing

Sonotown

Dans le genre hyperproductif, Sonotown n'est pas trop mal loti. Depuis 2008, le collectif a évolué à vitesse grand V, ce qui lui a permis de développer de multiples projets. De la production d'événements (on pense aux 75021, mais aussi à leurs soirées techno à la Machine) à la création d'un club (Le Monseigneur, c'était eux), de la rédaction d'un webzine de musiques électroniques émergentes à l'éphémère Virgo, les gars de SNTWN sont partout et ils font les choses bien. Rien d'étonnant donc que la Gaîté Lyrique leur ait proposé une carte blanche du 14 au 18 janvier, pour mettre en lumière leur travail au sein de l'exposition interactive Paris Musique Club. On a donc rencontré à cette occasion son fondateur Julien Boisseau, qui nous éclaire un peu plus sur cette association ultra prolifique.   Time Out Paris : comment est né le projet Sonotown ? Sonotown : Sonotown existe depuis bientôt sept ans. D'ailleurs nous fêtons notre anniversaire en décembre entre la Machine et le Virgo, nos deux maisons. C'était un projet de fac à l'époque, un webzine qui traitait aussi bien de musique que d'images, de mise en espace, de scénographie, une plateforme culturelle en quelque sorte. Pour le premier anniversaire du webzine, nous avons voulu fêter ça aux Studios de l'Olivier à Malakoff.  Et tout est parti de là.   En fondant Rooms et OOO Communication, quelles étaient vos intentions ?  Rooms c'est notre boîte de production, OOO notre agence de communication. Leur création, il y a deux

En savoir plus
Clubbing

La Mamie's

On ne vous a jamais caché notre affection pour la Mamie's, cette joyeuse bande d’hyperproductifs capable de régaler les oreilles autant que de mettre les clubs et autres lieux alternatifs de notre chère Ville Lumière sens dessus dessous. Depuis 2007, l’équipe de pré-trentenaires agite la vie nocturne parisienne en organisant des fêtes follement récréatives, où le sérieux n’a de place que dans la programmation musicale. On peut leur accorder le mérite d’avoir su nous faire aimer la fête de la musique (RIP Place Dalida), de proposer des soirées ultra pointues (on pense surtout à leurs High_life qui ont ramené des artistes comme Tama Sumo, Dan Shake ou Paranoid London sur la scène française), d’enregistrer des podcasts régulièrement pour Le Mellotron, de créer un excellent festival – le Macki, en collaboration avec Cracki Records –, de passer des galettes à droite à gauche, notamment au monstrueux Weather Festival, et de lancer une maison de production de concerts hip-hop (Verveine Production). Mais leur fil conducteur depuis trois ans, c’est surtout leurs événements à La Ferme du Bonheur. Faut croire qu’au milieu des cochons, ces gars se sentent chez eux. Groupes live et DJ sets endiablés rythment les étés de leur public - une faune composée de leurs potes et d’une jeunesse débridée, pour une ambiance maximale. On a rencontré Fantin et Vito, deux des six membres du crew, à l’occasion de la grande première de 2015 qui se tiendra ce samedi, de 14h à 22h.  Time Out Paris : Quelle

En savoir plus
Clubbing

Badaboum

Octobre 2013. Un petit nouveau au nom onomatopesque entre dans le monde désormais bien peuplé du clubbing parisien. On parle évidement du Badaboum, espace pluridisciplinaire qui a écrasé la Scène Bastille, pour finalement la sublimer. Un bar à cocktails tout de bois vêtu, un appartement à la déco seventies où il fait bon traînasser, et une salle cosmique, plafonnée de néons et équipée d'un excellent sound-system pour ravir nos oreilles, et exciter nos pieds. Des concerts pour la première partie de soirée, et une épatante programmation house et techno pour la deuxième. Rencontre avec la tête qui se trouve derrière les commandes artistiques du club : Martin Munier, 27 ans et tous ses tympans.  Time Out Paris : Comment t'es-tu retrouvé là ? Martin : Eh bien, j'ai commencé il y a quelques années en organisant mes propres soirées. Au début, c'était vraiment pas facile, même ultra motivé, peu de clubs te font confiance. J'ai donc commencé à louer des salles à prix fort, et au final tu perds pas mal d'argent, mais bon, faut prendre ça comme de l'investissement. Et de fil en aiguille, tu rencontres plus de monde, tu montes de nouveaux projets comme la soirée Cliché que j'organise (entres autres) avec un certain Aurélien, gérant du Badaboum. C'est lui qui m'a contacté quand le projet Badaboum est né pour me proposer de le rejoindre dans l'aventure. En quoi consiste le métier de directeur artistique de club ? C'est un mélange de plusieurs choses je dirais. Bien sûr, la principale c'e

En savoir plus

Commentaires

0 comments