Les brasseries à Paris

Du croque-monsieur au magret de canard

1/8
© LRD/Time Out Paris

Brasserie Paris - Brasserie Barbès

2/8
© Thoumieux

Brasserie Thoumieux - Brasserie Paris

3/8
© ER/Time Out Paris

Auteuil Brasserie - Brasserie Paris

4/8
© LRD/Time Out Paris

Grand Central - Brasserie Paris

5/8
© Time Out

Brasserie Mollard - Brasserie Paris

6/8
© CG/Time Out Paris

Le Café du Commerce - Brasserie Paris

7/8
© Time Out

La Gauloise - - Brasserie Paris

8/8
© CV/Time Out Paris

Dunkerque - Brasserie Paris

Voir aussi notre sélection de bistrots.

A l'origine, le terme de « brasserie » désigne le lieu où l'on brasse la bière. Donc soyons clairs : si un restaurant s'autoproclame ainsi sans proposer une bonne pression, mieux vaut se méfier. Au-delà de la boisson maltée, qu'est-ce qui fait une brasserie ? Avant tout, c'est l'ambiance. Une atmosphère bruyante, décontractée, un service rapide, pas de nappes blanches sur les tables de bois ou de marbre... Comme dans un bistrot. La différence entre ces deux types d'établissements (bien qu'elle soit parfois dure à établir), c'est la carte. Le menu d'une brasserie ne varie quasiment pas, contrairement à celui de nombreux bistrots adeptes d'une cuisine de marché, et travaillant des produits frais de saison.

Selon la gamme, on trouvera dans nos bonnes vieilles brasseries de grosses salades, des croque-monsieur ou tartines Poilâne, des pièces de viande et de poisson, mais aussi des plats cuisinés comme de la blanquette de veau ou de nombreuses spécialités typiquement parisiennes. Les particularités régionales diversifient également les menus : ici une choucroute ou de l'aligot, là des moules ou un cassoulet. Dans les néo-brasseries (oui oui, l'expression existe, tout comme celle de « néo-bistrot »), souvent influencées par la gastronomie anglo-saxonne, on peut déguster des hamburgers, et souvent des fish and chips. Au final, seul un élément revient invariablement, à l'instar du demi de bière : rares sont les adresses où de savoureuses frites maison n'accompagnent pas les assiettes. En somme, la brasserie, c'est le lieu d'un repas sans fioritures, où l'on peut sans gêne s'enfiler un francfort-frites quand son patron a commandé une sole meunière.

Les brasseries classiques :

Chez Jenny

Grande brasserie au décor pittoresque et Alsace à la carte. Dans la série « monument du patrimoine gastronomique parisien », Chez Jenny tient bien son rang de brasserie d’anthologie. On y vient depuis 1932 pour respirer son air très « winstub ». Dans ce restaurant à l’accent alsacien au décor incroyable de marqueterie, statues et grandes fresques provinciales, on sert sous l’œil de Hansi des nourritures pittoresques.

En savoir plus
3e arrondissement

La Gauloise

Notre sélection

Une institution, cette Gauloise. Bourgeoise, discrète, accueillante, de plus en plus moderne, elle propose une cuisine de saison réussie à des prix plutôt raisonnables. Déjeuner entre un metteur en scène de théâtre, un ancien politicien, un académicien du Goncourt et une Légion d’honneur ne vous effraie pas ? Vous avez bien raison.

En savoir plus
Grenelle

Au Pied de Cochon

Une brasserie ouverte toute la nuit, où le cochon est roi.Le Pied de Cochon est une institution des appétits parisiens dont les néons n’ont jamais arrêté de briller, depuis 1947. A Paris, on sait que c’est ici, près des Halles, qu’à toute heure du jour et de la nuit, on peut assouvir sa faim des cochonneries les plus osées.

En savoir plus
4e arrondissement

Brasserie Mollard

Une des plus belles brasseries de Paris qui mérite que l’on s’y arrête au moins une fois dans sa vie. Après tout, un voyage dans le temps à trente euros, ça vaut bien le coup.Ici, le temps s’est arrêté en 1895. Pousser la porte de la Brasserie Mollard c’est remonter le temps vers l’époque vibrante où la vie parisienne venait s’échouer tous les soirs entre la gare Saint-Lazare et les Grands Boulevards.

En savoir plus
Europe

Brasserie Thoumieux

La Brasserie Thoumieux est un ancien bouillon Chartier racheté en 1923 par Martial Thoumieux et transformé en 2009 par Thierry Costes et Jean-François Piège, l’ancien chef du Crillon. Le grand comptoir, les globes lumineux blancs et les banquettes rouges se reflètent à l’infini dans les miroirs, le cadre est exceptionnel, même si cette brasserie chic est un peu trop bruyante quand elle est pleine. Ici s'attable une clientèle exigeante, très BCBG, quartier des Invalides oblige.

En savoir plus
Sud-Ouest de Paris

La nouvelle vague :

Dunkerque

Cette immense et jolie brasserie a ouvert ses portes sur l'avenue Trudaine, tout aussi belle, à deux encablures de Barbès. Dans un style industriel, avec matériaux bruts et éclairage très travaillé, le lieu comprend une large salle et deux terrasses. En plus de cette déco très (trop?) tendance, l'établissement mise sur une carte alléchante. Seul bémol : quelques inégalités entre les plats.

En savoir plus
9e arrondissement

Brasserie Barbès

Quatre étages, un joli bar-restaurant au look industriel, un adorable dancing, un patio, un rooftop. La Brasserie Barbès est grandiose. En plus de spécialités « néobrasserie », comme le tartare de maquereau avec frites de butternut ou le coquelet laqué, le Barbès offre une belle sélection de fruits de mer. Mais au final, la carte paraît un peu prétentieuse et chère.

En savoir plus
La Chapelle

Le Parisien

Dans cette famille de bars branchés que sont Chez Jeannette, le Sans Souci ou le Mansart, le petit dernier Le Parisien, se démarque avec une déco et une carte nettement plus raffinées. Sans tomber dans le clinquant, l’endroit très design, fait de miroirs, de néons et de bois, détonne dans le quartier Saint-Martin. Et c’est surement ce qui nous attire au premier abord : on a l’impression qu’un vaisseau futuriste est rentré dans une peinture de Mondrian ! 

En savoir plus
3e arrondissement

Auteuil Brasserie

Auteuil Brasserie a ouvert ses portes dans une ancienne gare de la petite ceinture. L'architecture particulière des bâtiments ferroviaires donne au lieu une certaine majesté : d'immenses pièces très hautes de plafond, ouvertes sur la rue grâce aux grandes portes vitrées. La décoration a juste ce qu'il faut d'élégance pour moderniser l'endroit tout en en conservant l'essence.

En savoir plus

Le Café du Commerce

Notre sélection

Le Café du Commerce a gardé son nom de bar PMU, avant sa métamorphose en 2011. Quelques cloisons abattues, des murs massifs en pierre de taille faussement décrépits, et voici cet espace aux dimensions bluffantes, où trône un joli comptoir de caractère. Au fond de la pièce, des banquettes confortables, dont une joliment arrondie. Aux murs, un joli décor de fresques naïves de Montmartre et du Moulin Rouge d'origine, des néons roses qui donnent bonne mine en soirée, et quelques gadgets vintage comme un encombrant poste de radio TSF et un téléphone à l'ancienne. 

En savoir plus
Goutte d'Or

Grand Central

Larges tuyaux apparents et lampes en métal, comptoir interminable, chaises d'école et carrelage chic : l'allure de loft industriel du deuxième restaurant du Cenquatre (après le Café caché) coupe le souffle. A la carte : terrine de cochon persillée, œuf cocotte, burrata, poulet cajun, onglet de bœuf, saumon à la plancha et cheeseburger.

En savoir plus
19e arrondissement

Paname Brewing Company

Cette adresse baignée de soleil brasse la bière les pieds quasiment dans l'eau du bassin de la Villette. Les yeux rivés sur les petites cuves qui trônent au fond du bar, on se laisse alors tenter par une bien fraîche Œil de Biche, une Pale Ale à 4,6 % brassée façon west coast avec du « houblon fruité et résineux » (en bouteille 5,50 €) ou une Casque d'Or, fine et dorée à 4 € le demi.

En savoir plus
Bassin de la Villette

Côté bistrots :

Commentaires

1 comments
clochette
clochette

Vous ne citez pas Les Bistronautes, merveilleux petit restaurant bistrot chic ne travaillant que les produits frais (pas de congélateur en cuisine). Au 54 rue d'Assas, les habitués ne manquent pas, fidèles à cette équipe sympathique et inspirée. Courez-y !