Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
© @ernestorussoph sur Instagram
© @ernestorussoph sur Instagram

A Montmartre, la Mairie de Paris tronçonne une glycine centenaire !

Écrit par
La Rédaction
Publicité

La Mairie de Paris a-t-elle fait la boulette du siècle, en se débarrassant de la glycine plus que centenaire, qui ornait la pergola du restaurant Chez Plumeau ? A Montmartre, c'est l'effervescence parmi les riverains. R.I.P l'impressionnant enchevêtrement boisé qui recouvrait la terrasse la plus coolosse de la Butte !

Propriété officielle de la municipalité, la treille prenait racine sur la plus petite place de Paris, au 4 de la place du Calvaire. Les services municipaux de la Ville sont venus tronçonner et bétonner le tronc, mardi 16 mars 2021. Et les gérants du resto, mis sur le fait accompli, n'ont rien pu faire. 

© Chez Plumeau
© Chez Plumeau

Massacre à la tronçonneuse

De l'impressionnante glycine plantée il y a plus de 120 ans, il ne reste plus rien. Les élus concernés assurent que la plante grimpante était morte, puisqu'elle ne donnait plus de fleurs... Mais associations, acteurs écologiques et habitants du quartier contestent, photos à l'appui (voir ici). Comme ils le rappellent, la floraison d'une glycine s’étale d’avril à juin. Si "ses branches paraissaient mortes en hiver", c'est normal, soutient au Parisien Emile Meunier, élu écologiste du 18e arrondissement. C'est aussi l'avis de l’association France Nature Environnement, qui rappelle que cette glycine "était saine", et encore en fleurs au printemps 2020. 

© France Nature Environnement
© France Nature Environnement

Steven Yaouanq, le gérant de Chez Plumeau ne décolère pas. Pour lui, la treille allait repartir. Au site actu Paris, il déclare : "Pendant le premier confinement, la Mairie a refait la place et les pavés, mais ils ont jointé jusqu'au collier de la glycine. Elle a commencé à s'étouffer, alors j'ai mis un coup de marteau-piqueur pour la dégager. Elle était essoufflée, mais elle rebourgeonnait, elle allait repartir. Moins belle, mais elle repartait." Le taulier a récupéré la souche qu'il compte bien faire analyser pour prouver la bévue supposée de la Ville. 

Bataille à coups de tweets 

Sur Twitter, ça s'enchaîne à coups de tweets. Christophe Najdovski, en charge des espaces verts parisiens à l’Hôtel de Ville jure mordicus qu'un "examen attentif a été réalisé par des experts sylvicoles qui ont constaté la mort de cette magnifique plante grimpante."  Et l'élu EELV de tenter de calmer le jeu en précisant qu'une "nouvelle glycine" sera plantée "dès la semaine prochaine".
Pour lui, il en faut "pas confondre les branches de vigne vierge, fortement présente sur le site avec des bourgeons, avec les branches de la glycine, plus sombres et sans lenticelles." Traduire, le tronc était bel et bien mort. On verra ce que dit l'analyse du bois... En attendant, va falloir être patient avant de pouvoir de nouveau enquiller les verres sous la tonnelle : une glycine pousse d'environ 2 mètres par an !

À la une

    Publicité