Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche

L'actu par Time Out Paris

Votre guide de Paris au quotidien : actualité, infos, culture et humour (enfin, on essaye)

Écrit par
La Rédaction
Publicité

Derniers articles

  • Restaurants
  • Dans nos Assiettes

C'est qu'on l'aime vraiment beaucoup Dalia, ce restaurant levantin qu'on a déniché à la rentrée du côté du Sentier. Déjà, Dalia, c'est une ambiance et un décor magnifique qui en mettent plein la vue, entre murs poudrés, sol terracotta et appliques en cuivre. Ensuite, il y a les assiettes qui tabassent de la cheffe Or Bitan, à base de creamy houmous, zaatar, huile d'olive vierge, giga-chakchouka et fondantissime épaule d’agneau cuite sept heures. On aime tellement Dalia qu'on a décidé de l'investir pour célébrer un bout des 10 ans de Time Out Paris le temps de la soirée du vendredi 10 décembre. Par ici les réservations. Comme pour toutes les soirées de notre vertigineux festival gastronomique, la cheffe Or Bitan nous a concocté un menu spécial en cinq temps. Dans l'ordre, vous aurez d'abord le droit à un chapelet d'amuse-bouches (houmous, labné fumé à la sauge, pain maison, oignons caramélisés) avant un carpaccio de betteraves multicolores et une brochette de bar de ligne marinée à la coriandre et zeste d'orange. La suite et fin ? Des côtelettes d'agneau, croûte de pistache, des potatoes au romarin et un final en apothéose avec un triptyque sucré réunissant basbousa, ce gâteau de semoule avec sa crème d'achta et son sirop de rose, une mousse au chocolat blanc à la cardamome noire et un suprême d'agrumes. On vous voit baver d’ici ! Pour se rincer la glotte, beau symbole, c’est Ruba Khoury, cheffe d’origine palestinienne du Dirty Lemon, qui escortera le repas avec ses cocktails

  • Art
  • Art

A lire également : Pour célébrer ses 10 ans, Time Out Paris organise un énorme festival gastronomique De friches en tiers-lieux, le boulevard périphérique parisien s’impose petit à petit comme l’épicentre excentré – et excentrique – du défrichage des cultures alternatives. A la lisière d'Aubervilliers et de Pantin, non loin de l’incontournable galerie Thaddaeus Ropac et du théâtre de la Commune, un nouveau terrain de jeu dédié à l’art et à la culture sous toutes ses formes vient d’ouvrir ses portes. Le Point Fort, installé dans l'ancien fort d’Aubervilliers, se veut le point de ralliement des esprits curieux et aventureux du quartier – et des Parisiens en manque d’espace de liberté. S’étendant sur près de 5 000 mètres carrés, le site est presque une ville dans la ville, divisée en plusieurs espaces – intérieurs et extérieurs – pouvant abriter tout type d’événements. Porté par l’association Villes des musiques du monde, qui officie depuis plus de vingt ans dans la commune, le projet tient particulièrement à mettre en avant les esthétiques « musiques et danses du monde », à travers une programmation de spectacles ouvrant à de nouveaux horizons culturels et sociaux. Au mois de décembre, le Point Fort accueille la première édition du festival jeune public Babel Mômes, avec des séances de ciné-concert, des performances et autres explorations euphorisantes. Les plus grands pourront s’y retrouver dès le samedi 4 décembre, à l’occasion d’une grande bamboche organisée par Via le monde

Publicité
  • Que faire
  • Vivre en Ville

En 1930, Joséphine Baker chantait « J’ai deux amours / Mon pays et Paris ». Près d’un siècle plus tard, c’est cette histoire d’amour partagée que l’on célèbre à travers la panthéonisation de la chanteuse et danseuse d’origine américaine, devenue française en 1937. En plus de son intronisation au « temple des grands hommes », la ville de Paris continue d’honorer la mémoire de cette immense artiste et Résistante à travers deux manifestations exceptionnelles : l’ouverture gratuite du Panthéon les 4 et 5 décembre, et l’inauguration d’une station de métro à son nom. Suite à la cérémonie du mardi 30 novembre, le Panthéon sera donc ouvert gratuitement au public tout le week-end. Les samedi 4 et dimanche 5 décembre, il sera ainsi possible de rendre hommage à cette figure incontournable de la lutte antiraciste et de se recueillir devant son caveau – le numéro 13 – sans réservation. Un second hommage lui a été rendu cette semaine à travers l’inauguration de la station Gaîté – Joséphine Baker, rebaptisée à l’occasion de son intronisation. La star du music-hall avait déjà donné son nom à une place du 14e arrondissement, située au bout de la rue de la Gaîté. A quelques pas de là, on trouve toujours le théâtre Bobino où elle s’était produite une dernière fois avant de mourir, le 9 avril 1975. Si Joséphine aimait Paris, la ville le lui rend bien aujourd’hui. Quoi ? Gratuité du PanthéonQuand ? Samedi 4 et dimanche 5 décembre 2021Où ? Panthéon, place du Panthéon, Paris 5e  

  • Restaurants
  • Dans nos Assiettes

On vous l'annonçait il y a peu : pour célébrer ses 10 piges, Time Out Paris organise un immense raout gastronomique et prend possession de sept des meilleurs restaurants de la ville. Le temps d’une semaine, du 6 au 12 décembre, sept chefs vont vous concocter dans leur enceinte des menus spéciaux d’anniversaire avec, au programme, des cartes à rallonge (six plats chez Quinsou !) et des cocktails improbables.  Car oui, c’est la grande originalité de l’événement : certains de nos bartenders préférés vont concocter des cocktails pour chaque plat afin que vous ne mouriez pas de soif. Tandis que Thibault Massina (Le Syndicat) accompagne une soupe à l'oignon d'une potion réunissant Rhum Trois Rivières Wood, dry vermouth, vin orange Roucaillat 2016 et sirop de macis, Nicolas Goradesky (The Cambridge Public House) flanquera les bouchées à la vapeur au porc et aux crevettes de Gros Bao d’un gin to au sirop de shiso maison, à base de gin japonais Roku. Ou que la Palestinienne Ruba Khoury propose un cocktail à base de Grand Marnier, rhum infusé à l’ananas et aux épices et sirop de menthe pour accompagner les brochettes de bar de l’Israélienne Or Bitan (Dalia) Bref, histoire de faire monter un peu plus la sauce, Time Out vous dévoile tout ce que vous allez manger durant cette perfect week. Attention, les places partent très vite, il n’y en aura pas pour tout le monde ! Par ici pour réserver. Jour 1 : Racines avec Simone Tondo et Franck Audoux [COMPLET] Le menu comprend cinq plats et cinq

Publicité
  • Restaurants
  • Dans nos Assiettes

Gros Bao, tout le monde connaît, c'est la cantine XXL de la Bao Family plantée sur le canal où l'on s'envoie de juteux bao, d'ultra-fondantes et addictives aubergines ou encore ce bao frit sucré à baigner dans du lait concentré. Le truc, c'est que vu tout le monde connaît, et que c'est sans résa, on y fait minimum une heure de queue à chaque fois. Mais attention, le samedi 11 décembre, à l'occasion des 10 ans de Time Out Paris, Gros Bao ouvre ses réservations pour la toute première fois, et pour une seule et unique soirée. Par ici pour réserver ! Et parce qu'une occase comme ça, ça se mérite et ça se célèbre, la cheffe Lucy Chen a mitonné un menu spécial en cinq plats. Ce que vous allez y bouloter ? Des bouchées à la vapeur au porc et à la crevette, de la poitrine de porc fondante braisée, un riz sauté aux œufs et sauce soja, une farandole de champis et un bao sucré cœur coulant au jaune d'oeuf. Ça va les montées de salive, ça se passe bien ? Ha oui, et vu que rien n'est trop beau pour un anniversaire, le joueur de shakers du Cambridge Public House Nicolas Goradesky mettra tout ça en musique avec trois cocktails offerts pour manger avec vos plats, à base de gin Roku. « Gin-to au shiso pourpre », « Gimlet aux 5 épices », « Espresso martini au sésame noir ». Vous n'êtes pas prêts. Pour rappel, c'est une occasion unique, on vous laisse donc vous ruer sur les places. Jour 6 : Gros Bao avec Lucy Chen, Céline Chung et Nicolas Goradesky Ce menu dégustation comprend cinq plats et tr

  • Shopping
  • Mode & shopping

A lire également : Pour célébrer ses 10 ans, Time Out Paris organise un énorme festival gastronomique D'une vente (et d'une semaine) à l'autre, on passe du mobilier de la haute à celui des souterrains. Tandis que mardi dernier, le Plaza Athénée tournait définitivement la page Alain Ducasse en vendant la déco de son resto, une vente aux enchères en ligne permet cette semaine de s'offrir des reliques réformées de la RATP, allant des années 1910 aux années 2000. C'est la première fois que la Régie se défait de son matos et les sous récoltés seront reversés à sa structure d'accueil Le Recueil social. Hébergée jusqu'à ce vendredi 3 décembre 11 h sur le site de la maison Drouot, cette vente sera divisée en 215 lots aux contours et aux prix aussi aléatoires qu'un horaire d'entrée en gare. Pour vous donner une idée, vous aurez par exemple l'occasion d'acquérir une plaque émaillée « Métropolitain » style Guimard, des plans de métro pour ne plus vous tromper, des plaques de signalétiques pour sortir à Lourmel, Disneyland ou La Villette mais aussi des horloges, du carrelage, des bancs, des portes ou des sièges Akiko de toutes les couleurs. Il y aura vraiment de tout. De notre côté, on avoue avoir un petit faible pour la façade de métro bleue datant de 1973, pour le mat de métro de plus de 5 mètres qui se fondra parfaitement dans votre intérieur, et surtout pour les tourniquets, histoire de frauder à la Chirac en toute tranquillité. Si les prix sont très variables (entre 30 et 5 000 € au

Publicité
  • Que faire
  • Vivre en Ville

A lire également : Pour célébrer ses 10 ans, Time Out Paris organise un énorme festival gastronomique Tel un vieux serpent de mer, la question de l'appropriation de la Seine par les Parisiens repointe le bout de sa proue. Tandis que le projet de l'Odyssée en interroge les usages, que la mairie a lancé la construction d'une cuve pour tenir sa promesse de baignade en 2024, les projets de l'appel Réinventer la Seine lancé en 2016 continuent à sortir de l'eau. A la suite de Fluctuart, le premier musée d'art urbain flottant au monde, c'est au tour de l'Arche Javel, une attirante structure rassemblant piscine, sport et guinguette, d'entrevoir une ouverture. C'est peu dire qu'Arche (un nom encore provisoire), menée par l'hyperactive équipe de Why Not Productions – le Rosa Bonheur, c'est eux –, aura connu un chantier tumultueux, entre naissance à Dieppe, rapatriement d'urgence à Javel suite à un micmac d'écluse et allongement inopiné pour cause de Covid. Avant l'ouverture prévue pour le printemps, on a joué aux inspecteurs des travaux finis pour vous apporter les dernières infos. © Seine Design Amarrée en face du parc André-Citroën, cette Arche en impose. On parle d'un bâtiment de 110 mètres de long (soit plus grand qu'un terrain de foot), de 15 de large, 7 de haut et d'un poids total de 2 000 tonnes. Tout simplement la plus grosse structure jamais construite par les architectes de Seine Design. Une barge de trois étages d'autant plus impressionnante qu'elle est entièrement vitrée,

  • Art
  • Art

A lire également : Pour célébrer ses 10 ans, Time Out Paris organise un énorme festival gastronomique C'est devenu une habitude : une fois la fin d'année venue, on reçoit dans notre boîte aux lettres électronique la suite des événements de l'Atelier des Lumières. Alors que l'année 2021 aura été consacrée à la Méditerranée et aux surréalistes univers de Dalí et Gaudí, le mastodonte numérique de la rue Saint-Maur nous invite, du 18 février 2022 au 2 janvier 2023, à une lumineuse escale dans le Sud impressionniste de Paul Cézanne. Tout au long des 40 minutes de cette rétrospective Cézanne, lumières de Provence concoctée par Gianfranco Iannuzzi et le studio Cutback, les (140) projecteurs (lasers) du spot vont s'éclairer des innombrables toiles du maître Cézanne sur sa Provence natale. Ce que vous y trouverez ? De la montagne Sainte-Victoire à perte de vue, les calanques et l'Estaque, des corbeilles de natures mortes et de la nature à foison. Côté programme court, l'ambiance sera radicalement différente puisqu'il sera consacré à l'œuvre de Vassily Kandinsky. Avec Kandinsky, l'odyssée de l'abstrait, l'Atelier des Lumières propose une immersion d'une dizaine de minutes dans l'œuvre complète du peintre d'origine russe. Tentant ainsi de comprendre le cheminement qu'il l'aura vu débuter dans l'impressionnisme avant de mettre tout son cœur et son âme dans l'abstraction. Encore une fois, merci à la régie et à l'Atelier des Lumières. Quoi ? Cézanne, lumières de Provence et Kandinsky, l'od

Publicité
  • Restaurants
  • Dans nos Assiettes

On aurait préféré que le dîner organisé à Ground Control fin septembre pour venir en aide aux exilés afghans soit le premier et le dernier. Sauf que la situation locale n'ayant clairement pas évolué dans le bon sens, la solidarité doit continuer de s'activer. L'association Enfants d'Afghanistan et d'ailleurs, qui vient en aide aux exilés mais aussi aux gens restés au pays, encore épaulée par le Refugee Food Festival, la Cave Fontaine et la journaliste et entrepreneuse Julie Gerbet, remet donc le couvert le 30 novembre, pour une nouvelle édition de son banquet « Afghanes the Power ! » à Ground Control. Tout comme lors de la première édition, ce dîner sera précédé d'une table ronde, à la thématique encore à définir. Modérée par la journaliste Nina Gheddar, directrice de la publication du média « franco-réfugié » Guiti News, elle réunira notamment la patronne de France Terre d'asile Delphine Rouilleault, la taulière de la Cave Fontaine Reza Jafari ou l'adjoint au logement Ian Brossat. Ça, c'est pour la partie jus de cerveau. Viendra ensuite le temps de penser à la panse, avec un repas en cinq étapes – option végé de rigueur – façonné par six toques au top. Dans la liste, on retrouve la cheffe de Sur Mer Olive Davoux, un duo composée de l'Alsacienne du Café Mirabelle Marion Goettlé et la partisane du zéro déchet Chloé Charles, aperçue dans Top Chef. Mais aussi Sugio Yamaguchi du restaurant Botanique, planqué à Oberkampf, ainsi que la cheffe normande vue au Babel Hôtel Claire Fera

  • Restaurants
  • Dans nos Assiettes

Après dix piges à suer pour vous trouver les meilleures tables de Paname, repérer les nuits les plus branchées et polir les zincs les plus décalés, Time Out Paris a décidé de célébrer sa décennie d’existence avec une bonne semaine de fête ! Du lundi 6 au dimanche 12 décembre, on marque le goût en organisant un vrai festival gastronomique afin de souffler dignement nos dix bougies. Y a plus qu’à choper ses places ici ! Il aura fallu attendre 2011 pour que le pionnier des city guides traverse la Manche, lui qui accompagne les Londoniens depuis 1968 et a essaimé son célèbre logo noir et rouge dans plus d’une trentaine de grandes villes (New York, Mexico, Tel-Aviv, Tokyo, Sydney…). Si bien qu’aujourd’hui, Paris est devenue la troisième rédac’ Time Out en termes de chiffres d’audience – un grand merci à vous pour votre fidélité ! Pour cet anniv, Time Out Paris met les petits plats dans les grandes adresses et investit sept de ses restos préférés pour des repas de haute volée, tous genres et bourses confondus, de la cantine chinoise XXL sur le canal au micro-gastro germanopratin. Et comme rien n’est trop beau, on a convié nos bartenders favoris pour vous ciseler des cocktails pairings de feu, à boire entre chaque bouchée. Bref, quand chef(fe)s et mixologues fusionnent façon Gogeta pour vous faire vivre une semaine d’anthologie… Admirez le casting ! Jour 1 : Racines avec Simone Tondo et Franck Audoux [COMPLET] © Anna Wanda Gogusey Le Sarde Simone Tondo, chef de Racines, vous accue

Recommandé
    Vous aimerez aussi
      Publicité