Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche

L'actu par Time Out Paris

Votre guide de Paris au quotidien : actualité, infos, culture et humour (enfin, on essaye)

Écrit par
La Rédaction
Publicité

Derniers articles

  • Restaurants
  • Dans nos Assiettes

Alléluia ! Alors qu’il faut compter un bon trois quarts d’heure de queue pour avoir une chance de poser ses fesses aux Bouillon Pigalle et Répu, voilà que les mythiques restos des frères Moussié opèrent une révolution : désormais, il sera possible de réserver sa tablée. Et pas besoin de sortir de Saint-Cyr pour choper le Graal : vous allez sur le site, vous réserver un créneau, le nombre de couverts et emballé, c’est pesé. Chose qui ne change pas, il faudra être au complet à l’heure de la résa. Quant à ceux à qui l'ambiance de la queue manquerait, vous pouvez toujours vous pointer devant les deux restaurants et poireauter tranquillement pour choper une place. Dans le même communiqué, les équipes du Bouillon ont annoncé la mise en place d’une carte snack qui complétera l'offre à emporter. A l’ardoise ? Des buns type jambon fromage, des soupes, de la quiche lorraine et même un flan. Largement assez pour les gens pressés. Pour réserver, c’est par ici que ça se passe.

  • Restaurants
  • Dans nos Assiettes

Un lieu déjà connu de la carte des friches parisiennes a pris des couleurs. Depuis 2019, le collectif Soukmachines – la Halle Papin, c’est eux – a retapé une ancienne usine de salaison au Pré-Saint-Gervais pour en faire des ateliers d’artistes, ouvrant en 2021 une guinguette de poche de 500 mètres carrés à l’extérieur. Après une première saison, le lieu a mûri pour devenir la… Tomato guinguette. Allons droit au but : le collectif a décidé de mettre la tomate au cœur de la guinguette, plantant une cinquantaine de pieds directement dans la cour. Tout le mois de juillet et après le 18 août, chaque vendredi et samedi, les visiteurs auront la possibilité de venir cueillir gratuitement les tomates pour les manger dans la foulée. Histoire d’aller un peu plus loin que la tomate croque au sel, le PRéàVIE a prévu de monter tous les week-ends un vrai marché avec une baraque à frites, une épicerie, une fromagerie, une rôtisserie ainsi qu’une boucherie. Et comme personne ne se trimballe avec son brasero portatif, des barbecues en libre-service sont annoncés. Enfin, des concerts et DJ sets sont aussi prévus le vendredi, tout comme des ateliers le samedi. Quoi ? Tomato guinguetteQuand ? Jusqu’au 30 juillet et après le 18 août, le vendredi de 18h à minuit et le samedi, de midi à minuitOù ? PRéàVIE, 25 rue Danton, 93310 Le Pré-Saint-GervaisCombien ? Entrée libre

Publicité
  • Restaurants
  • Dans nos Assiettes

L’été sera chaud comme un satyre, ce demi-dieu rustique à corps d’humain, jambes de bouc et libido déchaînée qui va mettre un dawa dionysiaque sur les bords du canal Saint-Martin. Pendant trois jours, les 1er, 2 et 3 juillet, la Grèce contemporaine se raconte au Point FMR sous l’impulsion de Profil Grec, épicier sourceur de divins produits hellènes. Une belle fête à la feta ! Au programme ? De la musique avec un concert de Mithridatis, figure contestataire et icône de la scène hip-hop grecque, suivi d’un DJ set de Deviant Disco jusqu’à 4 du mat’. Des expos de peintures et collages de Stefania Bregianni en collaboration avec le photographe Kostis Papakonstantinou. De la food avec un banquet végétarien à volonté préparé par Roland Theimer, un dîner gastronomique ourdi par Nikos Thomas, chef de Simul à Athènes, et un dej du dimanche concocté par Mikaela Liaroutsos de la formidable Ouzéri Étsi à Paris. Du cinéma avec la projection de Ola einai dromos (La route est longue), film de Pantelis Voulgaris (1998). Et même un marché comme à Kalamata avec dégustation et vente de produits artisanaux en présence des producteurs.  Bref, de quoi aller se faire voir chez les Grecs en kiffant à fond !  Quoi ? Satyres EphémèresQuand ? Du 1er au 3 juillet 2022Où ? Point Ephémère, 200 quai de Valmy, Paris 19eCombien ? De gratuit à 75 € selon les événements (Billetterie ici)

  • Que faire
  • Insolite

Cet été, les Parisiens vont passer une bonne partie de leur temps la truffe en l’air. Si l’on vous a déjà listé les cinémas en plein air et parlé du programme numérique Destination Cosmos à l’Atelier des Lumières, un événement proposera également d’aller vers l’infini et au-delà. Du 8 juillet au 3 septembre, l’Association française d’astronomie revient dans les parcs et jardins parisiens pour 20 soirées gratuites d’observation. A chaque étape, les visiteurs seront invités – sans inscription préalable – de 21h à 1h à regarder le ciel à l’aide du matériel fourni (lunettes et télescopes) avec, à l'appui, les commentaires des pros de l’association. Vous pouvez aussi venir avec votre propre matos. Cette édition 2022 s’arrêtera dans 15 jardins et parcs de la capitale dont trois seront visités pour la première fois : Monceau, Chapelle-Charbon et la Butte-du-Chapeau-Rouge. On vous laisse avec les dates et les lieux précis. Vendredi 8 juillet – Square Louise-Michel (18e) Samedi 9 juillet – Jardin du Ranelagh (16e) Samedi 16 juillet – Parc Monceau (8e) Dimanche 17 juillet – Square Séverine (20e)  Vendredi 22 juillet –  Chapelle-Charbon (18e)Samedi 23 juillet –  Martin-Luther-King (17e)Vendredi 29 juillet – Parc de la Butte-du-Chapeau-Rouge (19e) Samedi 30 juillet – Square Georges-Méliès (12e) Dimanche 31 juillet – Place des Vosges (4e)  Jeudi 4 août – Parc Montsouris (14e) (h24)Dimanche 7 août –  Square Louise-Michel (18e) Samedi 13 août – Jardin du Ranelagh (16e)Dimanche 14 août –  Bu

Publicité
  • Musique
  • Musique

Dans le sillage des Kilomètre25, Périph' et autre Jardin 21, une nouvelle file dansante embrasera le périphérique parisien cet été. A partir du 24 juin, la tentaculaire agence événementielle Bonjour/Bonsoir (Badaboum, Casbah, Panic Room…) met le cligno sous la porte Pouchet (17e) pour ouvrir Virage, un lieu hybride de 1 500 mètres carrés entre open air et club. Dans cette ancienne fourrière remodelée par l'agence Outchesque, à base notamment de matériaux automobiles recyclés, on verra s'enquiller du mercredi au dimanche une brochette d'événements électroniques furetant sur tous les fuseaux horaires. Copilotée par RAG, l'emblématique boss du collectif Barbi(e)turix, et Benjamin Charvet, un des gourous du média Dure Vie, la prog de Virage réunit déjà une centaine de noms parmi les plus belles huiles des scènes électroniques locales et internationales. La vibrionnante scène des collectifs sera particulièrement bien représentée avec, au choix, les trop rares soirées OttoBis, les burlesques et militantes Sœurs Malsaines ou les soirées queers Wet For Me. Mais aussi La Créole, La Mamie's, Pardonnez-Nous, Madame, Peacock Society ou Rinse France… Et dites-vous que ce n'est qu'un avant-goût.  On croisera aussi plein d'artistes qui n'ont pas besoin d'être en bande pour monter sur scène comme Belaria et sa house jouée en 5e vitesse, le sorcier acid Ceephax Acid Crew (petit frère de Squarepusher), Sina XX de Subtyl, un live d'Irène Dresel ou un set de Djibril Cissé. Car oui, l'ex-football

  • Cinéma
  • Cinéma

Dans le cadre de son tentaculaire Festival Paradiso, MK2 va trimballer ses écrans dans tout Paris (et au-delà !). On vous avait déjà prévenus pour les projections en plein air dans la mythique cour du Louvre et sur le rooftop de l’hôtel Paradiso à Nation, et voilà que les habitants de l’Ouest parisien sont aussi servis. Du 8 au 10 juillet, le festival revient sur le parvis de la Seine musicale pour trois soirées de films et de concerts. Du côté des films, on est sur trois belles références. En premier relais, on aura droit à Phantom of the Paradise, la virée glam rock de Brian de Palma et film fétiche des Daft Punk, suivi le lendemain de l'adaptation par Milos Forman de la comédie musicale hippie Hair. En clôture, Paradiso projettera Leto de Kirill Serebrennikov, immersion dans la scène indé rock soviétique des années 1980. Et donc, chaque soir, un groupe choisi en fonction de la thématique jouera en amont du film. Pour assister à une séance, ça se passe par tirage au sort. Les premiers billets ont été arrachés, mais une seconde salve sera mise en ligne le 1er juillet à 18h. Soyez vifs.  Quoi ? Cinéclub Paradiso à la Seine musicaleQuand ? Du 8 à 10 juillet 2022 Où ? Seine musicale, île Seguin, 92100 Boulogne-Billancourt Combien ? Gratuit (sur réservation)

Publicité
  • Art
  • Art

Des aurores boréales au-dessus de Notre-Dame… Ouh là, en lisant cette phrase, vous devez vous dire que le soleil a tapé un peu trop fort sur la caboche de Time Out ce week-end… Eh bien pas tant que ça ! Dans le cadre de l'indispensable festival Paris l'été et après un premier essai en 2020 dans la cour du lycée Jacques-Decour, l'artiste suisse Dan Acher revient installer ses aurores boréales (numériques) au-dessus de la cathédrale parisienne les 30 et 31 juillet. A la nuit tombée, pendant deux heures, son impressionnante machinerie plongera Notre-Dame et le ciel environnant dans une sorte d'énorme brouillard de fumée lézardé de lasers colorés. Si l'on se base sur les images des précédentes installations, on se dit que cette œuvre Boréalis est plutôt ressemblante et mettra une sacrée claque visuelle. Au-delà des mirettes, Boréalis joue également sur l'ouïe puisque les projections sont mises en musique par le compositeur Guillaume Desbois. On signalera que chaque installation se veut unique, variant par exemple en fonction des paramètres météorologiques. Pour sûr, le rendu fera tourner les orbites, mais quid du message ? Avec Boréalis, Dan Acher veut questionner le changement climatique à travers l'ineptie que représente l'apparition d'une aurore boréale en plein Paris. Un peu comme voir une tornade déferler sur Deauville ou des pics à 40 degrés en juin dans les rues de Paris… Quoi ? Boréalis, des aurores boréales, ici et maintenant Quand ? Samedi 30 et dimanche 31 juillet 2022

  • Cinéma
  • Cinéma

Cinéma en plein air & Plaza Athénée. Voilà une association qui appelle à regarder dans les étoiles. Du 27 juin au 1er juillet, le palace de l'avenue Montaigne accueillera tous les soirs – sur un écran de 5 mètres de long et à l'aide de casques connectés – une séance de ciné dans sa cour privée. Particularité de ces toiles à l'air libre : c'est le chef de la maison Jean Imbert, nouvel étoilé au guide du pneu, qui imaginera pour chaque séance un menu spécial en accord avec le film du soir. Parmi les pairings annoncés, on signale un diptyque Spielberg avec une soirée d'ouverture autour des Dents de la mer et d'un menu poiscaille, mais aussi une séance qui joue la carte viandarde pour mettre en bouche Jurassic Park. Jean Imbert s'aventura également sur le terrain végétarien pour évoquer La Main au collet d'Hitchcock et dans le domaine des spiritueux avec Goldfinger, le troisième numéro de la série James Bond avec Sean Connery. Enfin, pour une ambiance "Ici c'est Paris", le ciné-club diffusera Ratatouille, film d'animation flanqué de classiques de la cuisine française. Par contre, si le choix des films se veut grand public, l'accès sera VIP avec des tickets à partir de… 250 €, boissons non comprises. La vie de palace, quoi. Quoi ? Plaza Cinéma ClubQuand ? Du 27 juin au 1er juillet 2022, à partir de 20h30Où ? 25 avenue Montaigne, Paris 8eCombien ? A partir de 250 € (Billetterie ici)  

Publicité
  • Musique
  • Musique

En ce début d’été, une nouvelle bretelle festive va lacérer le périphérique parisien. Sous la houlette de l’agence AMS Booking, l’Espace Périphérique de la Villette va, jusqu'au 16 juillet, chaque vendredi et samedi, se métamorphoser en Périph’ tout court. Derrière ce nom sans doute trouvé après des heures de brainsto, on découvre donc un espace extérieur – en partie couvert – pouvant accueillir environ 3 500 guincheurs, faisant de lui « le plus grand open air de Paris » dixit les orgas.  Sur un format unique 18-2h, les programmations se montrent particulièrement musclées avec de beaux noms majoritairement électroniques et hip-hop. Dans la partie électronique, on apercevra entre autres les briseurs de genoux de Casual Gabberz, un “Périph’ de la tentation” curatée par le collectif pro-eurodance La Darude et un week-end entier estampillé Boiler Room. La plateforme amènera dans sa musette l’esthète techno venu de Detroit DJ Stingray 313, l’Allemande Helena Hauff ou encore une collab entre Fusion Mes Couilles et Herrensauna, soit deux des plus belles soirées des rives opposées du Rhin. Autres têtes annoncées derrière les decks : la tonitruante Crystallmess, la Marocaine Glitter, Maud Geffray de retour avec son album Ad Astra, ou encore Manu le Malin pour une date avec Sentimental Rave. Côté hip-hop, on signalera les passages de l’Anglais Russ Millions, du Villeurbannais drilleur de sons La F, le rappeur gambien Jnr Choi ou Luv Resval, ce jeune trappeur parrainé par Alkpote. N’hés

  • Art
  • Art

A peine l’été s’approche-t-il qu’on annonce déjà de la lumière cet hiver à la Villette. La seconde édition du luminescent festival Lumières !, qui aura lieu gratuitement au mois de décembre 2022, fait son grand retour dans ce maousse parc du 19e. On ne connaît pas encore les détails de l’événement (il n’aura lieu que dans six mois) mais un petit coup de rétro sur l’édition inaugurale permet de donner une idée de l’ambiance. Pendant un mois, les visiteurs avaient découvert dans le parc de la Villette d’impressionnantes installations lumineuses, façonnées par Group F – à l’origine de la célèbre manifestation dans le pays des Gones – et le studio 1024 architecture, réputé pour ses incroyables scénographies pour DJ. Les œuvres tapissaient autant le canal que les pelouses pour un éclatage de mirettes en règle. On ne sait pas si les mêmes entités seront de la partie mais on ose imaginer que si remplaçants il y a, ils seront du même acabit. On clôturera avec une info sûre : une grande parade des lanternes aura lieu le 10 décembre. La fameuse lumière au bout de l’hiver. Quoi ? Lumières ! 2e éditionQuand ? Décembre 2022Où ? Parc de la Villette, Paris 19eCombien ? Accès libre

Recommandé
    Vous aimerez aussi
      Publicité