Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche

L'actu par Time Out Paris

Votre guide de Paris au quotidien : actualité, infos, culture et humour (enfin, on essaye)

Écrit par
La Rédaction
Publicité

Derniers articles

  • Art
  • Art

Depuis le 30 septembre 2021, fini les cabas et les caddies au 2 boulevard Rochechouart ! Soixante-treize ans après son ouverture, Tati, l’antre des petits prix lancé en 1948 par Jules Ouaki, tirait définitivement le rideau. Un an après, en attendant le début des travaux de la Passerelle – un complexe mêlant espace culturel, logements et restauration –, le célèbre bâtiment toisant le métro aérien s’anime d’un nouveau souffle en accueillant l’Union de la jeunesse internationale. A la tête de cette Union, pas de syndicalistes mais une firme textile bien connue du quartier, la Maison Château Rouge (MCR). Depuis le 10 septembre et – au moins – jusqu’à la fin 2022, l’Union occupe une partie du rez-de-chaussée et du premier étage du bâtiment racheté par le promoteur Immobel, soit environ 400 mètres carrés sur les 6 500 de l’ancien magasin. Un lieu ouvert à toutes les cultures Ce projet pensé avec l’agence Forest trotte depuis un bail dans la tête de Youssouf Fofana et son équipe : « Tati n’était pas encore vendu qu’on y pensait déjà. Au départ, on voulait créer le Palais de Tokyo de la diaspora africaine, puis on l'a élargi à toutes les cultures diasporiques. On avait des discussions avec le maire du 18e pour faire quelque chose qui parle à la jeunesse ainsi qu’aux gens du quartier, de passage et de l’extérieur. Mais il manquait un lieu. Une fois que l’immeuble Tati s’est libéré, c’était évident, c’est ici que ça devait se faire. » ©️ Véronique Huyghe Décrit comme un « centre cult

  • Restaurants
  • Dans nos Assiettes

Et c'est gagné ! S'il y avait encore des téléscripteurs, la nouvelle serait tombée dessus avec fracas, à 12h39 précisément. Le record de la plus longue table nappée vient de recevoir la validation du très sérieux Guinness des records. Soit 2 560,02 mètres, du parc des docks à Saint-Ouen au 6b à Saint-Denis. Le préposé en blazer siglé (mais sans moustache en mousse de brune… déception) avait parcouru les 1 500 tables installées le long de la Seine ce dimanche 18 septembre, scrutant attentivement l'impeccable continuité de la nappe. Le Caire pouvait bien garder son record de la plus grande table nue (3 189,93 mètres), Yvan Loiseau, artiste dionysien et organisateur de l'événement, a gagné son pari et peut enfin, hilare, se payer un coup à boire au milieu de la foule. © Antoine Besse Au-delà de napper comme jamais la Seine-Saint-Denis, le garçon voulait surtout "battre un record d'humanité", faire s'asseoir ensemble les habitants des deux villes entre soleil printanier et plats en partage. Les parrains de cette idée de doux zinzin ? Cédric Herrou, le cultivateur d'entraide dans la vallée de la Roya, et Emmanuelle Jary, la vidéaste gourmande de C'est meilleur quand c'est bon. Le partage et les assiettes, on vous dit. Résultat : entre banquet de mariage et nappe-monde !  © Antoine Besse Au fil de la déambulation, on croise une fanfare les pieds dans l'herbe ; des familles venues troquer des provisions du marché ; un retraité en imper qui descend les huîtres plus vite que le

Publicité
  • Art
  • Art

Des saltimbanques et des hippies à Molitor ! Si cette approche apparaît aussi plausible qu’un steak végétal dans le frigo de Fabien Roussel, elle cache en réalité l’une des créations incontournables de la future Nuit Blanche. Le 1er octobre, l’artiste américaine Annie Sperling va prendre possession de la piscine Molitor, l’immerger dans une ambiance psychédélique et y installer une balançoire au plafond. Pour détailler un peu, les murs intérieurs de Molitor seront entièrement recouverts par un « liquid light show », ces créations visuelles aux allures de bulles sous acide observées au microscope, qui étaient diffusées en arrière-plan des concerts de rock psyché des années 1960-1970. A cela, ajoutez une bande-son de rock psyché composée par l’artiste Mason Rothschild, un show sur une balançoire de la performeuse burlesque Kitten de Ville et vous devriez avoir les pupilles qui commencent à se dilater. Quand ? Samedi 1er octobre 2022, de 20h à 2h.Où ? Piscine Molitor, 13 Rue Nungesser et Coli, Paris 16eCombien ? Entrée libre.

  • Que faire
  • Vivre en Ville

Alors que la crise énergétique rend la rentrée électrique et que se profile un hiver sous tension, Paris enclenche le bouton off de l’interrupteur. La semaine dernière, Anne Hidalgo a dévoilé une série de mesures pour réduire la consommation d’énergie des équipements municipaux. Objectif annuel affiché : 10 % et 60 gigawatts en moins.   Et c’est la plus grande qui montre l’exemple : à partir du 23 septembre, la tour Eiffel cessera d’être illuminée dès 23h45 (contre 1h du matin actuellement). Tous les éclairages ornementaux des façades extérieures des monuments seront, eux, éteints dès 22h. Parmi les autres mesures, la Ville va baisser le chauffage de 1 degré dans ses bâtiments pour arriver à 18 °C le jour (et 12 la nuit), décaler la mise en chauffe de 30 minutes le matin et d’un mois cet automne, et la baisse de 1 degré des températures des piscines (actuellement à 26 degrés). Des concertations seront lancées pour identifier d’autres pistes. Si certaines mesures – comme pour la tour Eiffel – sont plus de l’ordre du symbolique et que la mairie rappelle que 96 % de la consommation énergétique du territoire n’est pas de son ressort, ce plan est un bon début et va dans le sens des projets municipaux sur le sujet. On pense aux rénovations de l’éclairage public avec une baisse envisagée de 60 % sur la période 2024-2030, du parc social et des bâtiments publics. Autant dire que, désormais, Paris, c’est pas Versailles.    

Publicité
  • Art
  • Art

La Nuit Blanche approche, avec une nuée d’événements dans son sillage et pas des moindres : cette édition 2022, prévue le 1er octobre, sera aussi celle des 20 ans. Pour marquer le coup, les orgas et la DA Kitty Hartl ont dévoilé un programme où l’on retrouve certaines des créations phares des deux décennies écoulées. Parmi les redites les plus flashy ? Purple Rain. Imaginée par l’artiste Pierre Ardouvin en référence à la chanson de Prince, cette Purple Rain consiste en une pluie artificielle maquillée de violet par d’énormes spots, sous laquelle les visiteurs se baladent avec des parapluies, sur fond musical – du Prince, bien entendu. Jouée il y a onze ans dans la cour de l’hôtel d’Albret, cette pluie violette tombera cette fois au milieu de l’Académie du climat.  Avec cette création, l’artiste voulait recréer une sorte d’ambiance de plateau de cinéma, presque irréelle. La plaquette de l’événement évoque aussi « une relecture à l’aune des changements climatiques »… Avec une pluie artificielle, vraiment ? Quand ? Samedi 1er octobre 2022, de 20h à 2hOù ? Académie du Climat, 2 place Baudoyer, Paris 4eCombien ? Gratuit

  • Art
  • Art

Vous croyez connaître Paris par cœur ? Et vous pensez avoir fait le tour des bâtiments historiques de la capitale ? Ravisez-vous parce que cette année – on vous le jure sur la tête de Stéphane Bern –, les Journées du patrimoine ont un petit goût de sexy et d’inédit. Ces 17 et 18 septembre, on (re)découvre les plus beaux lieux de la ville à travers un melting-pot d’art, de food, de mode et de grimoires (si si). Et pour vous permettre d’y voir plus clair, on vous a mijoté un petit top 5 des immanquables de cette édition. Suivez le guide ! 1) Mode et matrimoine à l’ancien hôpital Laennec, Paris 7e Au 40 rue de Sèvres se cache un ancien hospice de plus de 400 ans, s’étalant sur près de quatre hectares. Loin de l’image de film d’horreur souvent associée aux hôpitaux désaffectés, le bâtiment historique est aujourd’hui l’un des plus beaux écrins du luxe à la française. Siège social du groupe Kering et de la maison Balenciaga, la partie la plus ancienne du site ouvrira exceptionnellement ses portes au public ce week-end. A la clé : l’exploration du futur matrimoine de l’art contemporain, à travers le travail de l’artiste plasticienne Edith Dekyndt. Issues de la collection Pinault, quelques-unes de ses plus belles œuvres seront à découvrir dans la somptueuse chapelle de l’ancien hôpital. Des pièces d’archives réalisées par Cristóbal Balenciaga seront également exposées au siège de la maison. Où ? 40, rue de Sèvres, Paris 7e 2) Le festival fou(d) de la fondation GoodPlanet, Paris 16e 

Publicité
  • Restaurants
  • Dans nos Assiettes

Voilà un événement qui nous fait sacrément de l’œil (grec) ! Pour célébrer son livre (étsi comme ça, sorti en 2021 en autoédition) de recettes mises en images par Anna Leonte Loron, Mikaëla Liaroutsos, la cheffe du restaurant grec Etsi, organise une expo/banquet à l’Espace Voltaire du 19 au 21 septembre. Pour la faire courte, pendant trois jours, vous aurez la possibilité de zieuter et acheter les photos extraites du livre avant de prendre part à une série de banquets grecs, cuisinés par sa plus talentueuse représentante. Commençons par une phrase clichée : ce livre donne très envie de cramer son GIEC et de prendre un vol direct en direction des Cyclades. Les photos d’Anna Leonte Loron nous plongent direct dans l’ambiance locale à base d’icônes, de matchs de foot dans les cafés et de plats à se damner. Voir cette publication sur Instagram Une publication partagée par Mikaela Helena Liaroutsos (@etsi_paris) Mais attention, ça reste surtout un livre de cuisine, et pour préparer ses banquets, Mikaëla Liaroutsos a directement pioché dans l’ouvrage. Ce qu’on trouve dans son parthénon culinaire ? Des morceaux de feta gros comme des blocs de marbre, des spanakopitas (tourte aux épinards), des kolokithokeftedes (beignets de courgette) ou un portokalopita, un gâteau à l’orange immergé dans un sirop. On réclamerait bien du kokoretsi, mais avec ce plat cuit à la broche à base d’abats et de boyaux, on s’aventure dans le bizarre.  Pour ne pas mourir de soif, même si l’

  • Cinéma
  • Cinéma

Si Jean-Luc Godard est décédé ce mardi 13 septembre, sans doute qu’au milieu du flot des hagiographies, l’un des plus beaux hommages n’en est pas un. Du 20 au 24 septembre, la Clef Revival, ce cinéma associatif du quartier latin expulsé à la fin de l’hiver après avoir été squatté pendant deux ans et demi, va célébrer le troisième anniversaire de son occupation avec une série de séances événements hors les murs. Pendant une semaine, la Clef Revival enchaînera une soirée cinéma portugais à la Péniche Cinéma, un cycle autour du droit à l’IVG à l’Archipel, un ciné-concert à l’air libre et une « conclusion en beauté ». Et là, vous vous dites : quel est le lien avec Godard ? Partout, dans l’histoire de la Clef : dans la carte blanche donnée au cinéaste en octobre 2020 ; dans cette citation de Godard évoquant la nécessaire éternité du cinéma affichée comme un manifeste au frontispice de ce lieu du 5e ; et pour tous ces films curieux tournés caméra au poing (levé) qui ont été diffusés ici. JLG, repose en paix : le projecteur de la Clef continue de tourner ! Pour découvrir le programme complet de l’anniversaire et suivre le projet de rachat de la Clef, ça se passe ici. https://www.instagram.com/p/CiSRqdorWl_/?utm_source=ig_web_copy_link Quoi ? La Clef a 3 ans !Quand ? Du mardi 20 au samedi 24 septembre 2022Où ? Dans plusieurs lieux à ParisCombien ? Prix libre

Publicité
  • Musique
  • Musique

Ce dimanche 18 septembre, Journée sans voiture oblige, les cyclistes parisiens risquent d’être excités comme des plombiers au Salon du jean taille basse. À tous les coins de rue de la capitale (et même au-delà) vont s’enchaîner les événements sans moteur. Parmi eux : la “Paride” de rentrée, un grand défilé électronique à travers l’est de la capitale, derrière lequel on retrouve un quintuplé d’orgas composé de Yes We Camp, Gogo Green, RéPAR, Académie du Climat et Mieux se déplacer à bicyclette. Pour cette nouvelle édition, le point de départ est fixé à 13h30 du côté de Pantin. En gros, vous venez comme vous êtes avec votre cycle, deux-roues, cargo, grand bi, Solex, BMX ou que sais-je encore. Une fois dedans, vous suivez le peloton qui va s’animer au fil d’animations musicales. Après des haltes à l’Académie du Climat et sur la place de la Concorde, tout le monde grimpera au pied du parc de Belleville avec une arrivée prévue à 17h.  De là, le collectif Gogo Green s’occupera de faire danser les panards et cuisses endolories à grands coups de sons house et techno. Les plus assidus noteront que des ateliers de déguisements, pancartes et autres décors auront lieu le jeudi 15 et samedi 17. De quoi réviser le parcours et tenter une échappée vers le peloton de fête. Quoi ? La Paride de rentrée ! - Parade musicale à véloQuand ? Dimanche 18 septembre 2022, de 13h30 à 21hOù ? Départ : Place de la Pointe, 93350 Pantin. Arrivée : Parc de Belleville, Paris 20eCombien ? Entrée libre

  • Restaurants
  • Dans nos Assiettes

Et 1, et 2, et 3 chouquettes ! Après avoir envoyé des millefeuilles et des profiteroles au kilomètre, Philippe Conticini, le Zidane des becs sucrés, a choisi de relancer son bar à chouquettes, déjà mis en place l’an dernier ! Un samedi sur deux, du 17 septembre au 26 novembre, Conticini vous fera tortorer dans sa boutique rue Notre-Dame-de-Nazareth des chouquettes faites le matin, préparées minute sous vos yeux, et dont vous devrez vous-même choisir la composition. Première étape, le choix de la crème pâtissière : vanille, pistache, café, chocolat, chantilly. Ensuite, pour encore plus de gourmandises, vous devrez opter pour un de ces combos : caramel fleur de sel ; praliné amande/noisette ; praliné café ; praliné pistache. Pour être honnête, on est plus que chaud d’un combo vanille/praliné pistache – et vous ?  Côté pratique, ces chouquettes (4,50 € l’unité ; 11 € les trois) sont à commander directement sur le site puis à aller chercher en boutique. Alors certes, ça fait cher la chouquette. Mais c’est comme avec les roulettes du double Z : quand on aime… Quand ? Un samedi sur deux, du 17 septembre au 26 novembre 2022Où ? 31 rue Notre-Dame-de-Nazareth, Paris 3eCombien ? 4,50 € (Pour commander, c'est ici)

Recommandé
    Vous aimerez aussi
      Publicité