Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
soukeltayeb
© soukeltayeb

A Paris, Kamal Mouzawak compte promouvoir la cuisine libanaise traditionnelle

https://d32dbz94xv1iru.cloudfront.net/customer_photos/ea5762c6-38ff-41c2-84d1-503ca689eb37.jpg
Écrit par
Tina Meyer
Publicité

Scoop ! En février 2022, le célèbre food activiste libanais Kamal Mouzawak, fondateur de l'ONG Make Food Not War ("Faites à manger, pas la guerre") va lancer à Paris un marché mettant en valeur les petits producteurs et la cuisine familiale du Pays du Cèdre.

Kamal Mouzawak, c'est ce gastronome humaniste qui, profondément marqué par quinze années de guerre civile libanaise (1975-1990), a voulu rassembler un pays divisé autour de la cuisine. Après avoir sillonné le Liban, de la plaine de la Bekaa aux régions montagneuses de Baalbek, il s'est rendu compte de l'urgence de préserver un patrimoine unique au monde, au-delà des querelles de religion. Des recettes, des ingrédients et un savoir-faire menacés de disparition, transmis par des femmes, mères et grand-mères nourricières, précieuses gardiennes des traditions. 

Outre le le Souk El Tayeb (2004), proclamé "premier marché de petits producteurs et fermiers du pays", il ouvre en 2009 Tawlet, dans le quartier branché de Mar Mikhael. Une cantine réunissant des mammas libanaises, dont s'inspire la future Tawlet Paris… "Depuis Tawlet Beyrouth,  j'avais en tête de lancer cette version parisienne" confie Kamal, joint par téléphone.

Cuisine libanaise familiale et mini-souk francilien !

"En libanais, tawlet signifie table", explique-t-il. "Tawlet, c’est la table de la cuisine. Une table ouverte, où chaque jour une femme d’un village différent vient raconter son histoire et ses plats de famille". Attention : "on ne sera pas dans un restaurant libanais tel que les Parisiens se l'imaginent, avec des mezze, mais dans une cuisine traditionnelle, saisonnière, régionale." Celle, par exemple, que brosse avec talent son amie Ryoko Sekiguchi, journaliste gastronomique d'origine japonaise, basée à Paris, dans son excellent bouquin paru le 1er avril dernier aux éditions P.o.l : 961 heures à Beyrouth (et 361 plats qui l'accompagnent).

Le spot nichera dans le 3e arrondissement de Paris : "Une centaine de mètres carrés, une table d'une cinquantaine de couverts, avec un petit jardin d’intérieur" nous souffle le serial restaurateur. Mi-comptoir mi-épicerie, on pourra y acheter "des plats à emporter, à finir de préparer à la maison ou à congeler". "On a aussi prévu d'installer dans la rue, un peu comme au Souk El Tayeb mais une fois par semaine, un marché de petits producteurs locaux d’Ile-de-France". Dernière bonne nouvelle, et pas des moindres : la présence d'ateliers culinaires et culturels, avec chaque mois, une nouvelle cuisinière libanaise invitée ainsi que des cheffes venues des régions françaises. Hâte !

À la une

    Publicité