Recevez Time Out dans votre boite mail

© Clem Around The Corner / Unsplash
© Clem Around The Corner / Unsplash

En seulement deux semaines de confinement, notre empreinte carbone a baissé de 62 %

Par
Tina Meyer
Publicité

A quelque chose malheur est bon, comme dit le dicton. On avait déjà vu qu'en période de coronavirus, la qualité de l'air s'était grandement améliorée. Autre conséquence logique du confinement général ? L’application Greenly, qui calcule l’empreinte carbone de ses utilisateurs grâce à leurs relevés bancaires, a estimé que le bilan carbone des Français avait diminué de 62 % durant les deux premières semaines du confinement. Et ce n'est pas tout : d’après une autre étude récente, la Chine aurait réduit ses émissions de CO2 d’au moins un quart entre le 2 et le 16 février, provoquant ainsi une baisse d'environ 6 % des émissions planétaires !

En cause, le ralentissement de l'activité industrielle et des transports… Mais aussi du tabagisme !
Qui dit diminution des déplacements, sorties et achats, dit réduction des transports. Selon la start-up Greenly, ceux-ci représentent d'ordinaire environ 25 % des 12 tonnes de CO2 émises chaque année dans l'Hexagone. Or, on constate que chez les utilisateurs de l'appli, les dépenses en carburant ont chuté de 83 % par rapport à la moyenne hebdomadaire du début 2020 ! Autre chiffre marquant, toujours par rapport à cette même période, l’impact carbone de l’aviation aurait baissé de 94 % à partir du 16 mars. L'autre explication à cette baisse générale de notre empreinte carbone, c'est le fait que le secteur de l'alimentation, d'habitude si polluant, tourne désormais au ralenti lui aussi. L’impact carbone de la restauration s’est effondré de 94 % !

Plus surprenant, la consommation de tabac, qui dégringole de 25 %. Nos hypothèses (qui n'engagent que nous) ? Soit parce que les fumeurs ont peur de fragiliser davantage leurs poumons face à une maladie qui s'attaque au système respiratoire ; soit parce que l'usage “festif” de la clope en soirée entre amis a disparu avec les soirées IRL. Et peut-être aussi parce que c'est galère de poireauter 30 minutes dans la queue du rare tabac ouvert !

À la une

    Publicité