Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right La plus grosse rétrospective de Willy Ronis à Paris, et gratuite
© Willy Ronis. Les amoureux de la Bastille, Paris, 1957.
© Willy Ronis. Les amoureux de la Bastille, Paris, 1957.

La plus grosse rétrospective de Willy Ronis à Paris, et gratuite

Advertising

C’est la plus importante des rétrospectives consacrées au géant français de la photographie. Et coup de bol, elle est gratis ! « Willy Ronis par Willy Ronis » réunit pour la première fois 590 clichés du monstre sacré français de la photographie (1910-2009), commentés par lui-même. 

Avec Robert Doisneau ou Sabine Weiss, c'est l’un des représentants les plus importants de la photographie humaniste française. Une école qu'il définissait comme « le regard du photographe qui aime l'être humain ». A Belleville ou Ménilmuche -ses quartiers préférés- Willy Ronis saisit sur le vif des scènes de vie. Dans un intérieur cosy, une femme nue. Mais ce sont surtout ses portraits engagés du monde ouvrier, précieux témoignage sur l'époque, qui font de lui un grand photo-journaliste. Lauréat du Grand Prix national de la photographie (1979) et du prix Nadar (1981), Ronis est mort presque centenaire, en 2009. Il laisse derrière lui une œuvre foisonnante. 

A exposition d'exception, lieu d'exception : la Mairie du 20e prête pour l'occasion son Pavillon Carré de Baudouin, une folie du 18e siècle à l'architecture somptueuse. Exposés au mur, 190 tirages du maître. Des petits films où l'artiste raconte son travail sont également diffusés. Pour le reste, à vous de jouer ! Grâce à des tablettes numériques, vous pouvez consulter 400 autres clichés et projeter les œuvres de votre choix sur des tableaux numériques en très grand format. L’une d‘elles vous a tapé dans l’œil ? Bonne nouvelle : à la sortie, une borne informatique permet de commander et d’acheter des tirages, encadrés ou non (entre 29 et 300 €)

Quand ? Expo prolongée jusqu’au 2 janvier 2019, du mardi au samedi de 11h à 18h. Visites commentées chaque samedi à 15h.
Où ? Pavillon Carré de Baudouin, 121, rue de Ménilmontant, 20e.
Combien ? Entrée libre.

 

© Carré de Baudouin

 

Share the story
À la une
    Advertising