Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
© Lucas Destrem
© Lucas Destrem

Paris : il invente une carte de métro recensant tous les spots culturels

Écrit par
La Rédaction
Publicité

Et si on ne raisonnait plus par station de métro, mais par musées, médiathèques, théâtres ? En mode : "Je descends à Maison de la Poésie", au lieu de dire "Etienne Marcel" ? Telle est l'idée brillante de Lucas Destrem, lequel a posté sur Twitter une carte RATP revue et corrigée, en soutien au monde de la culture parisien, durement impacté par la crise.

Plus de 500 noms de stations ont été remplacés par ceux de "lieux d'art, de culture et de loisirs situés à proximité" comme il l'explique sur son site Web. Ces nouveaux toponymes qu'il qualifie de "stathmonymes" (du grec stathmós : arrêt, station), permettent de dessiner une toute autre perception de la ville, en valorisant ses monuments historiques, bibliothèques, cafés culturels et musicaux, cinémas, salles de concert, ateliers d'art, parcs de loisirs...

Pour ce chargé de mission inventaire et valorisation du patrimoine industriel (qui n'est pas Parisien mais vit en Ariège), il s'agit "d'attirer l'attention sur la richesse et la diversité du tissu socio-culturel et artistique de la région parisienne, (...) et de rappeler combien ces lieux sont essentiels à l'équilibre de tout un chacun, en ce qu'ils créent du lien, de l'émotion mais aussi font vivre des millions de personnes en France."

"Ce plan détourné interroge aussi notre rapport à la toponymie urbaine, à la fois intime et quotidien, collectif et politique", insiste Lucas. "Dans ce paysage de noms de stations, les lieux de culture sont finalement peu nombreux. Rares sont donc les noms à n'avoir pas été modifiés : Musée d'Orsay, Arts et métiers... les repérerez-vous ?" Et de conclure : "Puisse ce plan (...) nous aider à prendre conscience de la chance que nous avons, en France, de pouvoir profiter d'une offre culturelle aussi riche, mais dont la fragilité appelle l'urgente attention de tous les décideurs, et des mesures à la hauteur des enjeux." Bien dit l'ami !

À la une

    Publicité