Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
Paris - parking - Unsplash
Fabien Maurin

Paris va supprimer la moitié des places de parking en surface… Pour en faire des jardins ?

Par La Rédaction
Publicité

Monde d'avant ou monde d'après, Anne Hidalgo et les voitures, même combat ! Après avoir pérennisé les 50 kilomètres de pistes cyclables apparues lors du déconfinement, voilà que la mairie persiste et signe avec de nouveaux aménagements drastiques en vue. David Belliard, adjoint à la transformation de l’espace public, aux transports et aux mobilités, a balancé dans une interview au Parisien sa volonté (roulement de tambour…) de supprimer 50 % des places de parking de la capitale d’ici la fin de la mandature ! Rien que ça. 

Grosso modo, on parle de 70 000 places sur 140 000 (si on n’est pas trop mauvais en maths), soit 65 hectares – l’équivalent de 70 terrains de foot (ou de trois jardins du Luxembourg, pour les moins sportifs). Voilà pour les chiffres. Les raisons évoquées ? La végétalisation de Paris et la “débitumisation”. Et surtout la volonté de développer les mobilités douces. « On ne peut plus utiliser 50 % de la capitale pour l’automobile alors qu’elle ne représente que 13 % des déplacements. L’espace public est un bien commun qui doit être dédié à d’autres usages que la voiture. »

« Des jardins, du mobilier urbain, des toilettes publiques, fontaines, terrasses de café ou encore de quoi faire du sport »

Bon et du coup, on en fait quoi de ces places ? C’est LA question à laquelle devront répondre les Parisiens dans les jours et semaines à venir. Une plateforme numérique vient en effet d’être mise en ligne. L’idée ? « Nous vous proposons de dresser le portrait-robot de votre rue et de nous dire ce que vous aimeriez trouver en bas de chez vous… ou pas. » Parmi les pistes, toujours selon David Belliard, « de nouvelles infrastructures vélo, des jardins, du mobilier urbain, des toilettes publiques, fontaines, terrasses de café ou encore de quoi faire du sport ».

Cette consultation sera suivie par une convention citoyenne prévue courant novembre, composée d’habitants « tirés au sort et représentatifs des Parisiens », dont la mission (s’ils l’acceptent) sera d’émettre des avis pour chacune des places libérées. Un potager en bas de chez vous, ça vous chauffe ? Motivez vos voisins à voter.

À la une

    Publicité