Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche
© Engin Akyurt/Unsplash
© Engin Akyurt/Unsplash

Tout ce que vous devez savoir sur l'appli StopCovid

Par
Tina Meyer
Publicité

L'application gouvernementale StopCovid devrait être téléchargeable dès ce week-end sur vos téléphones portables. Après l'Assemblée nationale, le Sénat a en effet approuvé dans la nuit du 27 au 28 mai cet outil visant à retracer les chaînes de contamination du Covid-19. Voici tout ce que vous devez savoir sur cette technologie controversée. 

C'est sûr, la France se porte beaucoup mieux que de nombreux pays à l'heure actuelle. Mais pour ralentir davantage la propagation de la pandémie, et recommencer à vivre comme avant, un obstacle majeur doit être surmonté : la transmission communautaire.

On parle de transmission communautaire lorsque la source d'une infection identifiée ne peut être retracée jusqu'à son origine. Dans les pays les plus touchés – les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Espagne, l'Italie et la Chine –, la transmission communautaire non retracée et non contrôlée a eu un impact dévastateur. Pour faire face à ce problème, le gouvernement a lancé une nouvelle application. Baptisée StopCovid, elle pourra vous dire si vous avez été en contact avec une personne infectée. Bien sûr, cette technologie nouvelle pour nous suscite de nombreuses inquiétudes concernant la vie privée, les libertés civiles et la sécurité des données.

Nous avons listé ci-dessous les questions les plus fréquentes que vous vous posez sur l'utilisation de l'application et ses conséquences.

Que fait l'appli ?
La technologie est basée sur la recherche numérique de contacts, sur le modèle d'une application similaire utilisée à Singapour. Elle enregistre essentiellement la proximité d'un utilisateur avec d'autres sur la base d'un signal Bluetooth provenant de son téléphone, en établissant une “poignée de main numérique” avec les appareils situés à proximité. Si une personne utilisant l'application est testée positive, toute personne qui a été enregistrée comme étant à proximité (moins d'un mètre) de la personne infectée pendant plus de 15 minutes au cours des 14 jours précédents sera avertie afin qu'elle puisse se faire tester et s'isoler. Un médecin entrera alors en contact avec la personne pour qu'elle soit testée et isolée pendant 14 jours. Si les tests sont positifs, l'utilisateur pourra à son tour se déclarer malade sur l'application et ainsi prévenir d'autres utilisateurs.

Donc l'appli traque mes mouvements ?
Oui et non. Bien qu'elle enregistre la proximité des utilisateurs entre eux, elle ne fonctionne pas sur la base de la géolocalisation, c'est-à-dire qu'elle n'enregistre pas les mouvements d'un utilisateur sur une carte. L'application ne fait que suivre les positions relatives de tous les utilisateurs afin d'évaluer la probabilité d'une transmission communautaire.

Pourquoi le gouvernement dit-il que nous avons besoin de cette application ?
Si l'éloignement physique, le fait de rester à la maison et les restrictions de circulation dans la vie quotidienne ont jusqu'à présent prouvé leur utilité pour réduire la propagation des maladies en Australie, ce n'est pas une solution durable. Le gouvernement espère qu'en utilisant cette technologie mobile, il sera en mesure le temps d'application de ces réglementations sévères. Toutefois, les résultats provenant de Singapour, où une technologie similaire a été introduite le mois dernier pour retracer les contacts infectieux, étaient mitigés. Bien que les experts médicaux aient déclaré qu'il s'agissait d'un outil utile, seul un vaccin pourra éradiquer totalement la maladie.

En vrai, qui aura accès à mes données ?
Personne, à moins que vous ne soyez testé positif. Les données collectées par l'application sont cryptées et conservées sur le téléphone de l'utilisateur pendant 21 jours, après quoi, elles sont supprimées si aucun contact positif n'est retracé. Lorsqu'un utilisateur est testé positif, ses données ne peuvent être utilisées qu'avec son autorisation expresse. Officiellement, ni l'Etat ni la police ne pourront accéder à vos données.

Vais-je être inquiété si j'ai enfreint les règles d'éloignement physique ?
Le gouvernement a expliqué que l'application n'enregistrera pas les comportements de cette manière, et que les données analysées ne seront pas accessibles par les forces de l'ordre ni stockées par les autorités. La police a toujours le pouvoir d'infliger des amendes ou d'arrêter toute personne qui enfreint les restrictions à la circulation. Toutefois, l'utilisation de l'application ne permettra pas de notifier aux autorités vos mouvements spécifiques, l'identité de votre interlocuteur à un moment donné ou la raison de votre présence à un endroit donné.

Suis-je obligé d'utiliser l'application ?
Le téléchargement de l'application se fait sur la base du volontariat. Il n'est donc pas obligatoire d'utiliser l'appli.

À la une

    Publicité