Alix Cléo Roubaud : Quinze minutes la nuit au rythme de la respiration

Art, Photographie
  • 1 sur 5 étoiles
(1Appréciation)
0 J'aime
Epingler
 (Alix Cléo Roubaud, de la série 'Si quelque chose noir', Saint-Félix, 1980 / © Alix Cléo Roubaud)
1/6
Alix Cléo Roubaud, de la série 'Si quelque chose noir', Saint-Félix, 1980 / © Alix Cléo Roubaud
 (Alix Cléo Roubaud, 'Angleterre', 1980 / © Alix Cléo Roubaud)
2/6
Alix Cléo Roubaud, 'Angleterre', 1980 / © Alix Cléo Roubaud
 (Alix Cléo Roubaud, de la série 'Si quelque chose noir', Saint-Félix, 1980 / © Alix Cléo Roubaud)
3/6
Alix Cléo Roubaud, de la série 'Si quelque chose noir', Saint-Félix, 1980 / © Alix Cléo Roubaud
 (Alix Cléo Roubaud, 'Le Baiser', Saint-Félix, 1980 / © Alix Cléo Roubaud)
4/6
Alix Cléo Roubaud, 'Le Baiser', Saint-Félix, 1980 / © Alix Cléo Roubaud
 (Alix Cléo Roubaud, 'Deux sœurs qui ne sont pas sœurs', 1980 / © Alix Cléo Roubaud)
5/6
Alix Cléo Roubaud, 'Deux sœurs qui ne sont pas sœurs', 1980 / © Alix Cléo Roubaud
 (Alix Cléo Roubaud, 'La Dernière chambre', Ottawa 1973, Paris 1979/ © Alix Cléo Roubaud)
6/6
Alix Cléo Roubaud, 'La Dernière chambre', Ottawa 1973, Paris 1979/ © Alix Cléo Roubaud

Photographe méconnue décédée à l’âge de 31 ans, Alix Cléo Roubaud (1952-1983) est l’auteure d’une œuvre étrange et obscure, marquée par un travail fascinant de la lumière. Très diverse, sa production se partage entre des paysages incandescents, des travaux expérimentaux et des séries très intimes, où le quotidien, la famille, les amours et le corps de l’artiste se recouvrent d’un voile de mystère, à la lisière du fantastique. Grâce à de récentes donations de son époux, le poète Jacques Riboud, la BnF a pu réunir plus de 200 photographies et de nombreux documents inédits pour nourrir cette exposition monographique conséquente – une première en France, à ne pas louper.

> Horaires : du mardi au samedi de 10h à 19h, le dimanche de 13h à 19h.

Par TB

Publié :

Average User Rating

1 / 5

Rating Breakdown

  • 5 star:0
  • 4 star:0
  • 3 star:0
  • 2 star:0
  • 1 star:1
LiveReviews|1
3 people listening
Samuel T

Le prix n'est pas de 3€ mais de 9€; peut-être s'agit-il du tarif réduit. Dans les deux cas, c'est assez cher payé pour le plaisir, la découverte, la qualité, bref ce que l'on pourrait en attendre. Vous découvrirez, ébahis, les photos de vacances, d'amis, d'amants et de maris de la photographe. C'est de l'art naïf et populaire; certes la philosophe enrobe tout découpage de négatif dans une nébuleuse de concepts qui la rendent exposable. Certes elle a exploré différentes techniques de découpage, surimpression, montage, peinture lumineuse qui, s'ils ne sont pas nouveaux ni originaux, la sauvent de la banalité absolue. Cela dit, iriez-vous admirer les photos de vacances d'un ami qui s'amuse à effacer des parties de ses clichés inintéressants parce qu'il a découvert Photoshop ? La meilleure photo est déjà exposée en haut de l'article. Si toutefois vous y allez, mieux vaut commencer par le court métrage dans lequel la philosophe explique en détail ce qu'elle a fait a chaque cliché.