Amandine Urruty & Sergio Mora

Art, Dessin Libre
  • 3 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
 (© Sergio Mora / Courtesy Galerie Arts Factory)
1/4
© Sergio Mora / Courtesy Galerie Arts Factory
 (© Amandine Urruty / Courtesy Galerie Arts Factory)
2/4
© Amandine Urruty / Courtesy Galerie Arts Factory
 (© Sergio Mora / Courtesy Galerie Arts Factory)
3/4
© Sergio Mora / Courtesy Galerie Arts Factory
 (© Amandine Urruty / Courtesy Galerie Arts Factory)
4/4
© Amandine Urruty / Courtesy Galerie Arts Factory

Si vous vous demandez à quoi ressemble le fruit de l’amour entre un homme et un canidé, arrêtez de chercher la réponse dans un film Disney type 'Croc-Blanc'. Celle-ci se trouve en ce moment-même du côté de la galerie Arts Factory, où sont conjointement exposés les anthropomorphistes Amandine Urruty et Sergio Mora, dans le cadre de la double exposition 'Dommage fromage !' et 'Fantastic Show !'. Les deux artistes étaient, il faut bien l’avouer, faits pour partager la même affiche, avec leurs toiles et leurs dessins pleins de créatures difformes tout droit sorties du cabinet du docteur Frankenstein. Ensemble, Mora et Urruty forment un univers surréaliste habité de personnages monstrueux que les dieux grecs eux-mêmes n'auraient osé enfanter. De là à penser que les petits chiens-chiens d'Urruty finiront par être considérés comme les héros de la mythologie du XXIe siècle, il n'y a qu'un pas.



Proches dans l’esthétique, les deux créateurs sont en revanche aussi diamétralement opposés dans leur imaginaire que leur coup de crayon. Chez Urruty, que l’on connaît pour ses derniers travaux chez Studiobüro ainsi que pour ses œuvres murales auxquelles elle a dédié ces trois dernières années, on retrouve les figures classiques mi-ectoplasmiques mi-petitchienàsamémèresques façon kemono japonais, intrigantes mais penaudes. Mora, en revanche, joue plus volontiers avec l’hérésie, les figures gothiques, mais aussi la pop moderne et contemporaine, invitant à la même table la reine Elizabeth, un porc, toute l'Espagne incarnée par un toréador et la bête à laquelle ce dernier va donner la mort. Ses toiles semblent toujours exposer un massacre sur le point d’être commis. On se demande encore comment l'artiste espagnol a pu réaliser, ne serait-ce qu'une fois dans sa vie, des livres pour enfants.

> Horaires : du mardi au samedi de 12h30 à 19h30.

Par YC

Publié :