ARTAGON.II

Art, Art contemporain
  • 5 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
Artagon II (© C.Gaillard)
1/6
© C.Gaillard
Artagon II (© C.Gaillard)
2/6
© C.Gaillard
Artagon II (© C.Gaillard)
3/6
© C.Gaillard
Artagon II (© C.Gaillard)
4/6
© C.Gaillard
Artagon II (© C.Gaillard)
5/6
© C.Gaillard
Artagon II (© C.Gaillard)
6/6
© C.Gaillard

ARTAGON.II, le retour. Ca sonne comme un blockbuster américain mais, rassurez-vous, c’est bien plus subtil que cela. Car, derrière ce nom - à ne pas confondre avec 'L'Avare' de Molière - se cache une compétition pour les étudiants en écoles d’art. Quarante-cinq jeunes virtuoses issus de quinze écoles, venus de la France entière mais aussi de Suisse et de Belgique, pays invités à participer cette année.

Depuis sa première édition l’année dernière, ARTAGON offre donc aux talents encore en apprentissage (ils ont tous entre 20 et 30 ans) une visibilité inédite. Cet événement unique au monde, placé sous le haut parrainage du ministère de la Culture et de la Communication, a donc pour ambition de promouvoir la nouvelle génération d’artistes. Autant que d'ouvrir des voies créatives jusqu’alors inexplorées, comme en témoigne la peinture hollographique de Estrid Lutz et Emile Mold.
Collage, sculpture, photographie, installation monumentale ou audiovisuelle… Mises en scène avec cohérence par les étudiants eux-mêmes et articulées autour de thèmes engagés tels le transhumanisme, l'économie et la société inégalitaire ou l'expérience sensorielle, les genres se mêlent et s’entremêlent dans les 600 m2 du passage de Retz, au cœur du Marais. Une diversité technique et stylistique dans les oeuvres sélectionnées que l'on doit notamment à un jury d’experts issus de tous les univers. D’un ancien ministre de la Culture à des présidents de musées, en passant par des galeristes, des critiques d’art et même des chefs étoilés, ceux-ci ont fait preuve d'une réelle et rare audace dans leur choix. Offrant ainsi au visiteur un regard alternatif sur l'art d'aujourd'hui et un aperçu du génie de demain. 

Et puisque ARTAGON est formé du mot « art » et du terme grec « agōn » qui signifie « compétition », les meilleurs étudiants, dans leur domaine artistique respectif, seront récompensés à l’issue d’une soirée de clôture prévue le samedi 9 avril. Des lauréats qui, en plus de bénéficier d’un premier pas dans l’élite du monde artistique, se verront remettre un trophée à poser sur la cheminée. Ou à détourner en allégorie du succès, qui sait...    

Par Clotilde Gaillard

Publié :

LiveReviews|0
NaN people listening