Christian Kettiger, 'Gibsonton'

Libre
Recommandé
  • 4 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
 (Charon Henning, Avaleuse de sabres / © Christian Kettiger )
1/7
Charon Henning, Avaleuse de sabres / © Christian Kettiger
 (Alexander Tomani, 16 ans, Avaleur de sabres / © Christian Kettiger)
2/7
Alexander Tomani, 16 ans, Avaleur de sabres / © Christian Kettiger
 (Peet dit "Poubah", 75 ans, Avaleur de feu / © Christian Kettiger)
3/7
Peet dit "Poubah", 75 ans, Avaleur de feu / © Christian Kettiger
 (Kitana Kimberlake, 8 ans / © Christian Kettiger)
4/7
Kitana Kimberlake, 8 ans / © Christian Kettiger
 (Joy Kay / © Christian Kettiger)
5/7
Joy Kay / © Christian Kettiger
 (Charon Henning, Avaleuse de sabres / © Christian Kettiger )
6/7
Charon Henning, Avaleuse de sabres / © Christian Kettiger
 (Richard Schutte, 56 ans, Avaleur de sabres et cracheur de feu / © Christian Kettiger)
7/7
Richard Schutte, 56 ans, Avaleur de sabres et cracheur de feu / © Christian Kettiger

La galerie Madé accueille une exposition hors norme, résultat du travail de Christian Kettiger. Accoutumé à la beauté glacée des magazines féminins (Marie-ClaireElle, etc.) et au langage lisse des publicités, le photographe suisse a délaissé son univers glamour le temps de deux voyages à Gibsonton, Floride, ville célèbre pour avoir été la terre d’asile des « freaks ».

L’histoire raconte qu’un géant a posé là ses valises durant les années 1940, avant que circassiens et autres monstres de foire ne l’y rejoignent. Si les stars de cette grande époque (la famille crabe, les sœurs siamoises...) ont aujourd’hui disparu pour la plupart, Gibtown, comme on la surnomme, continue d’attirer les équipes de tournage (elle a notamment servi de décor à un épisode de ‘X-Files’) et reste peuplée de personnages atypiques, marginaux, que l’œil aiguisé du portraitiste a su révéler. Ses modèles ont été choisis au gré des rencontres : des avaleurs de sabres, un nain de 75 ans, un obèse sur son fauteuil roulant king-size, une pauvre âme qui vend ses services sexuels... Imbibée de l'intensité de leur regard, cette série en noir et blanc souligne le charisme de ces écorchés vifs et l’empathie, ostensible, du photographe. Chaque cliché s’accompagne d’une légende sous forme d’anecdotes, de souvenirs, ou de courtes biographies : autant de récits qui viennent renforcer l’impression pénétrante que produisent les œuvres. On contemple avec fascination la manière dont Kettiger, souvent qualifié de « fils spirituel » de Guy Bourdin pour son travail dans la mode, pose sur ces êtres socialement déphasés le même regard qu’il a prêté par le passé à Juliette Binoche, Laetitia Casta ou Isabelle Huppert.

 

Par BC

Publié :

Téléphone de l'événement 01.53.10.14.34
Site Web de l'événement http://galeriemade.com/exhibitions/
LiveReviews|0
2 people listening