David LaChapelle, 'Still Life'

Art, Photographie Libre
0 J'aime
Epingler
 ('Still Life: Leonardo DiCaprio', 2009-2012 / Courtesy de la galerie Daniel Templon)
1/5
'Still Life: Leonardo DiCaprio', 2009-2012 / Courtesy de la galerie Daniel Templon
 ('Still Life: Cameron Diaz', 2009-2012 / Courtesy de la galerie Daniel Templon)
2/5
'Still Life: Cameron Diaz', 2009-2012 / Courtesy de la galerie Daniel Templon
 ('Last supper: Jesus', 2009-2012 / Courtesy de la galerie Daniel Templon )
3/5
'Last supper: Jesus', 2009-2012 / Courtesy de la galerie Daniel Templon
 ('Still Life: Anonymous Politicians', 2009-2012 / Courtesy de la galerie Daniel Templon)
4/5
'Still Life: Anonymous Politicians', 2009-2012 / Courtesy de la galerie Daniel Templon
 ('Still Life: Michael Jackson 01', 2009-2012 / Courtesy de la galerie Daniel Templon)
5/5
'Still Life: Michael Jackson 01', 2009-2012 / Courtesy de la galerie Daniel Templon

Michael Jackson, Lady Di, Leonardo DiCaprio, Jésus Christ : une jolie clique de superstars que David LaChapelle dézingue à coups de cisailles et d’ironie dans deux récentes séries exposées à la galerie Daniel Templon (qui fête, à cette occasion, l’arrivée du photographe américain au sein de son écurie d’artistes). Dans l’espace de la rue Beaubourg, ‘Last Supper’ emprunte les codes du panneau religieux, du collage et du kitsch pour profaner les mythes chrétiens – notamment dans une immense fresque rejouant ‘La Cène’ de Léonard de Vinci. Du côté de l’impasse Beaubourg, ‘Still Life’ s’attaque au contraire aux divinités de la culture populaire et du monde politique, réduites ici à des portraits de statues de cire mutilées. Réflexion en deux temps sur l’idolâtrie, l’ensemble fait le procès d’une société du divertissement qui comble sa vacuité avec du torchis spirituel. Et confirme le penchant de plus en plus grinçant que prend la photographie de David LaChapelle.

Par TB

Publié :

LiveReviews|0
1 person listening