Décalage immédiat

Art, Photographie Libre
  • 4 sur 5 étoiles
  • 2 sur 5 étoiles
(1Appréciation)
0 J'aime
Epingler
décalage immédiat (© C.Gaillard)
1/5
© C.Gaillard
Vanessa MCkeown
décalage immédiat (© Jeremy Wong/C.Gaillard)
2/5
© Jeremy Wong/C.Gaillard
"chien de mie"
décalage immédiat (© Jeremy Wong/C.Gaillard)
3/5
© Jeremy Wong/C.Gaillard
'Lint Roller Rabbit' de Jeremy Wong
décalage immédiat (© C.Gaillard)
4/5
© C.Gaillard
Rui Pinho
décalage immédiat (© C.Gaillard)
5/5
© C.Gaillard

Aller simple pour un voyage délirant au pays de l’absurde.

On savait la galerie Sakura réputée pour ses expositions collectives gentiment farfelues. Et 'Décalage immédiat' ne déroge pas à la règle, bien au contraire : elle la confirme, en est la synthèse, même ! La preuve avec les mondes inversés et renversants de Laurent Rosset, les fruits ballonnés de Vanessa Mckeown, les vallées de corps nus de Carl Warner et le Barbie foot de Chloé Ruchon. Des incongruités hallucinées, des anomalies kitsch, parfois poétiques, mais surtout des non-sens empreints d'un agréable sens de d'humour.

Qui peut en effet retenir son hilarité (ou tout du moins un franc sourire) face aux détournements animaliers de Jeremy Wong ou Gandee Vasan, l'un manipulant Photoshop pour faire d'un adorable lapin blanc un rouleau à vêtement, l'autre pour représenter un Dalmatien secouant ses taches comme si c'était de la boue ? Qui ne saurait également apprécier la satire délicieuse ou l'ironie douloureuse de la série 'Reality Bites' par David Zaitz, montrant un homme tondre son gazon avec un masque à gaz, le tout sur fond d'usines fumantes. Oui, c'est drôle, et mettre en scène nos amis les bêtes, cela fonctionne toujours. Oui, c'est percutant et visuellement marquant, bien que ce ne soit pas bien méchant. Oui, on passe un bon moment. Mais c'est tout.

Finalement, en visitant cette exposition, chacun y trouve son compte, s'amuse et repart satisfait. C'est en cela que la galerie Sakura n'a pas pris de risques, choisissant des oeuvres sympathiques, esthétiques mais nullement subversives ou remuantes. Résultat : la mayonnaise prend mais laisse un arrière-goût qui manque de sel. Alors on aime toujours la folie de la Sakura, mais on lui préfère largement son audace.

Cette exposition fait partie de notre sélection des meilleures expositions à Paris

Par Clotilde Gaillard

Publié :

Site Web de l'événement https://www.facebook.com/galeriesakura/

Average User Rating

2 / 5

Rating Breakdown

  • 5 star:0
  • 4 star:0
  • 3 star:0
  • 2 star:1
  • 1 star:0
LiveReviews|1
1 person listening
Anna M

Une expo sympa, mais comme souvent à la galerie Sakura, c'est un peu fourre-tout et pas toujours de qualité. Ca reste divertissant mais sans plus.