Florence Henri : Le Miroir des avant-gardes, 1927-1940

Art, Photographie
  • 3 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
 (Florence Henri, 'Double portrait', 1927-1928 / Collection particulière, courtesy Archives Florence Henri, Gênes / © Galleria Martini & Ronchetti)
1/10
Florence Henri, 'Double portrait', 1927-1928 / Collection particulière, courtesy Archives Florence Henri, Gênes / © Galleria Martini & Ronchetti
 (Florence Henri, 'Femme aux cartes', 1930 / Collection particulière, courtesy Archives Florence Henri, Gênes / © Galleria Martini & Ronchetti)
2/10
Florence Henri, 'Femme aux cartes', 1930 / Collection particulière, courtesy Archives Florence Henri, Gênes / © Galleria Martini & Ronchetti
 (Florence Henri, 'Autoportrait', 1928 / Staatliche Museen zu Berlin, Kunstbibliothek / Florence Henri / © Galleria Martini & Ronchetti)
3/10
Florence Henri, 'Autoportrait', 1928 / Staatliche Museen zu Berlin, Kunstbibliothek / Florence Henri / © Galleria Martini & Ronchetti
 (Florence Henri, 'Bretagne', 1937-1940 / Collection particulière, courtesy Archives Florence Henri, Gênes / © Galleria Martini & Ronchetti)
4/10
Florence Henri, 'Bretagne', 1937-1940 / Collection particulière, courtesy Archives Florence Henri, Gênes / © Galleria Martini & Ronchetti
 (Florence Henri, 'Fenêtre', 1929 / Staatliche Museen zu Berlin, Kunstbibliothek / Florence Henri / © Galleria Martini & Ronchetti)
5/10
Florence Henri, 'Fenêtre', 1929 / Staatliche Museen zu Berlin, Kunstbibliothek / Florence Henri / © Galleria Martini & Ronchetti
 (Florence Henri, 'Portrait Composition, Cora', 1931 / Collection particulière, courtesy Archives Florence Henri, Gênes / © Galleria Martini & Ronchetti)
6/10
Florence Henri, 'Portrait Composition, Cora', 1931 / Collection particulière, courtesy Archives Florence Henri, Gênes / © Galleria Martini & Ronchetti
 (Florence Henri, 'Composition Nature morte', c. 1931 / Collection particulière, courtesy Archives Florence Henri, Gênes / © Galleria Martini & Ronchetti)
7/10
Florence Henri, 'Composition Nature morte', c. 1931 / Collection particulière, courtesy Archives Florence Henri, Gênes / © Galleria Martini & Ronchetti
 (Florence Henri, 'Jeanne Lanvin', 1929 / Collection particulière, courtesy Archives Florence Henri, Gênes / © Galleria Martini & Ronchetti)
8/10
Florence Henri, 'Jeanne Lanvin', 1929 / Collection particulière, courtesy Archives Florence Henri, Gênes / © Galleria Martini & Ronchetti
 (Florence Henri, 'Composition, The Glory that was Greece', c. 1933 / Collection particulière, courtesy Archives Florence Henri, Gênes / © Galleria Martini & Ronchetti)
9/10
Florence Henri, 'Composition, The Glory that was Greece', c. 1933 / Collection particulière, courtesy Archives Florence Henri, Gênes / © Galleria Martini & Ronchetti
 (Florence Henri, 'Composition', 1929 / Museum Folkwang, Essen / Florence Henri / © Galleria Martini & Ronchetti)
10/10
Florence Henri, 'Composition', 1929 / Museum Folkwang, Essen / Florence Henri / © Galleria Martini & Ronchetti

Après Claude Cahun, Berenice Abbott, Eva Besnyö, Diane Arbus ou Laure Albin Guillot, le Jeu de Paume poursuit ses monographies de femmes qui marquèrent l'explosion de la photographie dans la première moitié du XXe siècle, avec cette fois Florence Henri. Se concentrant sur la période 1927-1940, cette exposition suit le cheminement artistique d'une peintre qui, née à New York puis étudiant les arts à Londres, Rome, Berlin ou Weimar (où elle suit les cours du Bauhaus auprès de Klee et Kandinsky), se tourne bientôt vers une nouvelle discipline : la photographie.

Chez elle, la photo restera toujours synonyme de liberté, de jeu et d'expérimentation. Collages, reflets, trompe-l'œil, fragmentation de l'image : quand Florence Henri empoigne son appareil photo, c'est pour échafauder de nouvelles expériences visuelles ou jouer à cache-cache avec les miroirs, comme le montre par exemple son travail sur l'autoportrait. Proche du couple Delaunay, de Fernand Léger, de Hans Arp, elle fait corps avec l'avant-garde des années 1930, au confluent du surréalisme, du constructivisme et du cubisme.

On finit toutefois par regretter l'omniprésence de cette obsession formelle, qui nous donne l'impression d'avoir assisté à un cours de photo – un de ceux que venaient suivre, dans le studio qu'elle ouvrit en 1929, Lisette Model ou Gisèle Freund. Pas aussi audacieuse qu'une Eva Besnyö, pas aussi radicale qu'un Rodtchenko, pas aussi émouvante qu'un Atget, Florence Henri apparaît appliquée mais jamais vraiment pionnière, et peine à transcender ses préoccupations esthétiques pour donner de la chair à ses clichés. Mises à part certaines images de Bretagne, sur lesquelles flotte une mélancolie douce-amère, elle semble toujours animée par ce seul souci de construction, préférant finalement l'expérimentation à l'émotion.

> Horaires : le mardi de 11h à 21h et du mercredi au dimanche de 11h à 19h.

> Résultat de recherche d'images pour [CONCOURS] Gagnez des places pour l'exposition Florence Henri au Jeu de Paume.

Par Mikaël Demets

Publié :

Téléphone de l'événement 01 47 03 12 50
Site Web de l'événement http://www.jeudepaume.org/
LiveReviews|0
1 person listening