Mika Rottenberg

Libre
  • 3 sur 5 étoiles
0 J'aime
Epingler
 ('Sneeze', 2012 / Courtesy Galerie Laurent Godin)
1/3
'Sneeze', 2012 / Courtesy Galerie Laurent Godin
 ('Seven' / © TB / Time Out)
2/3
'Seven' / © TB / Time Out

Vue de l'exposition

 ('FR2', 2012 / Courtesy de la Galerie Laurent Godin / © Gregory Copitet)
3/3
'FR2', 2012 / Courtesy de la Galerie Laurent Godin / © Gregory Copitet

Dans les vidéos ironiques et absurdes de Mika Rottenberg, le tube digestif et les fluides corporels sont souvent sollicités pour évoquer le rapport du corps aux systèmes de production. Production d'œuvres d'art, de denrées industrielles ou d'organismes vivants – peu importe, tant que la mise en scène, à la frontière du surréalisme et de la performance, flirte avec décalages, bizarreries et situations grotesques. Ainsi, à la galerie Laurent Godin, des hommes aux orteils vernis éternuent compulsivement, leurs grosses truffes accouchant de petits lapins ('Sneeze'), tandis que dans ‘Seven (Chris)’, la vidéaste d'origine argentine récolte la sueur de six artistes au fil de leurs pérégrinations. Deux beaux échantillons de l’œuvre récente de Rottenberg qui suintent, comme on les aime, d’humour et de grosses gouttes de sueur, accompagnés d’une série de dessins aux faux airs de gribouillages automatiques.

Par TB

Publié :

LiveReviews|0
1 person listening