Ryoji Ikeda | Continuum

Art, Arts numériques
Recommandé
5 sur 5 étoiles

Time Out dit

5 sur 5 étoiles

Lorsque la technologie défait le monde.

Pour qui ? Celles et ceux qui veulent s’allonger au sol et méditer.
Voir quoi ? La plus belle expérience du cycle Japonisme.

« Le public est invité à ôter ses chaussures avant d’entrer dans l’exposition. » C’est par cette requête sacrée que l’on arrive dans un espace de déchaussement couvert par les sons. Parvis d’un lieu saint aux portes grandes ouvertes, pour un moment de prière d’un genre nouveau. Deux chambres. L’une noire, celle de code-verse et de sa projection monumentale, pour une chorégraphie de lignes et de pixels, parfois de mots. L’autre blanche, celle d’A[continuum] et d’un système de son épique à cinq hauts parleurs hyperdirectionnels, retraçant en fréquence l’histoire de la note La. Ces créations, basées sur les outils informatiques et procéduraux, élèvent les dispositifs techniques au rang d’oracles mystiques.

Nous sommes face à un nouveau continuum, une nouvelle perception de l’univers, un éclaircissement que nos corps et esprits auront à gérer frontalement. La plupart des visiteurs finissent allongés au sol. C’est une découverte sans pareil d’une autre instance du monde tel qu’il va, par le biais d’autre formes, d’autres langages. Espace qui persiste sans égratignure en dehors : il est toujours impressionnant de voir à travers les baies vitrées cette ville qui continue à vivre. C’est une remise en question de nos croyances. Un bousculement par des mouvements visuels et sonores à la présence tantôt atomique tantôt cosmique. Un parfait instant de voyage, avec ce qu’il faut de danger et de merveille.

Infos

Vous aimerez aussi