Sophie Calle : beau doublé monsieur le Marquis

Art
1/2
2/2

Dire le sentiment.

‘Beau doublé Monsieur le marquis !’ est une expérience, celle du sentiment et du vide laissé par ceux que nous aimons, ceux que nous avons aimés et ceux que l'on aimerait aimer. Avec ses mots simples et quotidiens mais aussi acérés qu'une flèche reçue en plein cœur Sophie Calle nous invite à explorer avec elle la mort, l'amour et le désir. Photographies et textes courts disent son besoin d'écrire pour ne pas devenir muette, pour ne pas perdre la parole après ces émotions à couper le souffle. 

Dans les pièces en enfilade où craque le parquet, entre les fauves empaillés, le bois des fusils XVIIe et les tableaux de chasse à l'huile léchée et aristocratique, Sophie Calle voyage et dissimule des traces de son passage. Espiègle et cinglante, elle dépose dans les vitrines des trophées, sur les étagères des objets-reliques et entre les meubles les fragments d'un récit amoureux, le sien. Autant traces qu'éclats, les bribes ainsi laissées s'incorporent au décor et créent un nouveau paysage, celui du souvenir et de la mémoire où les situations du passé jaillissent au détour d'à peine quelques mots.

Puis on quitte la collection du musée et les indices d'un amour fini mais têtu pour rejoindre un troisième espace où cette fois-ci Sophie Calle écrit l'histoire de l'amour avec les mots des autres. A partir de petites annonces glanées au fil des années - du minitel à Tinder, en passant par les pages des journaux -, elle présente le portrait de l'idéal féminin tel qu'il se meut et se transforme dans la tête des hommes d'époques très différentes. Son humour implacable souligne d'une fine couleur rouge certains mots, révélant toute l'absurde exigence du désir quand il s'écrit noir sur blanc et qu'il s'adresse à des inconnues dans l'espoir que l'une d'elles soit assez parfaite pour prétendre au titre de Femme.

Par Elise Boutié

Publié :

LiveReviews|0
0 people listening