Toute photographie fait énigme

Art, Photographie
3 sur 5 étoiles

Time Out dit

3 sur 5 étoiles

Attention les amis ! Nous nous efforçons d'être précis, mais la situation particulière nous oblige à quelques ajustements. Alors vérifiez que les événements sont bien confirmés avant de vous y rendre.

« La saisie photographique se tient entre la consignation d’une observation et l’instigation persuasive. » Pas compris ? Nous non plus. Et c’est bien dommage, mais pas dramatique. Inutile de vous arracher les cheveux pour tenter de décrypter les textes alambiqués qui accompagnent cette jolie exposition de la MEP : ils ne vous apporteront pas grand-chose et risquent, au contraire, de contaminer le plaisir simple et immédiat que procure cette sélection de photographies compilée par Michel Frizot – historien de l’art dont la collection sort allègrement des clous.

Evénements inexplicables, personnages biscornus, lieux incertains, compositions fortuites et frappantes, sculptées par le hasard d’un instant… Voilà à quoi ressemble l’« autre » histoire de la photographie. Celle qu’a commencé à démêler une armée de collectionneurs (dont fait partie Michel Frizot), décidée à écumer les fonds de grenier, les brocantes, les archives socio-historiques ou les vieux albums de famille, dans l’espoir de dénicher quelque prise de vue qui, pour une raison ou pour une autre, sort du lot.

Alors si vous n’avez pas encore été convertis au doux culte de la photo anonyme, c’est le moment de vous y frotter. Capturées par d’illustres inconnus, des auteurs oubliés ou des reporters de presse non-crédités, de belles énigmes visuelles se bousculent sur ce parcours qui nous ballotte entre la soufflerie aérodynamique de Chalais Meudon (anonyme, 1935), le rapt d’un homme d’affaires par de faux policiers (Roger Paillard, 1938) ou une vue aérienne de Manhattan (anonyme, 1917). Sans oublier ces amants pris en flagrant délit de copulation (anonyme, 1955) ou ce « poulet fantôme » venu hanter les cuisines françaises sous l’Occupation (anonyme, 1940).

Autant de mystères figés dans l’éternité de l’argentique, auxquels vient s’ajouter cette formidable « projection de vues stéréoscopiques en lumière polarisée ». Traduction : on enfile des lunettes spéciales, on ouvre un rideau et on se laisse transporter par un diaporama en 3D absolument surprenant, qui survole les rues d’Inde, les foules de Chicago, des fermes, des carrières ou des usines du tout début du siècle dernier. De quoi mettre encore un peu de sel sur ces murs où l’on croise aussi d’improbables photomontages et autres expérimentations farfelues. Bon allez, on retente une lecture : « Le regardeur comprend la saisie photographique mais il peine à restituer ce qui a commandé la prise de vue parce que cette conjoncture lui est opaque désormais. » Euh non, toujours rien compris.

> Horaires : du mercredi au dimanche de 11h à 20h.

Publié :

Infos

Vous aimerez aussi
    À la une