Wim Delvoye

Art, Installation Libre
0 J'aime
Epingler
 (Vue de l'exposition / © TB)
1/6
Vue de l'exposition / © TB
 (Vue de l'exposition / © TB)
2/6
Vue de l'exposition / © TB
 (Vue de l'exposition / © TB)
3/6
Vue de l'exposition / © TB
 (Vue de l'exposition / © TB)
4/6
Vue de l'exposition / © TB
 (Vue de l'exposition / © TB)
5/6
Vue de l'exposition / © TB
 (Vue de l'exposition / © TB)
6/6
Vue de l'exposition / © TB

L’artiste belge revient à la galerie Perrotin avec une vingtaine d’œuvres flambant neuves qui célèbrent, distordent et profanent une fois de plus les monuments sacrés de l’histoire de l’art et de l’architecture gothique. Au programme de cette nouvelle exposition personnelle : des sculptures en marbre (dont ‘Karmanyaka’, allégorie de la tyrannie) et des installations réalisées à partir de pneus. Autrement dit, nous voilà plus proches du Wim Delvoye invité par le Louvre en 2012 pour jouer les architectes de cathédrales rétrofuturistes en métal torsadé, que de l’artiste subversif qui tatouait des cochons pendant les années 1990 ou qui, à l’aube des années 2000, imaginait des machines à caca (‘Cloaca’), pour représenter le système digestif.

> Horaires : du mardi au samedi de 11h à 19h.

Par TB

Publié :

LiveReviews|0
1 person listening