Fête secrète Bon Esprit : Rebotini + Maelstrom + Museum + Matthis Meyer

0 J'aime
Epingler
Fête secrète Bon Esprit : Rebotini + Maelstrom + Museum + Matthis Meyer
© Jonathan Bigi

Pour cette seconde édition des fêtes Bonne Esprit, dont le principe est d'organiser une grosse soirée dans un lieu original tenu secret jusqu'au dernier moment, le line-up n'a pas été négligé. Au programme : un set de l'excellent Arnaud Rebotini, accompagné de Maelstrom, Museum et Matthis Meyer. Cette fois, pas de RER, la fête sera dans Paris intramuros, tout près de République. On sait pour l'instant que l'espace sera vaste, avec une contre-allée « détente » extérieure mais couverte, avec des bornes d'arcade et des projections vidéo. Pour acheter vos places en prévente (13 euros c'est abordable) : cliquez ici.

Après avoir laissé de côté les guitares électriques de son groupe Black Strobe qu'il a formé avec Ivan Smagghe, Arnaud Rebotini, seul derrière ses machines, confronte sa musique à la réalité du dancefloor. Il remise ordinateurs, logiciels et plugs-in pour leur préférer des machines analogiques, les TR-808, SH-101, TR-909, TB-303 ou autres Juno 60 avec lesquelles il enregistre son premier album solo en 2008 'Music Component'. La musique qui en découle est un hommage aux classiques de la techno : des morceaux longs, instrumentaux, répétitifs, puissants, déroulant une seule et même idée jusqu'à l'obsession. Dans cette même veine de techno analogique, il a sorti un second album l'année dernière, 'Someone gave me religion', lancé sur son propore label Blackstobe Records, qui a fait le succès des danfloors en sous-sols bien glauques.

Maelstrom
. Des basses, et encore des basses. C'est dans un cadre techno de Détroit que Maelstrom, alias Joan-Mael Peneau, excelle avec ses sonorités électro modernes aux allures de french touch. Très sollicité, ce nouvel ambassadeur de la bass music a déjà signé chez de nombreux labels. A venir : un maxi chez BoysNoize Records et un set très prometteur mi-novembre...

Egalement membre de Black Strobe, Mathieu Zub crée le projet Museum en 2011 avec la triple passion des synthétiseurs analogiques, des atmosphères sonores des grands films classiques de science-fiction des années 1970-80 et de la frénésie du dancefloor. La puissance de sa musique et de ses mixs séduit les amateurs du genre.

Que dire de Matthis Meyer si ce n'est qu'on lui voue une confiance aveugle ? Ce jeune DJ parisien a étudié dans la célèbre Berklee College of Music où il a développé un réel intérêt pour le son et les notes. A la même époque, il découvre la scène underground new-yorkaise où il piochera ses futures inspirations. Son excellent remix d'Oxia et son set sur la première Bon Esprit confirmeront sa place derrière les platines de cette deuxième édition.

Par Camille Griffoulières

LiveReviews|0
2 people listening