Les 5 ans du Social : Andrew Weatherall + Gesaffelstein + The Hacker

Clubbing
Recommandé
0 J'aime
Epingler
Les 5 ans du Social : Andrew Weatherall + Gesaffelstein + The Hacker

Le Social Club souffle ses 5 bougies, pour l'occasion, le club soigne sa programmation. Un trio de choc mettra le dancefloor en ébullition samedi : Andrew Weatherall, Gesaffelstein et The Hacker.

Ce samedi, une pointure de la scène électro underground sera aux platines : Andrew Weatherall. Ce DJ et producteur anglais caméléon a monté le fanzine londonien réputé Boy's Own, différents groupes dont certains sont assez connus (Bocca Juniors, The Sabre of Paradise, Two Lone Swordsmen, That Petro Emotion et Primal Scream), produit des titres pour des grands noms comme Björk, My Bloody Valentine, Manic Street Preachers, New Order, The Future Sound of London et mené encore d'autres vies parallèles, signe de son hyperactivité artistique. Andrew est très respecté outre-Manche pour ses sets mémorables autant que pour ses productions intelligentes. Son dernier album 'Masterpiece' est à son image : excentrique, avec des sons arabisants, et d'autres influences musicales étonnantes : gospel, rock'n'roll rétro, rockabilly ou new wave.

Toujours en quête de sonorités atypiques et explorations rythmiques, Gesaffelstein compose une techno architecturale et compte des remixes remarqués comme ceux de Sei A et Miss Kittin. Il obtient rapidement le support de Busy P et 2Many DJs... Aujourd’hui patron de son propre label Zone fondé avec son ami The Hacker, ce jeune artiste enchaîne aussi les sorties sur le fameux label de Tiga, Turbo.

The Hacker bouclera cette soirée avec un set glauque et glacial à souhait. Inspirée par le groupe allemand Kraftwerk et par la cold wave des années 1980, son électro rappelle les sous-sols trash de raves en plein hiver. Il a sorti un premier album solo en 1998 justement baptisé ‘Mélodies en sous-sols’, caverneux, humide et très rythmé, avant de sortir un album en duo avec Miss Kittin sobrement baptisé ‘First Album’ qui déchaîne les dancefloors. Ce mix rétrofuturiste d’électro, synthpop, dark disco et cold wave, assorti de l’électroclash sexy with « ze cute french accent » de Miss Kittin s’exporte très bien. Il se vend alors à plus de 50 000 copies, grâce aux bizarroïdes "Franck Sinatra", "1982" et "Stock Exchange". Après une tournée triomphante dans les plus grands clubs du monde, ils décident de faire une pause pour poursuivre chacun leur carrière solo. The Hacker sort en 2004 ‘Rêves mécaniques’ (qui aurait pu s’intituler ‘Cauchemars mécaniques’), tout aussi imparable mais un peu moins sombre que le précédent. Une réussite que les amoureux d’électro progressive et bien construite ont appréciée. Le duo n'a sorti son second album qu’en 2009, l’excellent ‘Two’, qui compte "1000 Dreams", un hit sur lequel la sexy Kittin excelle dans sa spécialité, l’électroclash.

LiveReviews|0
2 people listening