Constance - Pot-pourri

Comédie
3 sur 5 étoiles
Constance
© DR

Time Out dit

3 sur 5 étoiles

Attention les amis ! Nous nous efforçons d'être précis, mais la situation particulière nous oblige à quelques ajustements. Alors vérifiez que les événements sont bien confirmés avant de vous y rendre.

Constance secoue le Théâtre de l'Oeuvre

Pour qui ? Ceux qui trouvent les blagues de cul plus drôles dans la bouches des filles
Voir quoi ? Des sketchs en costumes

Minute 0 : Constance fait la roue et nous montre sa culotte. Minute 1 : Constance dit que le caviar a un goût de bite. On va pas se mentir, l’humoriste ne renouvelle pas exactement les codes du genre. C’est pas grave, on se marre.

Dans Pot pourri, son spectacle de retour au Théâtre de l'Œuvre, la princesse trash d’On n’demande qu’à en rire enfile (et insiste bien sur l’expression) une série de costumes, pour incarner un florilège de personnages féminins truculents.

Là encore, on préfère prévenir : ceux qui cherchent un regard aiguisé sur la société contemporaine repasseront. Tous ses avatars – maman prout-prout au bord de la crise de nerfs, intellectuelle nymphomane en trench ou prof de musique dépressive et à moitié sadique – pourraient avoir été écrits dans les années 90. Mais ne boudons pas notre plaisir : ils sont diablement efficaces. En fait, leur côté atemporel participe même à leur succès : on a tous eu une prof de musique dépressive et à moitié sadique. Donc ça marche. Les textes sont outranciers mais ciselés, leur interprétation, impeccable.

Ce qui impressionne le plus demeure l’incroyable énergie que Constance - dont on s’était habitué aux chroniques presque calmes sur France Inter - déploie tout au long du show. Il dure à peine plus d’une heure, mais on est épuisé pour elle à la fin, tant elle bouge, crie, chante et danse (plutôt bien, d’ailleurs) change de déguisement et de voix sans laisser s’installer le moindre temps mort. Notons par ailleurs que dans un paysage du stand up dominé par le one (wo)man show autofictionnel, renouer avec le bon vieux spectacle à sketchs est franchement rafraichissant.

Par Margaux Leridon

Publié :

Infos

Vous aimerez aussi
    À la une