Fary dans Hexagone

Comédie, One-man show & Stand-up
2 sur 5 étoiles
Fary
© DR

Time Out dit

2 sur 5 étoiles

Attention les amis ! Nous nous efforçons d'être précis, mais la situation particulière nous oblige à quelques ajustements. Alors vérifiez que les événements sont bien confirmés avant de vous y rendre.

Fary est-il vraiment le nouveau maître de l’humour ?

Pour qui ? Les fans de l’humour « statut Facebook »
Voir quoi ? Les nouvelles fringues de Fary

Une salle comble. Non pas une, non pas deux mais trois premières parties ; de quoi chauffer la terre entière. Rentre sur scène le tant attendu Fary alors que les enceintes crachent de la trap and bass US et que les gens applaudissent à en perdre leurs mains. Le prophète est là. 

« Eric Zemmour » crie Fary, coupant court aux acclamations du public. Ça sent le combat d’actu et la bagarre de mots. Pas d’accrochage pourtant, ce n’est pas le projet d’Hexagone. Le titre est emprunté à une chanson clash de Renaud, critique de la France dont on ne verra ici pas la couleur. Les seules couleurs sont celles des peaux dont l’humoriste parle sans cesse. Dictature des schémas et ressorts comiques usés.

Sans trop froisser il parle de la France qu’il aime et rythme le tout par ses histoires de vie. Résultat, trop d’intime sérieux et larmoyant. Cette mise en valeur du moi dans la carrière de Fary est troublante. On sait pour lui l’importance des identités et de leurs constructions (il parle de ses tatouages, ses vêtements, sa coiffure, etc.), mais il délaisse souvent les enjeux et l’intérêt des raisonnements universels. Sa force comique est de toujours trouver le moyen de parler de soi.   

Le site du spectacle précise alors, comme pour le défendre : « Il n’a de réponse à aucune de ces questions, mais il se les pose. » Pourtant Fary construit des vérités et parle de l’absence des penseurs auxquels le peuple pourrait s’identifier. On le voit venir. Mais voilà, on a du mal à croire que les humoristes seront les philosophes du futur, surtout avec un stand up qui s’embourgeoise et fait ses révolutions en pantoufle. Preuve avec son texte bien écrit, bien récité. Les combats annoncés n’ont pas lieu et ça lui évite de faire des accros à ses fringues (c’est lui qui le dit). Du coup il ne percute jamais vraiment où il faut, ou aussi fort qu’il le faudrait.

Puis sur la page des réservations cette citation de Flaubert : « De la forme naît l’idée ». Tout s’éclaire. L’affiche façon parfum, lui posant comme l’égérie de sa propre marque. Le style comme forme et comme fond. Pas de quoi illuminer nos chemins vers une conscience nouvelle.

Par Gildas Madelénat

Publié :

Infos

Site Web de l'événement https://www.le-comedia.fr/fr/hexagone-de-fary
Téléphone de l'événement 01.42.38.97.14
Vous aimerez aussi