La Seine Olympique © Paris 2024 - Florian Hulleu
La Seine Olympique © Paris 2024 - Florian Hulleu

Tout savoir sur Paris 2024, qui s’offre la plus grande cérémonie olympique de l’histoire

Entre ambition et démesure, le coup d’envoi de Paris 2024 sera épique ou ne sera pas. Le concept : une vraie petite odyssée sur Seine, ouverte à quelque 600 000 spectateurs… Ça méritait bien un guide fleuve pour tout savoir sur l’événement.

Alix Leridon
Publicité

Le 26 juillet 2024, à 20h24 pétantes (habile), la cérémonie d’ouverture des JO de Paris fera basculer la capitale dans la frénésie olympique qui rythmera son quotidien pendant plus de 15 jours. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que l’événement sera sportif… L’objectif : “casser les codes” et les murs, en organisant la plus grande cérémonie olympique de l’histoire en itinérance et en plein air. Orchestré par Thomas Jolly, le show promet d’être une vraie aventure ; allons-y par étapes. 

La plus grande cérémonie du monde 

Au programme : 600 000 spectateurs dispersés sur les 6 km parcourus par la cérémonie, qui commencera par une traversée fluviale sur la Seine avant de s’installer au Trocadéro. Une première dans l’histoire des Jeux d’été, dont les cérémonies s’étaient jusqu’à présent tenues dans des stades, avec une jauge de moins de 100 000 spectateurs (ils étaient 78 000 à Rio en 2016). En France, on qualifie ce genre d’élan d’ambitieux ; chez les Grecs, on aurait plutôt parlé d’hybris, cette forme de démesure qui conduit irrémédiablement à la tragédie. A croire que certains ne craignent pas plus la colère des dieux que celle de leurs citoyens…

La scène ? La Seine !

Spectacle aérien © Paris 2024 - Florian Hulleu - A.G. Photographe
Spectacle aérien © Paris 2024 - Florian Hulleu - A.G. Photographe

La Seine, au coucher du soleil. Les quelque 10 500 athlètes des différentes délégations nationales se réunissent par pays sur des embarcations. En tête de file – comme le veut la tradition –, les Grecs prennent le départ depuis le pont d’Austerlitz, pour une odyssée festive et cérémonieuse de 6 km jusqu’au pont d’Iéna. Là-bas, le parvis du Trocadéro attend les 116 bateaux et leurs passagers pour un bouquet final face à la tour Eiffel, qui devrait commencer à 23h50, heure prévisionnelle de l’arrivée du bateau français (le dernier du convoi). 

Demandez le programme ! 

Du protocole au spectacle 

Coup d’envoi des Jeux, la cérémonie d’ouverture se doit d’être aussi spectaculaire qu’elle est protocolaire, régie par des lois presque inchangées depuis 1920. Outre les hymnes, discours officiels et autre lâcher de colombes, ce sont surtout les prises de liberté artistiques qu’on garde en mémoire. En 2012, à Londres, Danny Boyle, le réalisateur de Trainspotting, nous avait gâtés avec, entre autres, un court-métrage d’action mettant en scène Daniel Craig et feu Elizabeth II. 

Carte blanche à Thomas Jolly

Pour Paris 2024, c’est Thomas Jolly qui a été nommé directeur artistique des différentes cérémonies. Un habitué des projets de grande envergure, derrière le succès incontesté du revival de Starmania, et une flopée de pièces et opéras fleuves acclamés. Grand amateur des épopées shakespeariennes et de leur enchevêtrement caractéristique de tragique et de grotesque, le metteur en scène a maintes fois démontré une folle capacité à dynamiter et rajeunir des textes millénaires. Pour l’écriture de sa cérémonie d’ouverture, il s’est entouré de plusieurs auteurs et historiens, et dit souhaiter revenir à une forme de “simplicité” – qui contraste avec la démesure du projet annoncé. 

Danseur sur les toits © Paris 2024 - Florian Hulleu - A.G. Photographe
Danseur sur les toits © Paris 2024 - Florian Hulleu - A.G. Photographe

Un show fragmentaire et pluridisciplinaire 

Concrètement, il faut s’attendre à un spectacle pluriel, entre théâtre, danse, cirque et opéra, divisé en différents temps forts et traversé par plusieurs histoires. Celle de la France et de sa capitale d’abord, incarnée par les moult monuments croisés durant cette micro-odyssée. Mais aussi celle de tous ceux qui habitent ou travaillent sur et près du fleuve, rencontrés par le metteur en scène pendant son travail. 

Comment y assister ? 

Si le chiffre de 600 000 spectateurs a été annoncé et confirmé en mai dernier par Gérald Darmanin, certains avancent qu’il sera très probablement revu à la baisse pour des raisons de sécurité et de logistique, touchant notamment au réseau de transports de la ville (qui a déjà du mal à assumer ses fonctions en temps normal). 

Ce qui est sûr, c’est que 100 000 billets payants, entre 90 et 2 700 (!) €, ont été mis en vente en mai 2023. Seules les personnes préalablement inscrites et tirées au sort ont eu la possibilité de s’en procurer. Ces billets correspondent aux différentes places installées sur les quais bas le long de la Seine, et autour du Trocadéro.

Entre 300 et 500 000 billets gratuits, correspondant aux places installées sur les quais hauts le long de la Seine, seront ensuite mis à disposition. Mais de qui ? Cette partie du deal est entourée d’une aura de mystère, puisqu’on ne sait pas encore quand ni comment les sésames seront distribués. 

Recommandé
    Vous aimerez aussi
    Vous aimerez aussi
    Publicité