Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right 14 000 habitants en moins à Paris de 2009 à 2014 : la mairie cible Airbnb
Vue Paris rooftop toits

14 000 habitants en moins à Paris de 2009 à 2014 : la mairie cible Airbnb

Advertising

Selon un rapport de l'Insee paru lundi 2 janvier, Paris a perdu 13 660 habitants de 2009 à 2014. La population de la municipalité est passée de 2 234 105 à 2 220 445 habitants en cinq ans. Ce sont les arrondissements du centre qui sont les plus touchés : les 1er, 2e, 4e et 8e perdent chacun 1% de leur population. A l'inverse, les 17e, 19e ou le 13e sont en augmentation, une cartographie assez proche de la dynamique du prix au mètre carré ces dernières années. 

Interrogée par Le Parisien, la Mairie de Paris constate « une évolution annuelle moyenne de - 0,1 % ». Elle explique ce chiffre par une « baisse de la natalité qui touche toutes les villes » depuis 2010, mais la cause réellement pointée du doigt est l'augmentation du nombre de résidences secondaires à Paris. Cette problématique rejoint les récents débats au sujet des sites de location en ligne comme Airbnb ou Abritel. Depuis 2009, près de 20 000 résidences principales auraient été transformées en locations touristiques saisonnières selon des estimations des services de la Ville. Une augmentation des taxes sur les résidences secondaires devrait être votée lors du prochain Conseil de Paris.

D'autres causes ?

Mais un autre facteur n'est pas à négliger : les prix de l'immobilier au m2 n'ont jamais été aussi élevés à Paris (plus de 8 500 € dans certains arrondissements). La carte des loyers coïncide d'ailleurs très justement avec celle de la baisse de la population. Enfin, la dynamique démographique de la ville de Paris est globalement à la baisse depuis les années 1960. C'est à cette époque que de nombreux programmes immobiliers ont permis de réduire le nombre d'habitants dans la ville en déplaçant les zones d'habitation vers la banlieue. De 1962 à 1968, la population parisienne était passée de 2 790 091 à 2 590 771. De quoi relativiser.

Share the story
À la une
    Advertising