Recevez Time Out dans votre boite mail

Recherche

3 raisons d’aller aux Rencontres chorégraphiques

Par Elsa Pereira
Publicité

 1. Explorer le 9-3

Du 5 mai au 13 juin, les quatre coins du département se prêtent au jeu : Montreuil, Pantin, Aubervilliers mais aussi Bagnolet et Stains. Au total une dizaine de théâtres de la Seine-Saint-Denis se mobilisent pour la danse contemporaine. L’occasion de découvrir des lieux culturels trop peu médiatisés et pourtant si riches culturellement comme la Parole errante de Montreuil ou la Chaufferie de Saint-Denis. Et pour les paresseux, des navettes gratuites sont mises à leur disposition. Le Grand Paris, c’est maintenant !

2. Découvrir des artistes du monde entier

Une édition qui fait tomber les frontières. Allemagne, Australie, Belgique, Espagne, Brésil… Pas moins de vingt-cinq compagnies d’artistes viendront fouler les planches de ce festival hétéroclite ouvert sur les différentes langues chorégraphiques. « Narrateurs du monde, mêlant cultures, identités, les artistes posent sur la réalité leurs imaginaires et leurs questionnements », raconte Anita Mathieu, directrice du festival. Des chorégraphies pour raconter le monde, et pour témoigner d’une époque.

 

3. Applaudir la singularité des approches artistiques

Halte aux idées reçues : la danse contemporaine n’est pas un magma informe où le sens échapperait ostensiblement au public non averti. La danse contemporaine n’est pas une, mais multiple. Elle est perméable à tout. Elle s’inspire des arts du cirque (‘O principio da casa dos pombos’ d’Alice Ripoll et Camila Moura), de la musique (‘Lisbeth Gruwez dances Bob Dylan’ de Lisbeth Gruwez), se nourrit du hip-hop (‘Cicatriz’ d'Aline Corrêa) et du multimédia (‘Je m’efforcerai de te suivre – titre provisoire –’ de Rita Cioffi), aborde l’érotisme, la religion, la philosophie… Une pluralité des thèmes et des formes et une richesse des discours et des approches qui rendent ce festival forcément fascinant. Reste à faire son choix parmi cette programmation plus qu’alléchante 

 ATTENTION : Le solo d'Aline Corrêa initialement programmé (samedi 6 et dimanche 7 juin à La Chaufferie), est remplacé par le solo 'Resistência'

Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis

Du 5 mai au 13 juin.
De 13 à 16 € la place.

À la une

    Publicité