Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right 5 concerts immanquables au Festival BBMix ce week-end

5 concerts immanquables au Festival BBMix ce week-end

Advertising

Samedi 26 et dimanche 27 novembre, l’incontournable festival de rock détraqué est de retour au Carré Belle-Feuille de Boulogne-Billancourt. De quoi bien remuer l’Ouest parisien…

Contrairement à ce que son nom pourrait laisse entendre, le BBMix n’est ni un beatmaker déguisé en Brigitte Bardot, ni un cocktail à base de nouveau-né, mais le plus kiffant rendez-vous annuel des musiques hors format en région parisienne : celles qui ne marchent pas dans les clous, qui grincent, qui râlent, qui couinent ou qui, parfois, chuchotent à l’oreille d’inquiétantes fantaisies. Drone-doom ou krautrock, électronique minimale, art-punk ou noise contemplative : c’est à Boulogne-Billancourt (BB pour les intimes) que ça se passe. Eh non, vous n’êtes pas au bout de vos surprises. Tour d’horizon de cette nouvelle édition en 5 concerts à vous retourner le cerveau. 

1/ Boris

Actif depuis 1992, le charismatique trio tokyoïte apparaît comme la grande tête d’affiche de cette édition 2016 – aux côtés des vétérans brit-punk de The Pop Group. Aussi à l’aise avec les riffs de stoner-rock, les drones planants du doom et un psychédélisme prompt à maltraiter des colonnes d’amplis Orange, Boris évoque autant le minimalisme ésotérique de Sunn O))) que les dissonances chahuteuses des Melvins ou les coulées de lave bruitistes de Merzbow. Un groupe-culte de metal avant-gardiste, emmené par la frêle et incroyable Wata, guitariste-chamane capable de vous embarquer dans de véritables tsunamis de fuzz.

 

 

   

2/ Goat

Poursuivons donc avec un autre groupe nippon qui vous rendra probablement chèvre (mais dans le bon sens, c’est-à-dire en transe, mystérieusement hilare), avec son math-rock puissant, minimal et tribal. Avec leurs beats à vous faire perdre dix kilos et vous filer une jouissive crise de tachycardie, on pense évidemment au krautrock canal historique de Neu ! et de Can, mais aussi à leurs compatriotes disco-punk de Nissenmondai. Bref, l’une des révélations du BBMix 2016, pour un concert qui figure parmi les plus prometteurs du festival.

 

   

    

3/ Electric Electric

Guitares cinglées ou cinglantes, synthés modulaires et base rythmique épileptique : Electric Electric porte terriblement bien son nom et vous réserve lui aussi une belle séance de béatitude saturée à 140 bpm. Venu de Strasbourg (comme quoi, il n’y a pas qu’au Japon qu’on s’éclate les tympans sur du math-rock de yōkai), le trio évoque à la fois les parrains new-yorkais Silver Apples, le post-punk électronique d’Add N to (X) et le meilleur de l’actuelle scène rock française – des Nantais de Papier Tigre aux Tourangeaux de Pneu, avec lesquels Electric Electric a d’ailleurs largement arpenté l’Hexagone. Une brutalité grisante, riche et hypnotique.

 

    

     

4/ Fumaça Preta

Né à Amsterdam de la conjonction d’horizons lointains, le trio porto-anglo-brésilien Fumaça Preta (« fumée noire ») ressuscite avec humour et maestria une forme hybride de tropicalisme déglingué, comme si le psychédélisme sixties de Os Mutantes se retrouvait soudainement joué par des zombies sous nitrite d’amyle. Brassant électronique bricolée, garage-rock salace et hurlements vaudous, Fumaça Preta va même parfois jusqu’à évoquer Captain Beefheart par sa radicalité touche-à-tout et son goût des déviances loufoques. Excitant comme tout, et puissant comme un torrent de cachaça.

 

    

     

5/ Piotr Kurek

Enfin, après ces multiples déferlantes soniques qui auront certainement réussi à creuser un tunnel entre vos deux oreilles, comment passer à côté de la délicatesse onirique du Polonais Piotr Kurek – dont la musique laisse fantasmer ce qu’auraient fait Moondog ou Erik Satie s’ils avaient pu jouer du Moog ? Des ritournelles ambient, méditatives et chaleureuses, rétro-futuristes et apaisantes. Un vrai coup de cœur à découvrir – et sans doute l’idéal pour se remettre de ses émotions.

   

   

    

Bonus : ‘Don Pauvros de la Manche’

Eclectique, le festival BBMix proposera également cette année une exposition gratuite, 'Sticker Removals', une matinée de ciné-concerts pour les enfants de 3 à 10 ans (BBKids : Mimo The Maker), ainsi qu’un documentaire sur l’un des guitaristes français les plus libres et talentueux, l’improvisateur et multi-instrumentiste tout terrain Jean-François Pauvros. La projection, en sa présence, est en entrée libre : si on nous avait dit que Pauvros nous attendait à BoulBi, on n’en aurait sans doute pas cru ses oreilles… A bon entendeur !

 

 

  

   

Quoi ? Festival BBMix
Quand ? Samedi 26 et dimanche 27 novembre
Où ? Carré Belle-Feuille, Boulogne-Billancourt (92)
Combien ? 11,49 € / jour

Plus d'infos (programmation complète et détails) sur le site officiel de BBMix.

 

Share the story
À la une
    Advertising