Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right 6 raisons de se mettre au skate à Paris en 2016
Actualités / Vivre en Ville

6 raisons de se mettre au skate à Paris en 2016

Ménilmontant boardercross skate roller Ménil'descente
© EChirache

Les grèves et les rames de métro bondées, très peu pour vous. La voiture ? Trop polluante, coûteuse et stressante. Se viander en scooter, bof, se ridiculiser en trottinette, hors de question, prendre le bus d'accord mais à condition de ne surtout pas être pressé, quant au vélib, vous avez suffisamment de problèmes dans votre vie comme ça. Non, ce qu'il vous faut pour vos déplacements à Paris, c'est un skate. La preuve en 5 points.

1/ Parce que c'est le moyen de locomotion urbain par excellence

A l'origine, le skate s'est appelé « sidewalk surfboard » ce qui signifie littéralement le surf du trottoir. Résultat, le skate s'est tout de suite adapté aux décors citadins, permettant aux gamins des banlieues américaines de se rendre facilement au grocery's store du coin entre deux parties de baseball. En skate, on peut donc - on doit, même ! rouler sur les trottoirs comme Bart Simpsons slalomant entre les habitants de Springfield. A Paris, les bancs de République, les rampes d'escaliers de Montmartre, les plans inclinés de l'avenue d'Italie, le parvis du Palais de Tokyo, les pentes de Ménilmontant sont autant de terrains de jeu pour le skateur, qui fait sien le mobilier urbain.
 



2/ Parce que c'est un art

Vous avez déjà essayé de faire un backflip sur un Vélib ? Un ollie en trottinette ? Vous voyez souvent des rassemblements de mecs en segway en train de s'entraîner aux figures acrobatiques ? Non ? Ce n'est pas par hasard. Depuis pas mal d'années désormais, le skate s'est élevé au rang de sport à vocation artistique. Il ne s'agit plus seulement de se déplacer, mais de le faire avec style, en épousant les obstacles de la ville à chaque mouvement, qui réclame des centaines d'heures d'entraînement et un bon niveau d'anglais (quand un type vous dira qu'il est plutôt du genre goofy qui adore les inward heelflips avec un petit grab au passage, vous regretterez d'avoir pris espagnol LV1). Le skateur, c'est un type qui a compris que les rampes d'escalier étaient les lianes de la jungle urbaine.


3/ Parce que tu peux frimer avec des vidéos de dingue

Depuis toujours, skate et vidéo font bon ménage, alors pourquoi ne pas exposer au monde entier de quoi vous êtes capable avec une planche ? Bonne nouvelle, le concours Sosh Highlight vous offre la possibilité de frimer : il faut tout d'abord réunir un réalisateur, un photographe et un skateur ou une skateuse. Après quoi il suffit de réaliser un montage de 2 minutes maximum, en choisissant une musique proposée sur le site officiel ici. Vous aurez enfin jusq'au 22 avril pour envoyer votre vidéo, et la partager avec vos amis pour obtenir le vote du public. Au final, 8 trios seront sélectionnés et participeront à la dernière phase du concours du 1er au 6 mai. A la clé, 8000 euros et 10 jours de projection à Lille, Lyon et Bordeaux. Bref, vous avez du pain sur la planche à roulettes.

4/ Parce que c'est bad ass

Les skateurs sont des bad boys, en tout cas ils font tout pour s'en donner l'apparence sous le regard émerveillé des filles qui passent par là. Baggie, sweat à capuche, chemise grunge de bûcheron, baskets obligatoires : si le skateur aime les parvis qui jonchent les immeubles de bureau, il n'a pas vraiment la dégaine de ceux qui vont y bosser. Il faut dire que le skate s'est peu à peu transformé en mode de vie alternatif, qui bannit les mocassins à gland et le Perrier citron vert pour préférer les Vans, le chichon et la bière. Mieux, la musique underground joue un rôle important dans la culture skate, punk ou hip hop, chacun sa dominante. On ne compte plus les groupes qui s'approprient les codes du skate pour l'intégrer à leur musique, à l'image des mythiques Suicidal Tendencies, dont le look bandana et pantacourt fait vraiment peur. Bad ass, on vous dit.

 



5/ Parce qu'on peut faire customiser sa planche

Niveau graphisme, les skateurs en connaissent un rayon. Résultat, ils aiment faire décorer leur planche par des artistes reconnus, quand ce n'est pas par eux-mêmes. Inspirés par le graph et les comics, ces design se fondent dans la culture pop contemporaine avec brio, même si rien ne remplace une touche toute personnelle à base d'éraflures, de gouttes de sang et de vilaines entailles, souvenirs éternels de gadins monumentaux. 

6/ Parce qu'on a tous fantasmé sur les courses de skate dans 'Retour vers le futur'

La trilogie culte de Robert Zemeckis a rendu plusieurs hommages au skateboard et ce faisant motivé un bon nombre de carrières de boarders. Dans le premier volet, Marty McFly invente quasiment le skate en arrachant le guidon d'une espèce de trottinette de livraison pour échapper à ses poursuivants au gré d'une course homérique. Dans le second épisode futuriste, c'est l'invention du hoverboard, ce skate volant, qui va faire rêver des millions de gamins, au point de devenir un objet culte encore aujourd'hui. En attendant sa réalisation concrète, des espèces de planches motorisées sont vendues plus de 300 euros sous ce nom.





Article rédigé en partenariat avec Sosh.

Advertising
Advertising