Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Appel au #boycottPaul : du rififi dans les viennoiseries
Actualités / Dans nos Assiettes

Appel au #boycottPaul : du rififi dans les viennoiseries

Chez Paul Boycott boutiques viennoiseries magasins

En tête des topics twitter hier après-midi le #BoycottPaul. En cause ? Les propos de son patron, Francis Holder, dans une interview vidéo postée le samedi sur le compte twitter de « Fillon 2017 » appelant à voter François Fillon. Choix politique assez peu étonnant de la part de ce grand patron d’entreprise propriétaire de Paul et Ladurée, deux mastodontes internationaux. Plus choquant ? Se présenter comme ambassadeur de ses 14 000 employés.

« Je suis ici en tant qu’ambassadeur des 14 000 personnes que forme l’entreprise (…) simplement pour vous dire que j’ai regardé le programme de monsieur Fillon et que quand monsieur Fillon nous parle de la libération du travail, c’est la demande que fait l’ensemble du personnel de pouvoir libérer le travail. »

Tout de suite la vidéo est reprise sur les réseaux sociaux, avec notamment de nombreux tweets dénonçant la pratique :

 

 

 

« La libération du travail ce n’est pas ça : travailler 40 heures, y compris le week-end et être payé une misère »

Pour Florent*, vendeur chef d’équipe Chez Paul, « la libération du travail ce n’est pas ça : travailler 40 heures, y compris le week-end et être payé une misère. » Chez Paul depuis sept ans, en CDI de 35 heures, il travaille en réalité 42h-43h par semaine, avec comme compensation des jrttm (journées de récup' à poser quand le patron le souhaite, ce qui évite de payer des heures supplémentaires) sans oublier les samedis, dimanches et jours fériés où il n’est pas payé plus (le régime de l’entreprise dépendant de celui de la restauration collective). Il précise que ses collègues vendeurs qui eux ne sont pas « chefs d’équipe » gagnent environ 1080 € par mois.

« C’est rageant de voir cette vidéo. Avec mes collègues, nous n’avons pas compris, qu’il parle en son nom d’accord : François Fillon veut retirer l’ISF mais sur le terrain la réalité est tout autre. Le travail chez Paul est déjà extrêmement libéré. »

Le fils de Francis Holder, David, patron de Ladurée, s’est lui désolidarisé des propos tenus par son père lundi dernier dans un post très... meringue disons : « David Holder souhaite faire savoir qu’il ne prendra jamais position politiquement au nom des employés de Ladurée. L’image de la maison Ladurée est uniquement liée à la douceur et à la gourmandise... » Pas de Fillon : des macarons ! 

Francis Holder a lui été contraint de revenir en arrière : « Je ne voulais pas parler au nom des collaborateurs du groupe Holder mais exprimer mon opinion personnelle. Mon intention n'était en aucun cas de toucher les salariés des enseignes du groupe. » Tandis que la presse révélait hier que la cofondatrice du groupe Holder, Françoise Holder, femme de Francis, militait, elle, activement pour En Marche, le mouvement d’Emmanuel Macron.

Un bel imbroglio au sein du groupe Holder, qui révèle une faille abyssale entre un patron déconnecté de la réalité et les conditions de travail de ses employés…

 

* Le prénom a été modifié pour préserver l’anonymat.

 

Advertising
Advertising

Commentaires

0 comments