Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Au Point Ephémère, un brunch pour écouter des vinyles
Actualités / Boire & manger

Au Point Ephémère, un brunch pour écouter des vinyles

Mark Brunch Vinyle
© Houssine Bouchama

Pourquoi se contenter d’un plaisir quand on peut en avoir deux ? Un dimanche par mois, les Disquaires de Paris nous convient à bruncher tout en écoutant des vinyles. Sympa, non ? Et pour cette quatrième édition, ils nous donnaient rendez-vous au Point éphémère en fin de matinée. Puisque chez Time Out on a un peu de mal à décuver de la veille, on débarque à 15h après avoir admiré le canal Saint-Martin et ses détritus.

Sur place, on est accueilli par un DJ set et la sulfureuse track "Dans ma Rolls". Pour nous, ça sera un pouf au fond de la salle et un thé vert « en guise de cocaïne ». L’heure étant tardive, on troque les pancakes maison et les œufs brouillés pour des frites. Notre brunch ressemble plus à un lunch.

Autour de nous, la population est très hétérogène : des bambins en landau, des darons à chapeau, des hipsters sortis tout droit d’un festoch Pitchfork. L’ambiance est très détendue et ça joue même aux cartes en commandant des bières. D’autres achètent des vinyles au stand.

Aux platines ce jour-là, Mark, le gérant de la boutique de disque Born Bad, nous balance un set éclectique mais surtout baigné par le rock. Tous remuent la tête et certains osent même le swing. Après avoir balancé la dernière chanson d’adieu, scandant qu’il « faut partir quoi qu’il advienne », on rencontre ce passionné de musique. Il nous conseille les trois skeuds à se procurer ce mois-ci dans son magasin.

CHÉBRAN - FRENCH BOOGIE 1980​-​1985

 

« En ce moment, c’est la compil qui cartonne. Elle vient de sortir sur le label Born Bad et c’est des trucs un peu obscurs du début des années 1980. En quelque sorte, c’est un peu le début du hip-hop en France, on appelait ça le boogie à l’époque. C’est un son très funky, disco, mais avec une façon de chanter hip-hop. Pour la petite histoire, ces mecs faisaient des voyages à New York, pour leur business fringues notamment. Et en découvrant le hip-hop local, ils ont essayé de le retranscrire à la française. Il y a un côté chip, synthé et années disco, avec des paroles un peu décalées. C’est marrant de voir que les jeunes d’aujourd’hui adorent. »  

 

J.C. SATAN - J.C. SATAN

 

 

 

 

« Toujours sur Born Bad, le quatrième album du groupe de Bordeaux. En ce moment, ils font l’album de la semaine sur Canal Plus. C’est vraiment un super groupe live influencé par plein de choses : garage, heavy, punk. C’est un groupe à part. Et en plus ils sont français, ça fait plaisir. Je les suis depuis longtemps et j’ai même partagé la scène avec eux. Pour moi, c’est tout simplement leur meilleur album. »

 

THE SONICS - HERE ARE THE SONICS et BOOM

 

 

 

 

 

« Un gros classique pour finir. C’est un groupe des années soixante qui a un peu défini la scène garage : les Sonics. Aujourd’hui, c’est des papys, mais ils se sont reformés, rejouent et c’est hyper bien. Je les ai revus à la Machine du Moulin Rouge il y a quelques mois et ils ont toujours la patate. Même si leur dernier album sonne presque comme à l’époque, ils ont deux disques incontournables, les deux premiers : 'Here are the Sonics' et 'Boom'. Des albums fantastiques. »

Advertising
Advertising