Recevez Time Out dans votre boite mail

Ce qu'il faut retenir de l'épisode 9 de 'Game of Thrones'

Par
Emmanuel Chirache
Publicité

[SPOILERS DANS L'ARTICLE] Fidèle à son habitude, 'Game of Thrones' nous a offert un avant-dernier épisode épique, avec deux batailles immenses, l'une navale, l'autre terrestre. Si la première voit la victoire écrasante d'un protagoniste sur l'autre grâce au feu purificateur des dragons, si elle est lumineuse, aérienne, filmée dans des tons aux couleurs chaudes, la seconde représente tout l'inverse.

Dans la boue, le brouillard et la lumière crue de l'aube, des combattants se piétinent les uns les autres, perdant presque tous leur âme dans un charnier écœurant. A tel point qu'on se demande même à quoi sert de l'emporter si c'est pour s'entourer d'une poignée de survivants, à l'intérieur d'un château qui n'en méritait pas tant. Pour le coup, l'immersion du spectateur est totale, grâce à des plans d'une beauté saisissante, qui mêlent effets spéciaux et cascadeurs en chair et en os. L'une des plus belles images de la saison montre d'ailleurs Jon Snow face à une charge de la cavalerie adverse, un plan réalisé sans trucage.

Encore une fois, la série aura donc opté pour la guerre comme résolution de conflits politiques, appliquant à la lettre les bons conseils de Carl Von Clausewitz d'après lequel « la guerre est la continuation de la politique par d'autres moyens. » Pour nous, le visionnage de l'épisode 9 représente aussi un bon bréviaire de leçons à retenir. En voici quelques-unes.

- Ne balance jamais personne quand on te demande de choisir qui doit mourir entre toi et tes potes. C'était prévisible, mais c'est ce qui est arrivé aux maîtres esclavagistes lorsque deux d'entre eux ont désigné un troisième, un « étranger », à la vindicte de Daenerys. Résultat, les deux délateurs ont fini la gorge tranchée.  

- Les transitions démocratiques, ça se passe toujours mieux quand tu as plusieurs dragons à ton service. Sans ça, pas certain que Daenerys puisse imposer l'abandon de l'esclavage aux maîtres, ni empêcher Yara et les Fer-Nés de piller et violer. Dire qu'il a fallu des siècles pour abolir l'esclavage et pour renverser les tyrans dans certaines régions du monde et qu'on n'est toujours pas sorti de l'auberge.

- Daenerys est définitivement une « Mary-Sue ». En anglais, le terme désigne un personnage de fiction trop beau pour être vrai, à qui tout réussit sans problème. Episode après épisode, la mère des dragons prouve qu'elle appartient à cette catégorie : entre ses prétendants amoureux, ses dragons, ses adversaires pâlots et ses discours bidon, difficile de trouver la moindre anicroche dans son histoire. En attendant un retournement de situation qui ferait d'elle la digne héritière de son père, une « mad queen » dépassée par son hybris, prête à toutes les folies pour conserver le pouvoir ?

« Ca vous dit qu'on abolisse l'esclavage et les privilèges, qu'on instaure la démocratie et qu'on décrète le SMIC à 3000 € ? »



- Ne choisis jamais Jon Snow comme compagnon pour jouer par équipe à World of Warcraft ou à Risk. Le type est une quiche en stratégie. 

- A chaque fois qu'il se passe quelque chose, pense toujours que ça peut être un piège, surtout si tu dois combattre un type qui s'appelle Ramsay Bolton et dont le hobby est de préparer des pièges.

via GIPHY



- Ne cours jamais quand un type armé d'un arc te le demande. Jamais. Même si ça part d'une bonne intention, méfie-toi, raconte que tu t'es blessé aux adducteurs récemment, dis que tu es ballonné, pars dans l'autre sens, mais n'obéis pas.

« Cours rejoindre ton frère ! Tout se passera bien. » Faux.

- Les géants aussi peuvent mourir.

Le géant, un peu avant qu'il ne ressemble à un hérisson.

- Sans sa sœur, Jon Snow serait probablement en train de manger les pissenlits par la racine. Depuis qu'il est mort, on dirait qu'il est devenu un peu con, alors que Sansa, elle, s'est transformée en redoutable stratège. Il y a fort à parier qu'elle devra manœuvrer avec dextérité entre Littlefinger et son frère durant le prochain épisode.

Est-ce que Sansa ne serait pas en train de se ramsiser ?

 En cadeau, le making-of incroyable de la scène de la « Bataille des bâtards ».

À la une

    Publicité