Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Les 3 Luxembourg : réouverture d'un cinéma mythique du Quartier latin
3 luxembourg

Les 3 Luxembourg : réouverture d'un cinéma mythique du Quartier latin

Advertising

Après plus de six mois de travaux, le célèbre cinéma d’art et d’essai du Quartier latin rouvre ses portes, rénové en profondeur et déjà soutenu par de nombreux invités et une programmation toujours aux petits oignons. Rencontre avec sa jeune et pétillante directrice et programmatrice, Charlotte Prunier.

Time Out Paris : Bonjour Charlotte. Pourriez-vous, pour commencer, nous résumer brièvement votre histoire avec les 3 Luxembourg ?

Charlotte Prunier : Il faut déjà préciser qu'on est deux dans l’affaire : mon associé Alexis Dantec et moi-même. Nous avons racheté les 3 Luxembourg en 2012, au moment où le précédent propriétaire du cinéma a pris sa retraite. Ni Alexis ni moi ne connaissions alors le monde de l’exploitation ; nous nous occupions jusqu'ici plutôt de production et de financement de films, via la société Cofinova. Toutefois, nous avions tous deux terriblement envie de nous lancer dans cette aventure. Surtout avec un cinéma comme celui-ci !

L'ensemble de ces trois salles est en activité depuis une cinquantaine d'années, c'est bien ça ?

Oui, les Trois Luxembourg existe depuis le milieu des années 1960. De façon générale, c’est vraiment un cinéma mythique du Quartier latin, très marqué par les manifestations qui y sont organisées. Dès ses débuts, en mai 68, les Trois Luxembourg ont accueilli les États généraux du cinéma. Plus tard, le cinéma a appartenu à Frédéric Mitterrand, qui en était directeur au début des années 1980. Aujourd’hui encore, il y a un effort très important qui est fait pour l’animation du lieu, les rencontres, avec beaucoup d’invités en permanence. A peine ré-ouvert, on a déjà voulu proposer, rien que pour le mois de février, une rencontre avec Fanny Ardant pour son film ‘Le Divan de Staline’, une rencontre avec Bertrand Tavernier pour ‘Voyage à travers le cinéma français’ (le dimanche 26 février à 16h), une autre avec Jero Yun, le réalisateur de ‘Madame B., histoire d’une Nord-Coréenne’, un très beau documentaire… Ainsi qu'avec Dan Uzan pour son film ‘Nous nous marierons’, sorti le 8 février… Et ça, c’est sans compter les nombreux ciné-clubs, les séances pour les enfants…

Comment s'est déroulée cette rénovation des 3 Luxembourg ?

Quand on a racheté le cinéma en 2012, on était bien conscient qu'il avait besoin d’être rafraîchi. J’avais donc en tête ce projet de rénovation, de modernisation, dès le rachat de la salle. Les travaux se sont donc fait en deux temps. On a d’abord rénové le hall et la cage d’escalier, au bout d’un an. Mais en ce qui concerne les salles, la façade, ça a été plus long... Techniquement, financièrement, le chantier s’est révélé beaucoup plus complexe. Il y a des idées qui nous plaisaient mais qu’on a dû abandonner. Il a aussi fallu considérer de nouvelles normes, notamment en terme d’accessibilité. Bref, nous avons refait l’électricité, la climatisation… Mais en fait, le coup de grâce, ça été le diagnostic amiante qui n'avait pas été fait jusque là... et qui a nécessité direct une fermeture de trois mois pour désamiantage ! Partant de là, il n’y avait plus de doute qu’on allait devoir fermer le cinéma pour quelques mois : on a donc voulu en profiter pour rénover l'ensemble.

3 Luxembourg

 

Aviez-vous des exigences particulières autour de ces travaux, vu l'historique du lieu ?

Il y avait bien sûr une autre pression, qui était de ne pas décevoir les habitués des 3 Luxembourg. Toute la difficulté d’une telle rénovation, c’est de parvenir à moderniser l’espace, avec de nouvelles conditions d’exigence pour l’accueil et le confort du public, tout en conservant l’esprit et l’esthétique du cinéma mythique que connaissent ses habitués. Cela veut dire ne pas perdre le cachet historique de la salle, le charme de l’ancien, et conserver son côté convivial et familial, qui fait toute son âme. On a ainsi tenu à conserver l’enseigne historique, qui a été refaite à l’identique, toute en modernisant la façade avec un joli jeu de lumière. A l’intérieur, on a essayé de garder quelques éléments, comme les rampes d’escalier, les portes vitrées à l’entrée… Bref, de petits éléments de mobilier d’époque. Surtout, on n'a absolument pas voulu de caisses automatiques ou de machines, afin de privilégier le contact humain. Nous sommes là pour défendre une programmation et une certaine vision du cinéma... pas pour vendre des confiseries ou du pop-corn !

En termes de programmation, les 3 Luxembourg restera donc bien ancré dans le cinéma d'art et d'essai ?

Tout repose sur la programmation, évidemment ! Mais pour des indépendants comme nous, l’accès aux films peut parfois se révéler difficile. Un quartier comme celui-ci est très concurrentiel, notamment parce que les circuits comme UGC ou mk2 y sont classés, comme nous, en art et essai, tout en bénéficiant d'une force de frappe que nous n'avons pas vis-à-vis des distributeurs. Disons que pour un film d’art et d’essai porteur, il faut parfois s’estimer heureux quand on peut le diffuser en troisième semaine. La programmation d’un cinéma indépendant, c’est donc déjà cet effort au quotidien pour obtenir les films, mais il s’agit aussi et surtout de les mettre en perspective, de proposer de nouvelles façon de les approcher, des expériences thématiques. Les ciné-clubs jouent à cet égard un rôle précieux, que ce soit avec des films en numérique ou en 35 mm, les 3 Luxembourg étant équipé des deux technologies. Enfin, ce sont avant tout les échanges avec le public que nous sommes heureux de retrouver après ces quelques mois de fermeture. Dans un cadre qu'on espère désormais idéal !

Prochains événements :
• Samedi 25 février : Une nuit de films cultes. Avec 'Top Gun', 'Rock', 'Heat', Monty Python, Sacré Graal', French Connection', 'Il était une fois en Amérique', 'Les Tontons flingueurs', 'Mélodie en sous-sol', Un Singe en hiver' + un film surprise -> Plus d'infos ici.

• Dimanche 26 février : Projection de 'Voyage à travers le cinéma français' et rencontre avec Bertrand Tavernier (à 16h) -> Plus d'infos ici.

Quand ? Tous les jours de 14h à minuit
Où ? 67 rue Monsieur le Prince, Paris 6e 
Combien ? De 5 à 10 € la séance

Plus d'infos (programmation, ciné-clubs et événements) sur le site officiel des 3 Luxembourg

Voir aussi notre sélection : les meilleurs films du moment

 

Share the story
À la une
    Advertising