Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Les 5 jeunes marques parisiennes à suivre
Actualités / Mode & shopping

Les 5 jeunes marques parisiennes à suivre

Les 5 jeunes marques parisiennes à suivre
© Côme Paris

Parce qu’à Paris, la mode n’est pas qu’une question de luxe, voici cinq jeunes créateurs qui s’infiltrent doucement dans la cour des grands.

Le souffle se fait sentir depuis un moment. Depuis plusieurs saisons, les marques comme Jacquemus, Wanda Nylon ou le collectif VETEMENTS remettent Paris au centre des attentions mode, loin du luxe guindé qui la caractérisait. Longtemps réputée hostile aux jeunes créateurs - contrairement à sa consœur d’outre-Manche -, la capitale française se fait peu à peu le vivier de talents ultra-créatifs, lassés de l’image standardisée de la mode française, avide de nouvelles têtes et de nouvelles inspirations. Conscience éthique, made in France, références intello ou touche d’humour décalée, voici notre sélection de cinq jeunes créateurs parisiens à connaître dès maintenant. 

 

Icosae

 

 

Icosae

Preuve que se lancer dans un projet avec son frère peut être une bonne idée : en plus de partager leurs parents et la dernière syllabe de leur prénom, Valentin et Florentin, créateurs d’Icosae, ont tout plein de bonnes idées en commun, dont leur volonté de donner à la mode homme un twist résolument moderne. Influences sportswear, touches ultra-luxe et références underground se mélangent dans des collections masculines épatantes de classe, où brille un tailoring travaillé. Leur prédilection pour les vestes bien coupées est clairement une affaire de famille : l’arrière-grand-père des deux frères, diplômés de l’Ecole du Louvre, était un grand nom du sur-mesure britannique. Une marque à suivre de très près.

 

 

Côme éditions

 

 

Côme éditions 

Fondée en 2014 par Clémence et Mathieu, frère et sœur, la marque Côme est la bouffée d’air qu’il nous fallait : des collections fraîches et 100 % made in Europe, pour homme et pour femme, disponibles dans leur première boutique parisienne fraîchement ouverte. Petit plus : la possibilité de personnaliser un de leurs best-sellers, la veste en soie, de broderies et inscriptions réalisées par l’atelier CSAO, avec 20 % du montant final reversés aux brodeuses de l’association. La marque dédie même une page de son site aux « Cômettes », ces filles qui ont craqué pour une veste personnalisée (dont Léa Seydoux, Caroline de Maigret et Laetitia Casta). Chic et éthique.

 

Proêmes de Paris

 

 

 

 

Proêmes de Paris 

La caution intello. Leur credo : « Nous croyons en l’ambivalence entre poésie et prose, entre sophistication et simplicité. » Contraction de « poème » et « prose », la marque Proêmes de Paris, fondée par Marion et Ulysse, Parisiens d’adoption, joue sur les associations littéraires (on se souvient de leur collection en hommage au stylo Bic 4 couleurs) et les jeux de mots pleins d’esprit. Notre pièce préférée ? Le t-shirt « Les filles qui lisent sont plus sexy ». Leur philosophie dépasse même le vêtement : en septembre dernier, la marque organisait un concours d’écriture de nouvelles avec le concept-store Colette.

 

Jour/Né

 

 

 

 

Jour/Né 

Que porter un mardi en réunion au bureau ? Un jeudi soir en after work ? Un samedi matin au réveil (tardif) ? La marque Jour/Né se vante d’accompagner les femmes tout au long de la semaine, du premier café au brunch dominical. On aime l’énergie de la marque, ode à la Française urbaine et active, créée par Léa, Lou et Jerry, trio de choc d’à peine 26 ans, ainsi que son égérie au minois sixties : la mannequin Louise Follain, qui brille dans leur campagne printemps-été 2017 pleine d’humour. La marque pense à tout : en prévision des nombreux week-ends prolongés en perspective, Jour/Né propose une sélection de pièces spécial Dolce Vita, parfaites pour une petite escapade…

 

Gauchère

 

 

 

 

Gauchère 

Derrière le joli nom de Gauchère se cache Marie-Christine, née en Allemagne et formée à Parsons à New York et à l’Ecole de la Chambre syndicale à Paris, où elle a suivi le cursus haute couture. Des classes brillantes qui se sentent dans les silhouettes travaillées de sa marque, qu’elle lance en 2012 : les manches en fourrure de ses manteaux d’hiver nous feraient presque pester contre l’arrivée imminente des beaux jours. Heureusement que ses silhouettes pour l’été 2017 rattrapent illico le coup : les vestes survitaminées, les touches métalliques et le denim à foison suffisent à nous réconcilier avec le printemps. Finaliste de l’ANDAM en 2014, Marie-Christine imagine depuis son atelier du 10e arrondissement ses créations graphiques 100 % made in France, petit plus patriotique.

 

Advertising
Advertising