Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Mad Max : Fury Road, hommage au cinéma muet ?
Actualités / Cinéma

Mad Max : Fury Road, hommage au cinéma muet ?

mad Max Fury Road
© Jasin Boland

Épure scénaristique, cinéma du mouvement, course-poursuite ininterrompue, déluge d'images marquantes et farandole de freaks : le discours autour de 'Mad Max : Fury Road' souligne la beauté avant tout visuelle du film et sa science dans l'art de filmer l'énergie cinétique des hommes et des machines. Avec ce film, George Miller rend au cinéma l'objet de son désir, le mouvement, l'image, et met enfin les nouvelles technologies au service de ce dessein, là où beaucoup de blockbusters les employaient comme leur propre fin. Si beaucoup de spectateurs ont remarqué que ce nouveau 'Mad Max' empruntait à la trilogie précédente quelques références, ou encore qu'il piochait dans la bande dessinée, le film d'animation ou 'Alien' (Charlize Theron s'imposant comme une Ripley du désert), peu de gens ont noté l'influence du cinéma muet sur l'œuvre de George Miller. Loin de nous l'idée de prétendre que les classiques du muet représentent l'unique source d'inspiration du cinéaste, mais l'esprit de ces grands films semble courir tout au long de 'Mad Max : Fury Road'.

Les séquences de poursuite en léger accéléré qui ouvrent le film ont rappelé à certains, non sans raison, la série humoristique 'Benny Hill'. Pourtant, c'est bien l'influence du muet qui transparaît dans ces rapides scènes de burlesque (Chaplin, Buster Keaton ou Laurel et Hardy ne sont pas loin). Ce petit effet d'accélération dans certains plans, déjà utilisé fréquemment dans les précédents 'Mad Max', transforme l'énergie des personnages et des mouvements, qui sont démultipliés. Le rapport au temps du spectateur change, et le son devient forcément désynchronisé, renforçant ainsi la dimension fictionnelle du film. Ce n'est pas l'unique clin d'œil de George Miller au cinéma muet, puisque beaucoup d'autres éléments empruntent au cinéma des premiers temps : la foule qui marche comme un robot rappelle les ouvriers de la 'Metropolis' de Fritz Lang, le défilé de personnages difformes (culs-de-jatte, membres amputés, pieds bots, gueules cassées...) fait écho aux 'Freaks' de Tod Browning, les plans magnifiques et nocturnes de silhouettes inquiétantes montées sur de grandes échasses sont tournés comme des réminiscences de l'expressionnisme allemand à la Murnau.

Encore une fois, il s'agit moins d'allusions directes que de communauté d'esprit. Faut-il voir un hommage volontaire à Bergman (cinéaste parlant mais grand admirateur du muet) quand Max et ses compagnons déracinent un arbre perdu au milieu du désert ? Une vision similaire à celle de l'arrachage de l'arbre dans 'La Source', un film dont le titre à lui seul renvoie au thème de 'Mad Max'. Ce n'est pas tout, le muet a lui aussi dressé l'homme face à la machine et les plans iconiques de Buster Keaton dans 'Le Mécano de la Générale' ont d'une certaine manière imprégné le cinéma de George Miller. On pourrait en dire autant des scènes de la Vallée de la mort dans 'Les Rapaces' d'Erich von Stroheim ou de ces figures de femmes fortes et persécutées qui parcourent l'œuvre de Georg Wilhelm Pabst : ces mythes du muet se devinent en filigrane dans ce blockbuster de 2015, parce qu'ils partagent la même envie de créer un langage en images, qui fait l'économie des mots. Et 'Mad Max' se passe aisément de discours, leur préférant les borborygmes d'Immortan Joe et de Max. Les personnages eux-mêmes possèdent à peine un surnom, comme s'il était inutile de nommer les choses. Dans une interview à L'Ecran Fantastique donnée en 1982, George Miller déclarait : « Je pense que tous les films devraient être muets. Toutes les informations devraient être visuelles. Le film a besoin de son, pas de parlotes. On raconte son histoire avec des images, un montage et du son. Le mot "action" ne me plaît pas, je préfère "mouvement" ou "énergie". » Et George Miller ne pouvait faire plus bel hommage au cinéma muet qu'en convoquant des artistes de cirque pour les cascades et les acrobaties réalisés dans son film, quand on sait que les foires et les cirques furent les premiers endroits où l'on projetait des films.

'Le Mécano de la Générale' de Buster Keaton

 

 

 

 

'Freaks' de Tod Browning

 

Fritz Lang sur le plateau de 'Metropolis'

 

 

 

 

'La Source' d'Ingmar Bergman

 

'Les Rapaces' d'Erich Von Stroheim

 

'Faust' de Murnau

 

 

 

 

 

 

 

Advertising
Advertising

Commentaires

2 comments
Emmanuel Chirache

Merci beaucoup, ça fait plaisir de lire un commentaire d'encouragement comme celui-ci !

Lise M

Magnifique article Emmanuel Chirache !!!! Oui c'est un film marquant, mais je n'avais pas fait le lien avec Bergman, Keaton, Murneau, etc, et pourtant !!! Les dix premières minutes coupent littéralement le souffle, rires et exclamations sidérées fusent dans la salle... Merci pour ce beau regard, intelligent, sur ce qu'il serait si facile de classer film d'action ou "daube" à effets spéciaux. C'est effectivement du grand cinéma.