Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right On a chaviré pour le festival Roscella Bay à la Rochelle

On a chaviré pour le festival Roscella Bay à la Rochelle

Advertising

La meilleure façon de contrer le blues post-rentrée, c’est de repartir en été. Et pour ça, pas besoin d’une machine à remonter le temps : quelques heures de train suffisent. Fin septembre, embarquement pour le bord de mer, à la Rochelle plus précisément où se tient le festival de musique Roscella Bay. A l’initiative de la même équipe derrière le Hors Bord Festival à Bordeaux (dont la première édition a eu lieu cette année), le Roscella Bay met lui aussi en avant les musiques électroniques, mais pas que. Et c’est d’abord cette qualité qui nous a donné envie de prendre la bagnole : de la house, beaucoup de groove, mais aussi du funk, du jazz et de jolies découvertes à côté des têtes d’affiche.

Un lieu qui met en avant une programmation réjouissante

On manquera le vendredi soir, et on arrivera directement le samedi après-midi dans la friche du Gabut, sous le soleil exactement. Découverte du lieu. Un spot de rêve collé au port, qui donne vue sur la cité médiévale et sa jolie tour de la Chaîne. Un sol sablonneux, des graffitis un peu partout, une scène principale et un petit dôme en bois où l’on verra Jacques en premier. Toujours aussi choubidou ce bon vieux Jacques. Trop content de nous voir trop contents, capable de nous transmettre son énergie et de nous faire danser sur ses captations sonores bidouillées avec talent. Une jolie mise en jambe pour cet événement, que l’on s’empressera de poursuivre sur la grande scène. On se régale avec le jazz moderne de Yussef Kamaal Trio, pas vraiment au complet mais peu importe, les musiciens font le taf et le font bien.

Un public trop cool et des danses frénétiques

On part faire quelques pauses par-ci et là, croiser deux ou trois copains et papoter avec l’équipe du festoche, une bonne bande de mecs sympas. Dans le public, ça charrie à la pêche aux petits bateaux, ça boit beaucoup de bière et ça déguste quelques huîtres avant de revenir près de la scène. Notre chouchou Steven Julien aka FunkinEven va prendre les commandes ! L’Anglais qui avait sorti son excellent ‘Fallen’ sur Apron Records au mois de juin propose un set qui déchaîne les foules, et il est probablement l’une des raisons pour lesquelles on souffre encore d’intenses courbatures à des endroits improbables. S'enchaîneront après les Parisiens de Secret Value Orchestra, avant le final de Bambounou. À la sortie, ça négocie des places pour les afters, qui se font d'ailleurs bien trop rares à cette heure. En option : deux soirées en club, l'une malheureusement blindée avec TRP et J-Zbel, l'autre avec Marcel Voguel en b2b avec M.Mendel où l'on a réussi à se faufiler, pour danser sur une bonne disco des familles jusqu'au petit matin. 

 

Le lendemain, bonne surprise : le soleil s’impose après une brève pluie matinale et rend l’approche de fin de week-end moins amère. Les membres de Cotonete envoient à mort, et leur chanteuse brésilienne remplit d’amour tous les petits gars du premier rang. Certains retirent leurs chaussures pour danser à même le sol encore mouillé. On finit en beauté sur le set disco & house du très grand Marcellus Pittman, avant de larguer les amarres.

C'est vraiment chouette de voir autant de petits projets fleurir et mettre beaucoup de bonheur dans nos week-ends. Quand on sait l’énergie que demande l’organisation d’un tel événement, on ne peut que dire au Roscella Bay : chapeau matelots !

 

© LG / Time Out

 

 

 

 

 

Jacques © LG / Time Out

 

 

 

© LG / Time Out

 

 

 

 

 

© LG / Time Out

 

 

 

 

Marcellus Pittman © LG / Time Out

 

 

 

Share the story
À la une
    Advertising