Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Quand Obama voulait devenir peintre parisien et Proust écrire à son chien
Quand Obama voulait devenir peintre parisien et Proust écrire à son chien
© DR/ Lettre de Barack Obama à Cynthia Norris

Quand Obama voulait devenir peintre parisien et Proust écrire à son chien

Advertising

Il faut bien l'avouer, on prend de moins en moins la plume de nos jours. Nos lettres d'amour enflammées ont laissé place dans le meilleur des cas à un post-it de type : « Fais la vaisselle SVP. » Et même si les mots existent toujours, l'écriture manuscrite se perd peu à peu. Pourtant, il semblerait qu'on communique plus que jamais entre réseaux sociaux, textos, mails et partages compulsifs de gifs animés.

Ainsi, c'est à contre-courant que se positionne la maison d'édition numérique Deslettres.fr dont on a fêté les 2 ans cet été, la seule en Europe à s’intéresser exclusivement au genre épistolaire. Une rencontre avec son éditrice Morgane Ortin nous a éclairés sur sa mission : proposer une relecture de l'actualité par le prisme des lettres et constituer ainsi un média à part entière. Il est d'ailleurs surprenant de voir à quel point tous les champs sont couverts par ce parent pauvre de la littérature. Une idée de lettre pour la journée des animaux ? Pas de problème, on a celle de Proust qui écrit à son chien, ici.

Tout d'abord, il faut savoir que le genre épistolaire est intarissable et de longues heures quotidiennes de recherches en bibliothèque et sur le Web ne suffiront jamais à épuiser le stock mondial de lettres écrites. Alors autant dire que la maison a de beaux jours devant elle. Mais comment procéder à une sélection de ces ressources colossales, et qu'est-ce qu'un papier bien gratté ? Si beaucoup de choix se font en fonction de personnalités historiques (Flaubert, Mozart, Dumas, Jaurès...), d'autres courriers seront adoptés pour leur caractère plus insolite (lettres de MadonnaJean Seberg qui s'adresse aux camés ou même Xavier Dolan qui déclare son amour à DiCaprio). Le tout est de mettre de côté les éléments trop quotidiens. Et pour cause, souvenez-vous des cartes postales envoyées à votre grand-tante durant les vacances d'été ; franchement, personne ni même Jacqueline (la grand-tante en question) n'a envie de relire des paroles creuses et hypocrites produites dans le seul but d'avoir du pognon à Noël.

Le site entièrement gratuit a l'avantage d'être pédagogique, les lettres sont classées par thèmes et permettent de découvrir un auteur à travers une autre facette que ses illustres romans. De plus, le minutage annoncé avant chaque lecture a un côté motivant, car après tout pourquoi se priverait-on d'une petite minute de littérature ? Pour le moment, la publication de lettres est réservée à des « stars » en tous genres (littérature classique, cinéastes, président américain ou chanteur pop), mais à l'avenir la maison d'édition souhaiterait ouvrir le champ à des écrivains contemporains, anonymes ou non, désireux de partager leurs œuvres épistolaires, mais aussi s'étendre éventuellement vers la publication de mails ou de textos. A vous de retourner votre pouce deux fois avant de tapoter sur vos Smartphones.

Mais trêve de blabla, fouinez sur ce site insensé où se croisent Luc Besson, Beyoncé et Voltaire et trouvez ci-dessous ces quelques lettres sur Paris qu'on a sélectionnées pour vous, sympas qu'on est.

1. Dans la série des lettres célèbres, on adore relire la Lettre ouverte d'artistes contre la Tour Eiffel : « Sans tomber dans l'exaltation du chauvinisme, nous avons le droit de proclamer bien haut que Paris est la ville sans rivale dans le monde. »
2. Jean Cocteau qui déclare à Coco Chanel : « Si ce Paris ne t'avait pas retrouvée, il me déplairait beaucoup. »
3. A 27 ans, Barack Obama s'avoue prêt à « tomber l'engagement politique ou associatif pour devenir peintre sur les bords de Seine », carrément.
4. Quand Dostoïevski se plaint auprès de Nikolaï Strakhov que « Paris est la plus ennuyeuse qui soit et, s'il ne s'y trouvait tant de choses par trop remarquables, vrai, on pourrait y périr d'ennui. »
5. Pour Stephan Zweig, le meilleur de Paris c'est « flâner dans les rues, bouquiner » puis « regarder le Palais Royal depuis la fenêtre... c'est bien trop beau pour dormir, mais à un moment ou à un autre il le faut bien. »

Et aussi...

La maison Deslettres.fr a également édité avec Le Robert trois recueils épistolaires dans la collection Mots intimes sous la direction d'Agnès Pierron : 'Lettres de rupture', 'Lettres d'amour' et 'Lettres érotiques' qu'on vous recommande vivement. Et c'est un conseil à prendre à la lettre.

© DR

 

 

 

Share the story
À la une
    Advertising