Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right 'The Young Pope' avec Jude Law : habemus une bonne série ?

'The Young Pope' avec Jude Law : habemus une bonne série ?

Advertising

Les deux premiers épisodes de 'The Young Pope', série réalisée par le cinéaste italien Paolo Sorrentino, ont été diffusés hier soir sur Canal Plus. Entre le casting alléchant, l'intrigue provocatrice et la réputation d'esthète (voire de poseur) du réalisateur, la série avait de quoi attirer du monde. Pourtant, seuls 14 % des abonnés ont allumé leur télé. Alors qu'ont raté ceux qui ont boudé Jude Law ? Ils ont loupé du Paolo Sorrentino pur et dur. C'est-à-dire une fiction aux images splendides et au texte très écrit, presque trop, où les bons mots rigolos disputent la première place aux traits d'esprit philosophiques.

Sorrentino possède un don pour filmer les beaux lieux, qu'ils soient réels ou reconstruits, filmant les humains comme des statues et les statues comme des humains. Pas de véritable Vatican ici, mais des reconstitutions à Rome, Venise et Cinecitta qui auront coûté une bonne partie des 40 millions du budget total. Résultat, un décor fascinant pour une intrigue délirante : Pie XIII est un jeune pape élu à la suite de tractations pour l'instant mystérieuses. Réactionnaire, fumeur, américain, original, manipulateur, il tranche avec ses prédécesseurs. Une sorte de Frank Underwood ecclésiastique, pour ceux qui regardent 'House of Cards', car le Vatican ressemble à la Maison Blanche, on y joue à tirer les fils de marionnettes pour prendre le pouvoir. 

Un kangourou au Vatican

Même si le pape Lenny Belardo n'est âgé que de 47 ans, le titre de la série reste pour l'instant aussi mensonger que le 'Youth' que Sorrentino a présenté à Cannes il y a deux ans. Ici, il est surtout question de vieillesse, et donc de passé. Dans un dialogue, Pie XIII le décrit comme « un endroit immense avec toutes sortes de choses dedans » et le présent comme « un tout petit orifice étroit avec de la place pour une seule paire d'yeux » (la sienne), pourtant il semble que ses fantômes vont très vite resurgir, qu'ils soient déterrés par les enquêtes du cardinal Voiello ou tout simplement dévoilés par le pape lui-même. Quelques indices conduisent d'ailleurs à penser qu'il sera question de vengeance dans les prochains épisodes.

Avec 'The Young Pope', Paolo Sorrentino peut aussi se laisser aller à son exercice préféré, la fabrication de tableaux qui s'insèrent dans l'histoire de manière plus ou moins justifiée, comme les nonnes qui jouent au foot, l'épisode du kangourou ou encore un cardinal sous l'arrosage automatique du Vatican. De même, les personnages sont souvent filmés en clair-obscur, comme des peintures du Caravage. On comprend alors que Sorrentino a toujours fait du cinéma un art religieux, qui souhaite s'élever et rejoindre la spiritualité, au risque parfois de pontifier un peu trop. 

Quoi ? • 'The Young Pope' de Paolo Sorrentino.
Quand ? • Tous les lundis.
Où ? • Sur Canal Plus.

Lire aussi notre article : 5 séries pour survivre à la rentrée.

 

 

Share the story
À la une
    Advertising