• Le blog
  • Mode & shopping
0 J'aime
Epingler

Un Biocoop éphémère 100 % sans emballage vient d'ouvrir à Paris

Biocoop magasin bio éphémère vrac
1/8
Biocoop magasin bio éphémère vrac
2/8
Biocoop magasin bio éphémère vrac
3/8
Biocoop magasin bio éphémère vrac
4/8
Biocoop magasin bio éphémère vrac
5/8
Biocoop magasin bio éphémère vrac
6/8
Biocoop magasin bio
7/8
Biocoop magasin bio
8/8

Vous étiez bio ? Devenez vrac ! En pleine période de COP 21, il est toujours utile de rappeler que les emballages en plastique, si omniprésents dans notre vie quotidienne, représentent une vraie menace pour la sauvegarde de la planète. C'est pour cette raison que le réseau Biocoop se dote d'un magasin éphémère 100 % vrac et sans emballage, au 14 rue du Château d'eau. Le concept ? Le client vient avec ses propres bocaux en verre se servir directement en fruits, en  légumes, en céréales, en beurre ou en café, des produits présentés hors de leur emballage traditionnel. Pour ceux qui viendraient les mains vides, il est également possible d'acheter sur place des récipients fabriqués en verre ou en algue (à partir de 4 €) ou d'utiliser du papier biodégradable et compostable. 

Certains sacs ressemblent comme deux gouttes d'eau aux sachets que vous donne généralement votre primeur, raison pour laquelle une poignée d'écolos intransigeants ont cru y déceler du plastique. Gérard, un employé qui ouvrira bientôt son propre magasin Biocoop, doit parfois remettre les points sur les i. « Les gens râlent en disant : « Vous êtes un magasin écolo mais vous avez du plastique ! Mais c’est pas du plastique, c’est 90 % de cellulose ! Il faut toujours qu'on fasse un brin de pédagogie, par exemple certains végétariens un peu extrêmes nous ont même reproché de vendre de la viande. En réalité, chez Biocoop, on n’interdit pas la viande, il existe des agriculteurs bio qui font de la viande, il faut les aider aussi. »

Possibilité d'acheter ses bocaux sur place.

 

 

 

 

Il faut dire que la clientèle bio n'est pas comme les autres. Exigeante, engagée, voire radicale, elle ne veut pas qu'on lui raconte des bobards. Or, le « 100 % vrac » promis par le magasin se révèle en réalité plus compliqué que ça. Gérard décrypte pour nous le quiproquo : « On a bénéficié d’un super bouche-à-oreille sur Internet, tout le monde disait "Venez avec vos bocaux et vos bouteilles !" Bon, c’était une petite erreur de com, parce que les bouteilles de vin, on n'a pas le droit, il faut acheter la première d'abord, et ensuite vous pouvez revenir avec pour la remplir. Idem avec l'huile et la lessive, il faut acheter notre bouteille avec une étiquette reconnaissable, qui permet d'éviter les accidents avec les enfants. » Pas de quoi crier au scandale non plus. D'ailleurs, le « sans emballage » connaît des limites. De la confiture en vrac ? Impossible, ou presque, nous répond Gérard. « En revanche, on fait du yaourt et du fromage blanc, à la louche, à l’ancienne. Le beurre, aussi, en motte comme les crémiers. »

Une chose est certaine, il existe une véritable clientèle désireuse de se passer du plastique. Ouvert la semaine dernière, le magasin a connu un samedi épique, avec 600 passages en caisse. Plus globalement, les projets d'ouverture de Biocoop se multiplient, passant d'une vingtaine par an à une quarantaine en 2015. Le magasin de l'avenue de la République ouvert l'an dernier est passé de 5 à 15 salariés en quelques mois. Rue Paradis, ce sont deux étages d'un Biocoop qui ont vu le jour récemment, dont un espace cuisine et traiteur, avec un chef sur place. La preuve d'un dynamisme rendu possible par la structure en coopérative, qui impose certes une charte éthique gravée dans le marbre, mais laisse une grande marge de manœuvre aux entrepreneurs.

Seul bémol, vous n'avez plus que 49 jours pour profiter de cette boutique spécial vrac, car le projet est né dans le cadre de la réhabilitation d'un local à l'abandon, qui accueille désormais des pop-up stores. C'est compter sans la mobilisation des gens du quartier. « Ils nous disent "restez !", remarque Gérard. On ne sait jamais, ça pourrait perdurer. Après, le concept évoluera peut-être aussi, il faut que ce soit un minimum rentable : le vrac réclame beaucoup de personnel et chez Biocoop, nous avons une politique sociale cohérente, on ne veut pas sous-payer nos employés. » Bref, vous l'avez compris : écologique, chaleureux, social et de proximité, le vrac emballe tout le monde sauf les produits.

Quoi ? • Biocoop 100 % vrac et sans emballages.
Où ? • 14 rue du Château d'eau, Paris 10e.
Quand ? • Encore 56 jours.

Advertising
Advertising

Commentaires

3 comments
Clotilde G
Clotilde G

Je ne comprends pas comment une initiative aussi nécessaire que le vrac et le sans emballage ne soit pas plus généralisée aux grandes surfaces et autres superettes ? Qu'attendent-ils ?? C'est pourtant bien plus pratique, économique et écologique ! 

Après, faciliter la vie du client n'est sûrement pas dans leurs plans...  

zazie t
zazie t

Tout à fait d'accord avec Elsa ! D'ailleurs le projet est prolongé jusqu'à fin février .

Elsa Pereira
Elsa Pereira

C'est tellement important et c'est tellement dommage que ce soit vi alternatif. J'espère que l'idée dépassera le concept, et que le gaspillage deviendra lui alternatif.