Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Un « simili-déjeuner » à la Boucherie Végétarienne

Un « simili-déjeuner » à la Boucherie Végétarienne

Advertising

Par Hannah Benayoun et Louise Pierga

Alors que le marché d'Aligre dans le 12e laisse encore planer son parfum de fruits et de légumes en ce beau début d’après-midi, on a décidé de laisser de côté les tomates fraîches et les poulets rôtis tout cuits pour un petit snack venu tout droit du nouveau lieu qui fait tant parler de lui : la Boucherie Végétarienne. Certes, ce nom étrange pourrait faire office d'oxymore insolent pour certains ayatollahs de la barbaque, ou d'oasis d'espoir pour les végétariens nostalgiques de la côte de bœuf. Dans notre cas, l'entreprise fut complexe dès le départ : n'est-il pas risqué d'envoyer les deux immenses carnivores de premier ordre que nous sommes, tester un burger destiné aux flexitariens ? 

Ah oui, une précision s'impose : un « flexitarien » est une personne sensible à l'idéologie végétarienne, mais pas dégoûtée par la bidoche pour autant. L'indubitable cherté de la viande découragerait en effet une tranche assez jeune de la population d'en consommer quotidiennement. En gros, on a tous en nous quelque chose de flexitarien. On attend que le terme entre réellement dans le dictionnaire pour être au clair avec nous-mêmes.

Alors que sait-on de ce lieu mystérieux ? Assez peu de choses, il faut l'avouer. Même en ayant parcouru la presse, la curiosité reste totale. Dès l'entrée, une odeur de friture assez forte nous accueille, bof. Pas de tablier ensanglanté ni de boucher rougeaud et ventru en vue non plus. Deux jeunes vendeurs dynamiques et sympas comme tout - qui rappellent d'ailleurs étonnamment Simon et Garfunkel - nous offrent gentiment leurs conseils pour une première dégustation. Côté boutique, difficile d'ignorer le grand frigo qui trône dans l'entrée. La curiosité aidant, on farfouille innocemment dans le réfrigérateur : un vrai cabinet de curiosités. Une caverne d'Ali Baba du « simili-carné ». Voilà le concept, en gros : ça ressemble à de la viande, ça sent la viande, ça a le goût de la viande, mais ça ne contient pas une once de protéine animale.

Pourtant, on lit tout bien comme il faut : escalopes panées, dés de lard, de la saucisse de Francfort... Et pas un bout de chair. Ni de porc, ni de bœuf. Encore moins de poulet. Et le reste ? « Toutes nos garnitures, salades, sauces, potatoes, desserts sont faits "maison" » dit la carte. Certes. Qu'est-ce qui n'est pas fait maison alors ? La Boucherie Végétarienne nous en a dit plus sur le processus de fabrication de leurs produits : les aliments sont fabriqués aux Pays-Bas. Ils sont composés de froment, de pois chiches et de petits pois et, pour certains, de soja. Une pâte végétale est conçue avec ces ingrédients, ensuite congelée à -30°C et enfin compressée, ce qui donne cette consistance semblable à de la viande. Surgelés, les produits sont vendus comme tels. Le service cuisine tout cela sur place et y ajoute des produits frais. Du coup, on ne sait plus très bien où nous avons mis les pieds : snack ? fast food végétarien ? boucherie ? 

Au moment de choisir, nous avons opté pour un burger assez basique, steak grillé. L'un avec du fromage, l'autre sans. L'une d'entre nous a apprécié, l'autre moins, voire pas du tout. Une chose est sûre, l'idée nous colle au palais : vouloir à tout prix assimiler ce qu'on mange à un goût de viande revêt un côté étrange, inconfortable. On ne jouit pas entièrement de la spontanéité du produit. En fait, le burger simili-carné est tout a fait comestible, sauf que pour « l'effet bœuf » on passe notre tour. A la rigueur, le bleu fondu sur ce faux steak lui donne un peu plus de goût mais en fin de compte, le morceau de non-bidoche manque de personnalité, ce qui est tout de même un peu dommage. Sans compter un petit côté étouffe-chrétien qui laisse muet. On en a plein les dents et les papilles asséchées. Un conseil si vous décidez d'y goûter : armez-vous d'une bouteille d'eau pour aérer votre repas. Quant au moelleux au chocolat, il ressemble nettement plus à un brownie mais garde son fondant et sa saveur même plus tard dans la journée, une petite réussite. Au final, voilà un déjeuner à l'image des produits vendus par cette adresse, et donc simili-réussi.

Quoi ? • La Boucherie Végétarienne.

Où ? • 10 place d'Aligre dans le 12e (Ligne 8, métro Ledru-Rollin).

Combien ? • Les burgers sont à 6,90 euros / Les accompagnements (frites maison/salade gourmande/caviar d'aubergine) à 2,90 euros /
Les Wraps et pitas à 5,90 euros. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share the story
À la une
    Advertising