0 J'aime
Epingler

BBMIX Festival

Du 27 au 29 novembre à Boulogne-Billancourt

La ville de Boulogne-Billancourt ne fait pas qu'abriter le plus célèbre duc de France et de Navarre. Elle accueille également depuis 2005 l'un des festivals franciliens les plus intéressants que l'on peut trouver : le BBMIX. Après une précédente édition anniversaire (10 ans), il revient poser ses valises au Carré Belle-Feuille les 27, 28 et 29 novembre prochains. Terrain de jeux pour les curieux en tous genres et mélomanes confirmés, le festival propose, en plus d'une programmation alléchante et éclectique, des ateliers originaux et loufoques. 

Pour vous mettre dans le bain dès le premier jour, le BBMIX met les petits plats dans les grands avec un vendredi extrêmement rythmé. Les Canadiens de Last Ex vous abreuveront d'une pop sophistiquée où l'on croise aussi bien la musique des Brigades du Tigre que celle de Zombie Zombie. Si ces envolées vous laissent sur le parvis, vous pourrez toujours embarquer avec Frédérick Landier, véritable touche-à-tout musical, et son projet Drame qui mêle aussi bien sons krautrock et ambiances cinématographiques à la Philip Glass. Enfin, nul doute que vous vous laisserez emporter par les douces musiques de chambre (terme non péjoratif) de Sylvain Chavaux et de son ensemble nocturne, venu spécialement à l'occasion du 10e anniversaire de son excellent disque 'Down To The Bone'. 

NB : le groupe DRAME a annulé sa venue. Il sera remplacé par Chichaloyoh, projet solo d'Alice Dourlen.

Le samedi s'annonce beaucoup plus punk et survolté avec la présence de Half Japanese, groupe mythique et inspirateur d'une plâtrée de formations que vous connaissez tous (Sonic Youth et Kurt Cobain pour ne citer qu'eux). Mais surtout, ce deuxième jour ne sera par la suite constitué que de groupes entièrement féminins. Entre le post-punk ingénieux de Moss Lime, le rock 'n' roll sans complexe des Françaises de Thee Dead Clodettes fraîchement débarquées de Nice et de sa « French Riviera », le blues terreux des Américaines de Nots déjà adoubées par Ty Segall et Jay Reatard ou encore les chansons habitées et prenantes de la très talentueuse Sofia Bolt, votre cœur ne saura plus où donner de la tête.

Enfin, aucune chance de vous reposer le dimanche, puisqu'il faudra être sur le pont dès l'après-midi avec Girls On Tape, programmation vidéo de projets musicaux anglais réalisée par l'association Rosa Vertov, avec beaucoup de post-punk et une pointe de féminisme. Quant aux concerts, il y aura de quoi satisfaire les désirs de chacun entre la pop expérimentale et ingénieuse des Américains de Disappears, les musiques plus tribales mais non dénuées de charme du duo Tomaga mais surtout le punk ravageur et historique de Wire, groupe multi-générationnel qui n'a cessé d'écumer et d'arpenter les scènes du monde entier afin d'y distiller ses hymnes ravageurs. Alors avant d'affronter la rudesse de l'hiver, venez faire du bien à vos nerfs. 

 

 

 

Commentaires

0 comments