The Peacock Society Festival

Musique, Festival de musique
4 sur 5 étoiles
Peacock
© DR

Time Out dit

4 sur 5 étoiles

Time Out vous fait gagner 5x2 places. Pour cela, envoyez un petit mail sympa à leblog@timeout.com !

Pas la peine de tourner autour du pot pendant trois plombes, la Peacock Society est le mastodonte des festivals parisiens de musiques électroniques. Et comme depuis 2013, l'agence We Love Art – également derrière We Love Green – invite cette année les guincheurs tendance électronique à se défouler du côté du Parc Floral. Une nouvelle édition qui se déroulera les 5 et 6 juillet avec une programmation mêlant pionniers du genre et pépites locales.

Débutons par sans doute LA nouvelle de cette édition : la non-présence de Laurent Garnier dont on se disait qu'il avait pris abonnement à vie au festival. Cette année, les têtes d'affiche auront pour noms Robert Hood et Derrick May, vétérans techno made in Detroit, l'encore jeune mais déjà grand Motor City Drum Ensemble, ou encore Jon Hopkins. Egalement annoncé : un set inaugural de 3 heures de Black Madonna et un B2B entre Helena Hauff et DJ Stingray qui devrait provoquer deux trois migraines ophtalmiques.

Mais à côté de tous ces headliners, il y a des artistes, pas vraiment attendus mais qui vont désosser le Parc Floral sans faire exprès. On pense à l'Allemand Hunee, compagnon de route du label Rush Hour, qui n'a pas son pareil pour ambiancer une foule avec sa disco house et qui n'hésite pas à balancer un petit Fruit de la passion de Francky Vincent dans le plus grand des calmes. Et puis il y a nos Français, aussi divers soient-ils. Car entre les deux Parisiennes d'Oktober Lieber (qui présenteront In Human, ce chef-d'œuvre alliant post-punk et techno), the man-machine Jardin et I Hate Models et sa techno acidifié, on se dit que la France a encore tout ce qu'il faut pour être sur le toit du monde un deuxième mois de juillet consécutif.

Par Rémi Morvan

Publié :

Infos

Votre avis

LiveReviews|0
1 person listening