0 J'aime
Epingler

Nuit Blanche • Les œuvres : Notre sélection

1/17
2/17

'HELIKOPTER-STREICHQUARTET', concert et performance - Monnaie de Paris et Pont Neuf
Stockhausen, 'HELIKOPTER-STREICHQUARTET', 1995. © Helen Maybanks.

3/17

'Fog Installation #07156R  - FOG SQUARE', sculpture de brume éphémère - Fujiko Nakaya - Place de la République
Fujiko Nakaya, Living Chasm – 'Cockatoo Island', 2012. Vue d’installation à la 18e Biennale de Sydney, 2012 à Cockatoo Island. © Prudence Upton/Destination NSW.

4/17

'A Day in May', projection vidéo - Robin Rhode - Pont de la rue Louis Blanc
Robin Rhode, 'A Day in May' (capture vidéo), 2013. Courtesy de l’artiste

5/17

'Aventure d’un soir', événement pyrotechnique -  Cai Guo-Qiang -  Berges de Seine rive gauche, entre le Pont Royal et la passerelle Solférino
Cai Guo-Qiang, Projet pour 'Aventure d'un soir', 2013. Courtesy de l'artiste.

6/17

'The Model in Paris', sculpture participative - Palle Nielsen, Place de la Bataille de Stalingrad
Palle Nielsen, 'Modellen - En modell för ett kvalitativt samhälle' (détail), 1968. MACBA Collection. Don de l’artiste. © Palle Nielsen, ADAGP, Paris, 2013.

7/17

'L'objet du doute', installation vivante - Virginie Yassef - Rue des Cascades
Virginie Yassef, 'L'objet du doute'. Dessin préparatoire. Courtesy galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois, Paris.

8/17

'Ceinture', installation monumentale - Huang Yong Ping - Carreau du temple
Huang Yong Ping, 'Théâtre du Monde' et 'Pont', 1993-1995. © ADAGP Huang Yong Ping. Courtesy de l’artiste et galerie kamel mennour, Paris

9/17

'La Commune', projection vidéo - Peter Watkins - Bourse du Travail
Peter Watkins, 'La Commune' (Paris, 1871), 2000. © Corina Paltrinieri/13Productions.

10/17

'Memories of tomorrow', installation et performance - Didier Faustino - Mairie du 4e
Didier Faustino, 'Memories of tomorrow', 2013. ©ADAGP Didier Faustino. Courtesy de l'artiste et galerie Michel Rein, Paris.

11/17

'Composition for a public park', installation lumineuse et sonore - Hassan Khan - Parc de Belleville
Hassan Khan, projet pour le parc de Belleville, 2013. Courtesy de l'artiste et galerie Chantal Crousel, Paris

12/17

'Le sommeil des tumultes', visite performative - Dector & Dupuy - Belleville / Ménilmontant
Dector & Dupuy, 'Plaque tournante', 2013. Courtesy des artistes.

13/17

'All The Bells Work No: 1676, 2013', performance - Martin Creed - Paris
Martin Creed, 'All the Bells' / Londres, JO 2012 / CC - Birmingham Culture 

14/17

'Artistes aux Platines', DJ live - Berges de Seine, rive gauche, Port du gros caillou
Davide Bertocchi, 'Phonograph', 1998. C-print sur dibond. Courtesy de l'artiste et collection Norman Regis, Milan.

15/17

'THRILLOCHROMES', projection et installation - Michael Portnoy - Gare de l'Est
Michael Portnoy, 'THRILLOCHROMES', 2013. Poster. Courtesy de l’artiste.

16/17

'Fosse d'orchestre', installation sonore sous-marine - Rosa Barba - Ecluse des Récollets
Rosa Barba, Simulation de l'œuvre 'Fosse d'orchestre', 2013. Courtesy de l’artiste et Frac Franche-Comté.

17/17

'Où as-tu dormi la nuit dernière', installation sonore - Kristin Oppenheim - Siège du parti communiste
Kristin Oppenheim, 'Tap Your Shoes', 1996. Courtesy de l'artiste et Frac des Pays de la Loire. © Marc Domage

Ouverture :

Martin Creed - 'All The bells Work No: 1676, 2013'

Martin Creed - 'All The bells Work No: 1676, 2013'

Nous sommes à Londres, il est 8 heures et 12 minutes, un beau matin de juillet. Big Ben se met à sonner, et partout dans la ville, dans le pays, des milliers d’autres cloches commencent à retentir. Drôle de concert. Pendant 3 minutes, le territoire britannique tout entier se surprend à claironner. Derrière ce chahut, un artiste, Martin Creed, amateur de provocation et d’œuvres participatives, qui lance ainsi l’ouverture des Jeux Olympiques d’été. Pour la 12e édition de la Nuit Blanche parisienne, l’homme réitère l'opération. Alors, faites du bruit. Samedi 5 octobre, à partir de 19h, et pendant trois minutes, la capitale française se fait sonner les cloches. Des églises aux sonnettes de vélos, des sonneries de réveils aux clochettes, tout le monde est convié à la fête. Une application (All the Bells) a même été prévue, pour ceux qui préfèreraient tinter du portable. 

Port du gros caillou (Berges de Seine), Hôtel de Ville, Eglise Notre-Dame de la Croix de Ménilmontant, Canal Saint-Martin et partout dans Paris. 

A partir de 19h, et pendant 3 minutes. 

Berges de Seine :

Karlheinz Stockhausen - 'HELIKOPTER-STREICHQUARTET'

Karlheinz Stockhausen - 'HELIKOPTER-STREICHQUARTET'

Etonnant point de convergence historique entre la musique classique la plus pointue (études au Conservatoire de Paris, amitié avec Pierre Boulez…) et la pop-music aventureuse, à travers son utilisation des synthétiseurs ou son influence sur Radiohead et le krautrock des années 70, l’excentrique Karlheinz Stockhausen reste, avec John Cage, l’une des figures à la fois les plus populaires et barrées de la musique contemporaine. A l'occasion de la Nuit Blanche, la Monnaie de Paris présentera, de 18h à 20h, l’une de ses œuvres les plus folles : ‘HELIKOPTER-STREICHQUARTET’, où chaque musicien d’un quatuor à cordes se retrouve à interpréter sa partition… dans un hélicoptère en plein vol ! Mêlant ainsi musique concrète (les hélices devenant générateurs de rythmes et de drones) et instruments traditionnels, cette pièce de Stockhausen promet la rencontre de l’expérimentation tordue, du spectacle visuel et d’une écriture musicale d'une extrême méticulosité. De quoi bien planer, en somme. 

Monnaie de Paris, Pont-Neuf. 

De 18h à 20h. 

Cai Guo-Qiang - 'Aventure d’un soir'

Cai Guo-Qiang - 'Aventure d’un soir'

Gageons qu’aucun Parisien ne saura en cette douce Nuit Blanche rester de marbre devant la poésie visuelle de Cai Guo-Qiang. Artiste de génie, pyrotechnicien inspiré, ce Chinois né en 1957 propose une idylle éphémère aux sirènes de la Seine. Dépliée sur trois tableaux, son œuvre ‘Aventure d’un soir’ retrace sous forme d’explosions oniriques la fougue du sentiment amoureux, des flammes du début jusqu’à l’exaltation pure. Un rendez-vous chromatique mis en œuvre par le Groupe F et joliment accompagné par la musique enivrante du compositeur Tan Dun (les violons de 'Tigre et Dragon', c’est lui). Les feux de l’amour à contempler depuis les Berges de Seine.

Berges de Seine, rive gauche, entre le pont royal et la passerelle Solférino.

Entre minuit et 2h.  

DJ Set - 'Artistes aux Platines'

DJ Set - 'Artistes aux Platines'

Une nuit blanche sans danser jusqu’à plus pied, est-ce vraiment une nuit blanche ? Pas besoin de vous poser la question, puisque la mairie de Paris a également pensé aux fêtards invétérés. Ainsi, les Berges de Seine se transforment en dancefloor éphémère et accueillent cinq artistes, connus de la nuit parisienne, DJs du Baron et du Silencio notamment, qui se relayeront aux platines jusqu’à 2h30.

Berges de Seine rive gauche – Port du gros caillou

19h/20h30 : Davide Bertocchi – 20h30/22h : Xavier Veilhan – 22h/23h30 : Samon Takahashi – 23h30/1h : Kolkoz – 1h/2h30 : Chiara Fumai

Canal Saint-Martin :

Robin Rhode - 'A Day in May'

Robin Rhode - 'A Day in May'

Aux franges du street art, du happening et de l’art contemporain, Robin Rhodes s’est construit une oeuvre originale qui l’a mené de l’Afrique du Sud, son pays d’origine, à Berlin en passant par New York, où il a souvent exposé. Passionné par la culture de la rue, notamment le sport, le graf et le hip hop, cet artiste d’à peine 37 ans a compris comment le multimédia permettait de créer de nouvelles formes d’art. Photographies, films, dessins et performance s’entremêlent ainsi dans ses créations, à l’image du film qu’il projettera au pont de la rue Louis Blanc, 'A Day In May', lors de la Nuit Blanche. Référence à la Fête du Travail, ce court-métrage d’animation déjà présentée à la Biennale de Moscou montre un homme qui veut étendre un drapeau anarchiste mais se voit poursuivi par des pinces à linge géantes. 

Pont de la rue Louis Blanc

De 19h à 7h. 

Palle Nielsen - 'The Model in Paris'

Palle Nielsen - 'The Model in Paris'

En 1968, Palle Nielsen, artiste et chercheur en urbanisme, crée ‘The Model for a qualitative society’, une œuvre d’art participative dans laquelle il transformait l’intégralité du Moderna Museet de Stockholm en une vaste terre de jeu. Pendant trois semaines, 20 000 enfants ont pu escalader des charpentes de bois, rebondir sur des montagnes de mousse, s’habiller avec les costumes du théâtre local… Pour la première fois depuis 1968, Palle Nielsen a accepté de réinvestir l’espace publique et d’adapter sa performance au paysage parisien. Ceux qui n’avaient pas eu la chance de faire partie de ces milliers de galopins pourront désormais retrouver les fameuses 'House of creativity' et 'House of jump' place de la Bataille de Stalingrad. Un évènement plein de promesses pour petits et grands (à partir de 23h). Âme de viocs s’abstenir. 

Place de la Bataille de Stalingrad.

De 19h à 7h. 

Rosa Barba - 'Fosse d'orchestre'

Rosa Barba - 'Fosse d'orchestre'

En prêtant l’oreille en passant près du canal Saint-Martin, vous risquez d’entendre bien plus que le croassement de grenouilles transgéniques et le clapotis des bouteilles de plastique contre les parois de pierre. Rosa Barba, performeuse italienne installée à Berlin, a choisi de faire chanter l’eau verte du canal pour son œuvre ‘Fosse d’orchestre’. Ecluse des récollets, dès le début de soirée jusqu’au petit matin, et l’aide d’un dispositif sonore aquatique, la jeune femme va faire vibrer la surface de l’eau, créer des ondes aquatiques, dessiner des créatures marines invisibles… Une installation digne du Loch Ness ! 

Ecluse des Récollets.

De 19h à 7h. 

Michael Portnoy - 'THRILLOCHROMES'

Michael Portnoy - 'THRILLOCHROMES'

Une série de monochromes beiges suspendus aux murs de la Gare de l’Est. Mais s’agit-il vraiment de monochromes ? Les toiles de Michael Portnoy ne sont pas des toiles, mais des trench-coats, déchirés, découpés de façon furieuse. Que s’est-il passé ? En mettant en scène ces imperméables de détectives, l’artiste joue et déjoue les codes du film noir et du polar. Et pour mener l’enquête, il suffit de jeter un œil aux court-métrages tournés dans les entrailles de la gare et projetés sur ses murs. Elémentaire…

Gare de l’Est.

De 22h à 7h. 

Marais / République :

Fujiko Nakaya - 'Fog Installation #07156R - FOG SQUARE'

Fujiko Nakaya - 'Fog Installation #07156R - FOG SQUARE'

Cet été, le Parisien pouvait goûter les joies des brumisateurs de Paris Plages. Cet automne, il découvrira les sculptures de brume de l’artiste japonaise Fujiko Nakaya. Partout dans le monde, de Sydney à Toronto en passant par San Francisco, ces nuages de gouttelettes éphémères ont poétisé les espaces publics des grandes métropoles, évoluant au gré des conditions météo, de la lumière et des gens qui les traversent. Une prouesse technologique autant qu’une performance artistique que les Parisiens pourront découvrir pour la première fois sur la nouvelle place de la République durant la Nuit Blanche. Et ce n’est pas tous les jours qu’on pénètre à l’intérieur même d'une œuvre d’art.

Place de la République.

De 19h à 7h. 

Peter Watkins - 'La Commune'

Peter Watkins - 'La Commune'

Haut-lieu symbolique des luttes syndicales et de l’engagement social, la Bourse du Travail se révèle un lieu idéal pour accueillir la projection de l’excellent film-fleuve (presque six heures) de Peter Watkins sur la Commune de Paris. Aussi radical que pertinent, le dispositif en est remarquable : laissant improviser plusieurs dizaines de comédiens – pour la plupart non professionnels – dans le Paris de 1871, reconstitué au sein des anciens studios de Georges Meliès à Montreuil, Watkins filme l’insurrection parisienne avec une distance et une contemporanéité impressionnantes. Mêlant les débats de l’époque à ceux d’aujourd’hui, dans une approche d’autant plus forte qu’elle semble a priori distanciée, Watkins livre une interprétation ouverte et inspirante de l’Histoire de Paris, et de l’utopie collective portée par la Commune. Une œuvre d'une cohérence à tomber, engagée et engageante, poétique et politique - et très clairement l’un des meilleurs films historiques des dernières décennies.

Bourse du Travail.

De 19h à 7h.

Didier Faustino - ‘Memories of tomorrow’

Didier Faustino - ‘Memories of tomorrow’

Difficile d’imaginer qu’un vauban (la fameuse barrière de métal fièrement utilisée par les forces de police) puisse devenir une œuvre d’art, et pourtant… L’artiste Didier Faustino, scénographe à ses heures, déjà connu du MoMA et du centre Georges Pompidou, a décidé de s’attaquer à ces squelettes gris pour en faire des  sculptures à part entière. Pour Nuit Blanche, ce passionné d’architecture a imaginé ‘Memories of tomorrow’, un dialogue poético-militaire entre le fer des barrières et le vert des jardins à la française. Installée devant la mairie du 4e, les œuvres d’art seront « surveillées » par une horde d’acteurs-CRS. 

Mairie du 4e.

De 19h à 7h. 

Huang Yong Ping - 'Ceinture'

Huang Yong Ping - 'Ceinture'

Entomophobes, prenez votre courage à deux mains : la performance de Huang Yong Ping risque de mettre votre rythme cardiaque à l’épreuve. Exceptionnellement ouvert pour l’occasion, le Carreau du temple, (date officielle de réouverture prévue en mars 2014), accueille pour Nuit blanche l’œuvre la plus terrifiante de l’événement. Artiste chinois installé à Paris, Huang Yong Ping avait signé en 1993 le 'Théâtre du monde', une installation controversée, souvent censurée, dans laquelle il exposait blattes, tarentules, serpents et scorpions sous un dôme en forme de carapace. « Un microcosme des conflits mondiaux » qu’il réactive dans une version plus itinérante. Les sauterelles, vers et autres scinques seront donc installés dans un large tube transparent dont les ondulations traceront le parcours. Frissons garantis.

Carreau du Temple.

De 19h à 7h. 

Belleville / Ménilmontant :

Dector & Dupuy - 'Le Sommeil des tumultes'

Dector & Dupuy - 'Le Sommeil des tumultes'

Vous avez un faible pour les visites guidées, les jeux de piste, les enquêtes ? Vous aimez vous laisser porter vers ailleurs, dériver avec plaisir et absurdité, sortir des sentiers battus et rebattus ? Alors vous risquez d’aimer les visites orchestrées par Dector et Dupuy. Avant toute chose, autorisez votre curiosité à se faire piquer par d’étranges objets, par des signes et des mots incongrus, dispersés ici et là dans l’espace urbain. Un regard artistique, décalé et plein d’humour, pour découvrir un autre visage de la capitale.

Prévoir 30 minutes pour chaque visite.

Rotonde de Stalingrad (21h), Siège du Parti Communiste (22h et 5h), Gymnase Jemmapes (23 et 4h), Maison des Métallos (minuit et 3h), Gymnase des Pyrénées (1h), Gymnase Bidassoa (2h).  

Virginie Yassef - 'L'Objet du doute'

Virginie Yassef - 'L'Objet du doute'

Imaginez un peu la rue des Cascades, ses recoins escarpés, ses escaliers étroits et ses regards de chaussés. Et au beau milieu du bitume, un arbre déraciné, étendu là sans raison. La scène est troublante, habitée par une étrange lumière. Vous vous approchez doucement pour enjamber l’intrus et continuer votre chemin. Mais vous percevez un mouvement. C’est l’arbre qui essaye de se relever lentement, puis s’écroule soudain. Et tout recommence… A travers ses oeuvres, Virginie Yassef tisse des fils curieux et dramatiques qui viennent télescoper des lieux chargés d’histoire. 

Rue des Cascades.

De 19h à 7h.  

Hassan Khan - 'Composition for a Public Park'

Hassan Khan - 'Composition for a Public Park'

Une promenade bucolique dans le parc de Belleville ? Rien de tel que de se perdre au cœur de la végétation loin du tumulte de la ville… Mais ce soir-là, la nuit étoilée sera éclipsée par des lampadaires colorés et tous dotés d’arrangements sonores. C’est l’artiste Hassan Khan, pionnier de la scène underground depuis le début des années 90, qui est aux manettes de ce projet. Il s’est notamment fait connaître grâce à des performances qui mettent à l’unisson la musique, le cinéma et l’écriture. Vous en aurez donc plein les mirettes avec tout un panel de couleurs différentes qui viendront éclairer la verdure. A cela, viendront s’ajouter ses arrangements sonores particuliers, de musiques traditionnelles et d’électro acoustique. Une balade dépaysante, parfaite pour respirer un grand coup avant de retrouver le bitume.

Parc de Belleville.

De 19h à 7h. 

Kristin Oppenheim - 'Où as-tu dormi la nuit dernière'

Kristin Oppenheim - 'Où as-tu dormi la nuit dernière'

Vous êtes peut-être passé devant sans savoir exactement ce qu’il renfermait, mais une chose est sûre, cet énorme dôme blanc qui semble surgir de la terre à côté du métro Colonel Fabien ne vous a sûrement pas échappé. Il s’agit en fait du siège du PC, imaginé par l’architecte brésilien Oscar Niemeyer, achevé en 1980 et classé monument historique en 2007. On a rarement l’occasion d’y pénétrer, alors pendant la Nuit Blanche, on en profite. On file admirer cet incroyable auditorium et écouter la création sonore de Kristin Oppenheim, conçue spécialement habiter l’espace tout entier. Bref, on s’arrête un instant pour profiter d’une atmosphère architecturale et sonore unique.

Siège du parti communiste.

De 19h à 7h. 

Commentaires

0 comments