Les Belles Heures du duc de Berry

0 J'aime
Epingler
Les Belles Heures du duc de Berry
© The Metropolitan Museum of Art
Fre?res de Limbourg, 'L’Annonce aux bergers (détail)', 'Belles Heures'

Il y a bien longtemps, avant les premières Casio ou les prototypes de Flic-Flac, les hommes n’avaient pas les moyens dont nous disposons aujourd’hui pour se repérer face à la folle course du temps. Au Moyen Age, la vie est essentiellement rythmée par les travaux agricoles, le cycle des saisons et les fêtes religieuses. Les journées, elles, s’organisent entre le parcours du soleil, les cloches des églises et la fréquence des offices.

En France, de nombreuses cathédrales portent sur leurs pierres des inscriptions en forme de calendrier qui précisent les différents mois et les festivités ou les travaux des champs qui leur sont associés. Si le paysan doit alors se contenter de cela, la population plus aisée possède souvent ce que l’on appelle des « livres d’heures ». Ces ouvrages de piété, illustrés la plupart du temps, évoquent les différents mois et leurs occupations caractéristiques, les cycles lunaires, les prières, les épisodes de la vie du Christ, de la Vierge et des saints ainsi que les grandes célébrations chrétiennes.

Au XVe siècle, alors que le Moyen Age s’apprête à laisser place à la grande époque de la Renaissance, ces livres vont devenir de véritables signes de reconnaissance sociale. On se les offre entre seigneurs ou membres de la haute bourgeoisie et les enfants princiers y apprennent à lire. La création et l’innovation artistique s’en trouvent donc exaltées et certains font partie des chefs-d’œuvre de l’enluminure européenne.

Ainsi, le duc de Berry, fils du roi Jean II de Berry, fit exécuter une remarquable série de ces manuscrits. L’un d’eux, ‘Les Belles Heures’, est actuellement exposé au Louvre jusqu’au 25 juin – date à laquelle ses quarante-sept feuillets repartiront pour le Département médiéval du Metropolitan Museum of Art de New York.

Réalisé par les frères de Limbourg, en 1408 ou 1409, il est certainement l’un des seuls ouvrages que comptait l’incroyable bibliothèque du duc à avoir entièrement et aussi bien traversé les siècles. Aux événements classiques qui ponctuaient ordinairement ces livres d’heures, viennent s’ajouter ici des cycles plus insolites, reflétant les intérêts personnels de son propriétaire. Les enluminures qui ornent les textes sont non seulement d’une très grande qualité mais leur composition, la conception de l’espace et la narration font preuve d’une grande innovation. Cette audace et ces particularités rangent ce livre parmi les œuvres clés de la fin du Moyen Age, dont l’influence retentit sans conteste sur l’art de la Renaissance.

 

Par Amélie Weill

Publié :

Téléphone de l'événement 01.40.20.50.50
Site Web de l'événement http://www.louvre.fr
LiveReviews|0
1 person listening