0 J'aime
Epingler

50 bons restaurants : En photos

Porn Food !

 (© Time Out / EP)
1/33
© Time Out / EP

On ne va pas vous le cacher, on aime beaucoup The Broken Arm. D’abord parce que la boutique, imaginée par trois membres du collectif Des Jeunes Gens Modernes, est remplie de fringues, de bouquins, de musique, de meubles et de chaussures triés sur le volet, sélectionnés avec goût et arrangés avec soin. Certes, les prix affichés sur les étiquettes risquent de vous faire tourner un peu la tête (voire de vous donner envie de vous enfuir en courant pour vous réfugier dans le Guerrisol le plus proche). Mais dites-vous que ça ne coûte rien... Lire la suite de la critique

The Broken Arm / 12 rue Perrée, 3e 

 (© Time Out Paris / RJ)
2/33
© Time Out Paris / RJ

Le long de la rue Oberkampf, on a plutôt tendance à manger pour éponger ses excès d’alcool que pour faire les fines gueules. Sauf peut-être au numéro 55 où dès 19h30, gourmands et autres mordus de bonne bouffe viennent s’installer face à une étroite cuisine ouverte pour goûter aux subtils petits plats de Pierre Sang Boyer. Si cet ancien finaliste de "Top Chef" peut s’enorgueillir de son succès et de sa célébrité – il s’interrompt de temps à autre pour prendre la pose avec ses visiteurs... Lire la suite de la critique

Pierre Sang Boyer / 55 rue Oberkampf, 11e

 

 (© Time Out / TR)
3/33
© Time Out / TR

C’est au milieu du cœur historique de la capitale que se cache l’un de ses meilleurs restaurants de sushis. Comme si les poissons crus proposés ne voulaient pas s’éloigner trop du cours d’un fleuve vivant. C’est donc sur les rives de la Seine, île Saint-Louis, qu’Isami a depuis belle lurette dressé son comptoir. Pousser la porte de cette adresse réputée, c’est découvrir une toute petite salle sans grand charme si ce n’est le bric à brac de plats et de faïences japonaises dressé derrière le bar. Derrière, un itamae (maître sushi) s’active, l’air peu commode... Lire la suite de la critique

Isami / 4 quai d'Orléans, 4e

 (© Time Out / EC)
4/33
© Time Out / EC

Square Gardette, c’est le nom du petit jardin qui égaye ce quartier si calme et résidentiel, pourtant situé non loin du tumulte de la rue Oberkampf. C’est là qu’on pénètre, rarement par hasard, dans le restaurant du même nom, un cadre spacieux qui combine une certaine idée du chic et un esprit chaleureux. La déco est un peu excentrique dans la salle du fond, où des animaux empaillés vous regardent manger, et les toilettes sont plus grandes que certains studios parisiens, avec un petit côté « cabinet de curiosités » amusant. Pas de service guindé... Lire la suite de la critique

Square Gardette / 24 rue Saint-Ambroise, 11e

 (© Time Out)
5/33
© Time Out

C’est une petite cantine accrochée aux escaliers de la butte, une buvette couleur café, habitée par trois drôles de dames, inspirées, coquettes et gourmandes. Le genre d’endroit que l’on aimerait avoir en bas de chez soi. Pour venir boire un latte crémeux le matin avec les petits vieux du quartier, et lire les premières nouvelles de la journée par-dessus leurs épaules fatiguées. Pour manger le midi en douce compagnie, se régaler des délicieuses recettes maison, réinventées chaque jour, fricotées avec des produits bio ou locaux... Lire la suite de la critique 

Soul Kitchen / 33 rue Lamarck, 18e

 (© EP / Time Out Paris)
6/33
© EP / Time Out Paris

Véritable secret de Polichinelle, la Chambre aux Oiseaux est devenu en à peine quelques mois le resto repère du canal Saint-Martin. A tel point qu’il faut réserver une semaine en avance pour pouvoir goûter à leur brunch. Alors quoi, la petite cantine d’Hervé Labarre et Léna Balacco vaut-elle vraiment l’engouement suscité ? Assurément. D’abord parce que l’on s’y sent comme dans le salon de notre grand-mère, vaisselle en porcelaine, papier peint à fleurs rose, et gros fauteuils. Puis parce que les mets proposés y sont à la fois parfumés... Lire la suite de la critique

La Chambre aux oiseaux / 48 rue Bichat, 10e

 

 (© Time Out / AW)
7/33
© Time Out / AW

Voilà une jolie bicoque à bulots où l’on vient casser du tourteau, gober des fines de claire ou déshabiller des crevettes roses, sans pour autant se coincer les bras dans une addition aussi salée que du beurre à tartiner. Vous êtes bien à Paris, oui, oui. Mais à l’Ilot, pas besoin de passer par la case plateau (et les 70 euros, au bas mot, qui vont avec) pour déguster, tout frais pêchés, coquillages et crustacés. L’allure du lieu, grand comme un comptoir de poche, est simple, mais les grandes ardoises, les faïences et le parquet blancs, la baie vitrée, les quelques photos… Lire la suite de la critique 

L'Ilot / 4 rue de la Corderie, 3e 

 (© Time Out / Laurie Grosset)
8/33
© Time Out / Laurie Grosset

Les tacos, enfin à la mode à Paris ? Oui, grâce à cette taqueria mexicaine où des Parisiens branchés cotoient des expats' Anglais et Américains qui se donnent rendez-vous ici. On peut y picorer de délicieux tacos et des tostadas pas chers (3 euros pour un, 5,50 euros pour deux), remplis de viande épicée ou de fromage mexicain et de légumes.  Les tortillas sont faites maison et la sauce piquante remue. La toute petite salle blanche avec sa cuisine ouverte, quelques tabourets et tables d’hôte ne laissent pas deviner que derrière la porte du fond... Lire la suite de la critique

Candelaria / 52 rue de Saintonge, 3e 

 (© Time Out / Oliver Knight)
9/33
© Time Out / Oliver Knight

Le rafiot a la force tranquille des vieux beaux, le charme usé mais implacable, passé de mode et pourtant indémodable. Il y a des voiliers dans tous les coins, des homards, des coquillages, des plages encadrées, des enfants à pompons sur papier glacé. Ca ressemble un peu au calme après la tempête. Sur la table, le pain est frais et craquant, le beurre qui l’accompagne, salé et parfumé aux algues, est délicieux. Alors, rien ne presse vraiment. Chez les voisins : un incroyable plateau de fruits de mer que l’on épie sans même tenter d’être subtil… Lire la suite de la critique  

L'Ecailler du Bistrot / 22 rue Paul Bert, 11e 

 (  © Time Out Paris / TR)
10/33
© Time Out Paris / TR

Bon, inutile de tourner autour du pot : Yam’Tcha est une de nos planques préférées à Paris. Il y a là, depuis l’ouverture, et plus encore depuis la récente rénovation des lieux leur donnant plus de clarté, tout ce qui nous plaît dans un restaurant. Une salle intime, décorée avec goût dans ses accents asiatiques paisibles, une atmosphère feutrée laissant les gueulants au parloir, une gentillesse dans l’accueil qui vous assoit d’un sourire et surtout un chef dans sa cuisine. Il faut... Lire la suite de la critique

Yam'Tcha / 4 rue Sauval, 1er

 

 (© Time Out / Laurie Grosset)
11/33
© Time Out / Laurie Grosset

C’est au cœur de la frénétique Pigalle que se tient cette enseigne discrète, dont l’étrange nom désigne le Parisien en vieil argot. La canaille, le titi. Pourtant, il n'y a de vieux au Pantruche que l'intitulé. Une fois les portes poussées, le charme du lieu fait immédiatement effet. On est bel et bien dans un bistrot. Proximité des tables, volume sonore en hausse et miroirs à tout va. Parfaite toile de fond, orchestrée par le ballet d’une équipe toujours souriante. Depuis sa cuisine, le jeune chef Franck Baranger, qui a fait ses armes dans... Lire la suite de la critique

Le Pantruche / 3 rue Victor Massé, 9e 

 

 (© Time Out )
12/33
© Time Out

Au royaume des sandwichs, il y a maintenant un nouveau roi. Un monarque au pastrami, au cheddar et au coleslaw, qui ne se déplace qu’avec ses french fries, les fleurs de la frite, fines et croustillantes. Vous connaissiez Frenchie, l’inréservable restaurant de Grégory Marchand et sa petite sœur en forme de cave à vin ? Eh bien, la famille vient d’accueillir un petit dernier. Celui-là fait dans le take-away, ambiance delis new-yorkais. On se pointe à l’heure du déjeuner (un peu tôt... Lire la suite de la critique

Frenchie To Go / 9 rue du Nil, 2e

 

 (© Oliver Knight / Time Out Paris)
13/33
© Oliver Knight / Time Out Paris

Christian Etchebest avait déjà ouvert il y a quelques années le Troquet, un bistrot basque couru de la rive gauche de Paris, voici maintenant sa « cantine ». C’est-à-dire une annexe plus modeste sans doute, mais aussi plus chaleureuse, comme une oasis de bonhomie dans un quartier froid et désert, celui de Pernety. Pas de réservation, on n’oubliera pas de montrer le bout de son nez assez tôt si on vient en groupe, pas de carte fixe non plus. Il faut choisir ses plats à partir d’un grand tableau noir mural, signe qu’on est à l’école du bon goût... Lire la suite de la critique


La Cantine du Troquet / 101 rue de l'Ouest, 14e

 

 (© Thomas Renaut / Tour d'Argent)
14/33
© Thomas Renaut / Tour d'Argent

Si cette diva de la gastronomie française n’est plus épinglée que d’un macaron, elle peut se flatter de posséder un service aussi souple qu’une chorégraphie de Découflé. Des mets aussi délicats que parfumés et des vins d’exception à déguster dans des timbales en argent. La scénographie entière du lieu force le respect. Sa spécialité ? Le canard au sang, numéroté depuis 1890 et préparé par Laurent Delarbre sous quatre formes (à l’orange, au poivre vert, aux fruits de saison... Lire la suite de la critique

La Tour d'Argent / 15 quai de la Tournelle, 5e

 

 (© Time Out / Oliver Knight)
15/33
© Time Out / Oliver Knight

Urfa Dürüm, discrète enseigne cachée en plein cœur du quartier Strasbourg-Saint-Denis, distribue ses précieux sandwichs comme on vend des petits pains. Le lieu est minuscule, couvert de bois. A l’entrée, le maître des lieux, farine et rouleau à la main, prépare la pâte de ses galettes. Un peu plus loin, le four à pierre s’occupe de griller les viandes. Le menu sur l’ardoise détaille brièvement les deux spécialités de la maison. Il faudra choisir : lahmacun ou dürüm. Le lahmacun est une petite galette, préparée comme une pizza avec de la viande hachée... Lire la suite de la critique  

Urfa Dürüm / 58 rue du Faubourg-Saint-Denis, 10e

 (© Time Out / Oliver Knight)
16/33
© Time Out / Oliver Knight

Des allures de vieux troquet dépoussiéré. Une cuisine recouverte de céramique blanche, ouverte sur une petite salle, bruyante et chaleureuse. Une popote de bistrot, carnassière et enflammée par le talent d’un chef argentin – Fernando Di Tomaso – et de sa brigade sud-américaine. Voilà en quelques mots à quoi ressemble la Pulpéria. A la carte, qui change selon le goût du jour, quelques jolies spécialités latines (ceviche, empanadas) et de la Viande. Avec un grand V, s’il-vous-plaît. Ce soir-là, les réjouissances commencent avec un ris de veau... Lire la suite de la critique

La Pulperia / 11 rue Richard Lenoir, 11e

 

 (DR / © Akrame)
17/33
DR / © Akrame

Depuis son ouverture en 2011, le restaurant Akrame fait vibrer le cœur et les papilles des gourmets parisiens. Et, fait rare dans le petit monde de la gastronomie, son chef Akrame Benallal s’est vu décerner une étoile par le guide Michelin lors de sa première année d’exercice. Une récompense éclair, des références brillantes (Ferran Adrià, Pierre Gagnaire), une cuisine audacieuse et créative couverte d'éloges… Face à tous ces lauriers (et la relative difficulté d’obtenir... Lire la suite de la critique

Akrame / 19 rue Lauriston, 16e

 

 (© Time Out / Laurie Grosset)
18/33
© Time Out / Laurie Grosset

Au regard de l’adresse (à deux pas de la rue de la Paix), on s’imaginait déjà atterrir dans une ambiance guindée. Imaginez donc notre surprise quand rue des Capucines nous croisâmes la vitrine colorée de ce troquet aux faux airs de PMU. Lumière néon, menu manuscrit sur des ardoises perchées au-dessus du zinc et jambonneaux suspendus : bienvenue au Petit Vendôme. Devant la porte, une dense file d’attente empêche les curieux d’entrer. Agglutinés devant le « rapide croûte auvergnat », ils observent la généreuse... Lire la suite de la critique 

Le Petit Vendôme / 8 rue des Capucines, 2e

 (© Time Out Paris / TR)
19/33
© Time Out Paris / TR

Derrière le comptoir de cette toute petite cantine franco-coréenne, une farandole de couleurs, de plats, de saveurs. Et trois jeunes filles qui attrapent des boîtes en carton pour les remplir avec minutie et sérénité malgré la file qui semble ne jamais diminuer. De l'autre côté, tout le quartier qui patiente en rang d'oignon à l'heure du déjeuner pour mettre la main sur le fameux butin. Au menu, un brin monomaniaque : des bibimbap. Ce mets coréen – qui mélange traditionnellement différents riz et légumes, de la viande et un œuf – a été légèrement... Lire la suite de la critique  

Ma Kitchen / 85 rue d’Hauteville, 10e 

 (© Time Out / TR)
20/33
© Time Out / TR

C’est écrit en toutes lettres sur la devanture jaune pétante dressée à quelques pas du Jardin du Luxembourg : Bistroy Les Papilles. Autant dire que la couleur est annoncée d’emblée, ici, on ne s’embarrasse pas de ronds-de-jambes et la politique de la maison est claire : foncer dans le buffet et régaler sans chichis une clientèle de bons vivants éclairés. Il faut dire que ce bistrot à vins mâtiné de table d’hôtes à la bistrote solide est une des adresses les plus réjouissantes du quartier. Dans un décor à l’ancienne, coincé entre... Lire la suite de la critique

Les Papilles / 30 rue Gay-Lussac, 5e

 

 (© Time Out)
21/33
© Time Out

Paris s’est piqué d’une nouvelle lubie. Il aura suffi qu’une Californienne prenne les commandes d’un Camion fumant, et voilà qu’une autre cantine volante arpente désormais les rues de la capitale hexagonale. L’Amérique sur quatre roues, version fine bouche. Et quand on voit la file indienne qui patiente sagement devant le food truck organic de Jordan Feilders, on se dit que la tendance a décidément le vent en poupe. Faut-il être fou pour attendre 40 minutes, debout, à l’heure pressée du déjeuner, prêt à tout pour déguster un burger... Lire la suite de la critique 

Cantine California / Place du Marché Saint-Honoré, 1er (selon le jour) 

 (DR / © La Table d'Eugène)
22/33
DR / © La Table d'Eugène

A la table de l’écrivain, la grande cuisine mijote à prix doux. Comment Eugène Sue, amoureux du beau monde comme des bas-fonds, aurait-il pu renier ce bistrot qui flirte magistralement avec la haute gastronomie ? Certes le décor est discret, sans puissance, sans véritable charme, mais les deux hommes qui se cachent derrière les fourneaux – Geoffroy Maillard et François Vaudeschamps – ne manquent ni de savoir-faire, ni de suite dans les idées. Ici, on fricote des produits impeccables... Lire la suite de la critique

La Table d'Eugène / 18 rue Eugène Sue, 18e

 

 (© Time Out / AE)
23/33
© Time Out / AE

Une lumière tamisée qui met parfaitement en valeur une salle toujours pleine, installée entre quatre murs joliment décharnés… Depuis la rue, on perçoit déjà l’atmosphère chaleureuse qui paraît imprégner ce néo-bistrot. A l’intérieur, une cuisine ouverte règne sur les lieux. Elle a beau être minuscule, il ne semble pas en falloir beaucoup plus au chef australien James Henry (qui a fait un passage remarqué au… Passage) pour concocter chaque soir une cuisine juste et fine, où produits, saveurs et textures s’expriment harmonieusement... Lire la suite de la critique

Bones / 43 rue Godefroy Cavaignac, 11e

 

 (DR / © L'Epicerie Musicale)
24/33
DR / © L'Epicerie Musicale

De la Botte dans l’assiette, et de la musique dans l’air. Idéalement installée au bord d’un canal Saint-Martin qui prend doucement les couleurs de l’automne, l’Epicerie Musicale détonne. C’est un rayon de soleil méditerranéen qui vient réconforter l’arrière-saison, un endroit hybride comme on les aime (et comme on aimerait en voir pousser partout dans Paris). Rétro dans le choix du mobilier, avec des allures de vieille cantine sicilienne. Et ce qu'il faut de fraîcheur : des tableaux street art vissés aux murs et des centaines de disques... Lire la suite de la critique

L'Epicerie Musicale / 55 bis quai de Valmy, 10e

 (© Time Out)
25/33
© Time Out

Perchée dans la poche d’une ruelle presque secrète, au beau milieu de la forêt des Halles, une grande salle, toute vêtue de bois et de bouteilles, parade derrière son immense verrière. La virevolte a du chien, jusqu’au bout des couverts. Le menu fait des bonds. Pirouette, salto piqué. Pour 36 euros, en entier. Œuf parfait (parfait), châtaignes et champignons en velouté. Alouette sans tête, clin d'oeil à la paupiette (pigeon et foie gras, bardés de lardo di Colonnata). Mulet, salsifis et jus de viande (mitonné au poil jusqu’à l’arrête). Pigeon royal... Lire la suite de la critique

Pirouette / 5 rue Mondétour, 1er

 

 (© Time Out)
26/33
© Time Out

On n’aurait pas forcément misé grand-chose sur cette énième annexe d’un grand chef (ici, Yannick Alleno, triple étoilé au Meurice) et sur son concept de terroir parisien. Grossière erreur. Dans ce bistrot moderne dessiné par Jean-Michel Wilmotte se niche une des meilleures idées de ces derniers mois. Elle est simple : cuisiner les recettes historiques du répertoire parisien (poireaux vinaigrette, potage Crécy, croque-monsieur, œufs à la tripe, gratinée des Halles, merlan de Bercy…) avec des produits provenant tous de petits producteurs... Lire la suite de la critique

Le Terroir Parisien / 20 rue Saint-Victor, 5e

 

 (© Time Out )
27/33
© Time Out

Vous avez le nem au bout du rouleau, le bo bun qui fatigue ? Hmmm, c’est mauvais signe. Posologie indiquée : le Little Hanoï (ou son grand frère, le Paris-Hanoï du 74 rue de Charonne). Rien de mieux pour se refaire un bel appétit, aux couleurs du Vietnam. Le décor tranche avec ce que l’on a l’habitude de voir dans cette catégorie. Rouge, moderne et sans chichi, agrémenté d’une cuisine ouverte qui siège au fond de la pièce. C’est simple, joli, pimpant. Côté assiette, même lumière. Les plats arrivent encore fumants sur votre table... Lire la suite de la critique

Little Hanoï / 9 rue de Mont-Louis, 11e

 

 (© Time Out )
28/33
© Time Out

Il y a une vieille bicyclette négligemment garée devant, une plante qui grimpe et une ardoise pleine de douceurs. La façade est sobre, presque trop discrète. On passerait à côté sans se retourner. Et pourtant. En poussant la porte, on découvre un espace charmant, fait d’un peu de bric et de broc, de meubles récupérés, rhabillés et dépareillés, de forêts qui tiennent dans des bulles en verre, de livres, de posters. Une pagaille douce et bien étudiée. Il faut dire que les trois Australiennes qui ont posé ici leur belle machine à café sont sûrement... Lire la suite de la critique

Tuck Shop / 13 rue Lucien Sampaix, 10e 

 

 (© Time Out / LM)
29/33
© Time Out / LM

Mardi soir, il pleuvait. Sale journée d’avril. Le ciel tirait la gueule, trempait nos godasses, abîmait nos belles humeurs. Un vrai temps breton, mais sans la mer pour le rendre beau. Alors, pour jouer l’illusion et réchauffer un peu nos ardeurs, nous embarquions pour La Pointe du Grouin. Pas la farouche et rocailleuse qui s’étire au nord de la côte d’Emeraude, mais la nouvelle tanière de Thierry Breton, nichée pile poil entre Chez Michel et Chez Casimir, ses deux autres repaires de la rue de Belzunce. Une taverne, belle et bien vivante, capable... Lire la suite de la critique

La Pointe du Groin / 8 rue de Belzunce, 10e 

 (© Time Out / EP)
30/33
© Time Out / EP

Il est des chefs qui n’ont pas besoin de se payer un décor d’hôtel particulier pour attirer la clientèle. Leur seul talent (et un petit coup de pouce audiovisuel en ce qui concerne notre homme) suffisent à faire venir le chaland. Installé au cœur du marché couvert Saint-Martin, au milieu des stands de fruits et autres gargotes colorées, le comptoir de Brice ne paye pas de mine, et pourtant... Tout sur le menu éveille l’appétit, à commencer par les entrées un brin onéreuses mais tout à fait ensorcelantes : risotto aux truffes (13 €) ou œufs pochés... Lire la suite de la critique

Au Comptoir de Brice / 31 rue du Château d'Eau-Marché couvert Saint-Martin, 10e 

 (© Time Out )
31/33
© Time Out

« Qui est le plus gourmand, celui qui se brûle ou celui qui attend ? » C’est la question que vous vous poserez peut-être en voyant arriver sur votre table une de ces marmites en terre cuite, remplie d’un bouillon dans lequel frémissent de larges et translucides pâtes de patates douces, accompagnées de bœuf, de coriandre, de champignons, d’algues et de tofu. A vrai dire, peu importe. Vos finirez de toutes façons par vous brûler le bout des papilles. Alors, pour éteindre le feu, avalez aussitôt sec une gorgée de thé au lait, habillé de bulles de tapioca... Lire la suite de la critique

La Taverne de Zhao / 49 rue des Vinaigriers, 10e

 (© Time Out)
32/33
© Time Out

Ca ressemble à une cabane de pêcheur habitée par une rêveuse. Un bleu marin pour vous accueillir à l’extérieur, puis du bois, du blanc, quelques fleurs qui dispersent des touches de couleur, un vieux portrait en marinière, une ancre suspendue et un Gwenn ha Du, délicates traces de provenance. Et quand la nuit tombe, des bougies pour adoucir encore le rendu. Cette jolie cale, tenue par une fille d’ostréiculteur morbihannais, régale ses invités à coups de belles plates (fines et au goût de noisette) et de grandes creuses (vives et charnues), toutes certifiées… Lire la suite de la critique 

Atao / 86 rue Lemercier, 17e

 (© Time Out / LG)
33/33
© Time Out / LG

Faute de temps et d'argent, les midis passent et se ressemblent tous, qu'ils aient le goût de plats réchauffés au micro-onde, de la boulangerie du coin ou du kebab d’en face. Il existe pourtant un intermédiaire entre la longue pause resto et le repas express devant l’ordi : le sandwich de luxe. Mais pas n’importe où, rue de la Roquette, métro Voltaire, au resto CheZaline. Si vous pensez vous être trompé d’adresse en arrivant, tout est normal. Sa patronne a effectivement fait le pari de ne presque rien changer à cette ancienne boucherie... Lire la suite de la critique 

CheZaline / 85 rue de la Roquette, 11e

Commentaires

0 comments