Monde icon-chevron-right France icon-chevron-right Paris icon-chevron-right Ibaji

Ibaji (FERMÉ)

Restaurants, Coréen Arts et Métiers
3 sur 5 étoiles

Time Out dit

3 sur 5 étoiles

Attention les amis ! Nous nous efforçons d'être précis, mais la situation particulière nous oblige à quelques ajustements. Alors vérifiez que les lieux soient bien ouverts avant de vous y rendre.

----- FERMÉ-------

C’est beau, c’est bon. Comme sur le papier. Parce qu’après tout, c’est ce que nous avait promis Cédric Naudon, le milliardaire à l’origine du projet de la Jeune Rue. Alors, chez Ibaji, on a soigné la décoration en la confiant à Paola Navone, fantasque designeuse italienne. Le résultat, que l’on aime ou pas, est efficace et original. Il tape l’œil et se démarque des classiques ronflants du moment. Mosaïque de carreaux blancs, grande table à partager, lustres délirants en plastique de couleurs et vaisselle distinguée. Ce minuscule restaurant coréen ne ressemble à aucune autre adresse parisienne. C’est déjà ça. 


Et dans les assiettes ? En mettant Sukwon Yong (passé par Ze Kitchen Galerie) en cuisine, sous la houlette d’Antonin Bonnet (du Sergent Recruteur), on pouvait difficilement se planter. Mélange de traditions coréennes et de produits bien français, recettes ancestrales réinterprétées avec finesse et intuition : les plats qui défilent sur les tables sont effectivement très bons. Délicat bibimbap à l’épaule de porc confite, composé de riz blanc et violet, de légumes marinés et d’un œuf ; savoureux petits burgers au bœuf, aux épices, à la ciboule et aux feuilles de sésame ; gimbap, sorte de maki aux épinards, aux radis et à la viande marinée ; gourmande gaufre au sésame noir et à la crème fouettée, etc. A midi, dans la formule déjeuner à 19 euros, les plats viennent accompagnés de kimchi et d’un banchan (un assortiment de petites assiettes, soupe et condiments).

Alors, il est où le hic ? Eh bien, c’est chiche et chic. On est un peu loin des cantines asiatiques qui rivalisent de simplicité et de générosité. On aurait aimé peut être un bibimbap plus fourni, une bonne salade pour accompagner les burgers (qui, aussi bons soient-ils, s’affichent, seuls et minuscules, à 14 euros sur à la carte), des boissons un peu moins chères. Pas de quoi crier au scandale, loin de là. Mais on ressort quand même avec l’impression désagréable d’avoir payé un peu trop cher pour ce que l’on a mangé. A vous de voir si l’audace de la décoration, la qualité de la cuisine et la gentillesse du service fait passer la pilule. 

Par AW

Publié :

Infos

Adresse 13 rue du Vertbois
3e
Paris

Transport Métro : Arts et Métiers, Temple ou République
Contact
Heures d'ouverture Tous les jours, de midi à 23h, en service continu.
Vous êtes propriétaire de ce commerce ?
Vous aimerez aussi
    À la une